AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le guide du nouveau

Vous vous sentez perdu(e)s ? Allez consulter le Guide du nouveau joueur, il vous aidera ♥️
N'hésitez pas à contacter le staff en cas de besoin, bien évidemment !
Bienvenue sur Breath of Hyrule

BoH est un forum RPG médiéval/fantasy librement inspiré des jeux The Legend of Zelda.
Il n'est pas du tout obligatoire de connaître la saga pour nous rejoindre.
Nos annexes et nos guides peuvent vous aider à mieux comprendre cet univers unique que nous avons créée. ♥️
Système de Parrainage

Envie de découvrir le forum ? Vous pouvez demander un parrainage à tout moment !
Pour vous aider à mieux comprendre l'univers, établir un premier lien et un premier pas vers votre intégration !
Scénarios de nos membres

Les aides & guides de création

Besoin d'aide à la création de votre personnage ? Vous pouvez voir notre guide de création pour vous aider !
Le staff est également à votre disposition pour vos questions ou même vous aider.

Partagez
 

 De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]

Aller en bas 
AuteurMessage

✲ Fondatrice ✲
Peuple d'Hyrule

Rosaria Sand

Début de mon aventure : 03/04/2019
Messages : 113
Ҩ Bourse de rubis : 1220
Autres comptes : Zelda, Arthémis & Adalynn
Avatar : Bruna Marquezine
Crédits : Zuz' + Beylin
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  6vsn
Titre : Roturière
Race : Gerudo
Âge : 25 ans
Allégeance : Neutre
Religion : Laïque
Inventaire : ○ Un cimeterre gerudo en guise d'arme.
○ Un cheval magnifique nommé Azir.

De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Tumblr_inline_p8w92fUhLJ1rs5nvr_250


Voir le profil de l'utilisateur http://breath-of-hyrule.forumsrpg.com/t126-rosaria-sand-the-rose
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Empty
MessageSujet: De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]    De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  EmptyVen 19 Avr - 16:56

De ces yeux qui te regardent
- Rosaria & Isaïah -
Tu pénètres en mon antre au mauvais moment, mais je sens que tu peux m'apporter bien plus qu'une simple visite
Le soleil pénétrait les nombreuses fenêtres du Temple de l'Amazone. Aujourd'hui était une nouvelle journée de travail pour Rosaria et ses filles qui s'étaient toutes préparées comme tous les matins. Faiblement vêtue pour certaines, aujourd'hui, la Gerudo opta pour une robe voilée de couleur noire, faisant ressortir ses courbes féminines. Il s'agissait là, d'une technique flatteuse pour montrer aux clients que toutes les femmes présentes dans cet établissement sont de très belles femmes respectables et aux courses délicieuses. Tout devait servir d'appât, et plus de rubis rentraient dans les poches, mieux c'était. Sa tenue n'était pas très épaisse mais cachait le strict nécessaire pour ne pas trop en dévoiler. Rosaria en avait presque fini avec sa vie de prostituée, ne désirant plus l'être complètement. Elle préférait s'adonner à la danse ou aux arts qu'elle avait apprit par le passé. C'était extrêmement rare qu'elle se donnait aux hommes ou aux femmes qui la désiraient. C'était avant tout une femme entreprenante et dans les affaires.

Donnant un petit coup de balais avec les filles, elles nettoyaient un peu le sol du bordel tout en remettant quelques décorations en place. Oui, parfois, certains clients venaient un peu saouls, et forcément, ils s'accrochaient à tout et à n'importe quoi. La veille, un alcoolique avait finit par tomber sur un meuble, le cassant au passage... Rosaria voulait que les choses soient parfaites et donnent envie aux clients venant passer du temps ici, souhaitent revenir. La réputation du Temple de l'Amazone devait rester la même qu'elle l'était depuis quelques temps maintenant. Rosaria y veillait personnellement.

Il ne devait pas être plus de midi lorsqu'un homme que Rosaria n'eut pas de mal à reconnaître entra dans l'établissement, l'air franchement pas commode. Quelques filles s'approchèrent donc de lui pour le charmer et l'inciter à aller dans l'une des chambres mais l'homme ne semblait pas d'humeur très... chaleureuse. Rosaria, plantée au milieu de la salle principale s'approcha et se fit directement menacée par l'hylien. Se collant presque à elle, il lui saisit le bras avec une poigne ferme, un peu en panique Rosaria chercha à le gifler mais ce dernier la stoppa net avec une force nettement supérieure à la sienne en la maintenant par le poignet.

« Que voulez-vous ? » demande-t-elle d'une voix faible.

« Que celle qui m'a volée hier soir me rende mon argent ! J'avais une belle bourse et le moment même où je quitte ton établissement petite, je ne l'ai plus sur moi. Alors hein, tu vas me dire que j'ai rêvé ? »

L'établissement était devenu rapidement silencieux et personne n'osa vraiment bouger le petit doigt. L'homme lâcha le bras de Rosaria avant de lui prendre le menton entre ses doigts et la forcer à la regarder droit dans les yeux, ce regard lui faisait vraiment peur. N'osant bouger, Rosaria l'écouta parler.

« Je jure, que si tu ne me rends pas mon argent, je vais m'occuper de vous toutes, et je ne suis pas sûre que vous allez aimer ma manière de faire par contre. »

La jeune brune ne semblait pas réagir et elle tenta d'échapper aux mains de cet hylien complètement fou. Elle avait quand même un peu peur et elle ne voulait certainement pas se mettre en danger. Fronçant les sourcils, Rosaria balança son genoux vers l'avant pour aller lui mettre un bon coup entre ses jambes.

« Ne menacez jamais... mes filles, ou moi-même... » murmure-t-elle avec une certaine once de haine dans sa voix.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas

✲ Co-Administratrice ✲
Peuple des îles

Isaïah Van Aleyn

Début de mon aventure : 03/04/2019
Messages : 51
Ҩ Bourse de rubis : 580
Autres comptes : Ganondorf Dragmire.
Avatar : Zach Mcgowan.
Crédits : Cricrilove.
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  3n20
Titre : Lord Capitaine du Black Bird.
Race : Piaf dont les ailes sont effacées par magie. Si on ne le connait pas il n'est donc qu'un Hylien lambda.
Âge : 37 ans.
Allégeance : Neutre à tendance Mal.
Religion : Laïque.
Inventaire : ○ Une armure légère de cuir et de tissu.
○ Un sabre.
○ Un ouistiti pygmée appelé Sam.
○ Un navire pirate nommé le Black Bird.

Pouvoirs :
Saut éclair - bond sur environ deux mètres en une fraction de seconde. Crée une bourrasque de vent capable de propulser dans les air. > enchaînement possible

Voir le profil de l'utilisateur
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Empty
MessageSujet: Re: De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]    De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  EmptyVen 19 Avr - 20:56



De ces yeux qui te regardent
Rosaria & Isaïah

« On ne sort jamais indemne d'une rencontre, quelle qu'elle soit, et certaines viennent même à nous changer. »



Lune 9. Jour 19.



Voila une petite semaine que le Black Bird est amarré sur le quai de Portua, soigneusement gardé par les membres de ton équipage installés spécialement à ce poste. N'affichant guère le drapeau de la Nation des Pirates, il doit en effet attirer l'engouement et la curiosité ; et loin de toi l'envie qu'on vienne fouiller ton navire qui, ne l'oublions pas, reste un bateau de guerre muni de puissants canons et de quelques trésors de valeur. Oui, bien qu'il possède une aura ténébreuse avec ses voiles noires et déchirées, il n'en reste pas moins un splendide bâtiment. Son bois sombre légèrement rougeâtre est lustré et bien entretenus, tout comme la splendide femme ailée dorée qui lui sert de proue. Tu en es fier, à n'en pas douter, autant que tu es fier d'être son Capitaine.

Toutefois et bien que ce titre te comble de satisfaction, tu n'en restes pas moins un homme et tu as besoin de prendre du temps pour toi. Oui, il t'arrive d'être fatigué de toutes tes aventures et tes péripéties, de toutes ces batailles et ces conflits. Tu veux voir autre chose, tu veux changer d'air, jusqu'à même désirer la douceur que tu n'as jamais véritablement connu. Aujourd'hui tu as donc décidé de confier le commandement de ton équipage à ton second afin de te libérer du temps, t’éclipsant jusqu'au bordel qu'on appelle le Temple de l'Amazone. Bah quoi? Les femmes ne sont elles pas la meilleure source de douceur? Vêtu d'une simple chemise sable, d'un pantalon noir ainsi que de bottes et d'une ceinture en cuir ; sur laquelle ne prône d'ailleurs aucune arme ; tu entres dans l'établissement avant d'observer curieusement les lieux. Tu apprécies l'ambiance qui y règne, bien que tu aurais préféré un meilleur accueil...

En effet, toi qui pensais voir de belles amazones te sauter dessus et fondre dans tes bras, tu les trouves terrifiées tandis qu'elles observent une scène dans la salle principale. Ainsi tu t'avances à ton tour pour voir ce qui se passe et constate qu'une des prostituées ; ignorant qui elle est en réalité ; est violemment abordée par un homme qui semble très en colère contre elle. Morbleu! Il faut croire que les ennuis te collent au derrière ces temps ci! Tu entends vaguement une histoire de bourse volée avant qu'une menace sérieuse ne claque. Alors tu fronces les sourcils, agacé ; dans un premier temps non pas par la façon dont il traite cette inconnue, mais parce que le type est clairement entrain de te gâcher ta journée - bah oui, où est ce que tu trouveras ce que tu cherches si ce gredin se tape toutes ces femmes hein? Néanmoins le geste de la brune tend à attirer d'avantage ton attention et à t'intriguer ; découvrant là une créature sauvage qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Ooh voilà qui devient intéressant.

Tu l'observes ainsi plus intensément, étrangement, captant les moindres traits de son visage, de son expression... jusqu'à ce qu'un frisson te traverse de toute part, imprévisible, violent. Tu es troublé, déstabilisé, et tes yeux s’écarquillent de manière incontrôlée lorsque l'homme s'apprête à répliquer à son attaque. Après s'être plié en deux, il s'est en effet redressé et à sortit de son fourreau un poignard. Le voilà qu'il le soulève, prêt à l'abattre sur la jeune femme sans que personne ne réagisse... sauf toi. En effet, le souffle coupé et incapable de résister, tu utilises ton unique pouvoir pour te retrouver en une fraction de seconde entre elle et lui ; bousculant au passage quelques filles qui sont légèrement emportées par le souffle que produit ton saut éclair.

Lancé de dés

Tes doigts s'enroulent donc autour du poignet de la main armée de l'homme qui, surprit mais réactif, réplique aussitôt. Tu n'avais en effet pas vu le second poignard qui, malgré ta propre réactivé d'esquive, réussi tout de même à déchirer ta chemise au niveau de ta poitrine gauche ; la tachant de sang. Tu grognes alors de douleur mais ne te démontes pas ; ton poing vient en effet s'écraser une première fois dans son ventre, le faisant grogner à son tour, reculer d'un pas et lâcher prise sur le premier poignard. Tu esquives ensuite un second coup pour te faire une ouverture, capturant de ce fait son bras qui, avec un impact bien placé de ton genoux, se casse en deux ; le faisant hurler et lâcher sa seconde arme que tu récupères, avant de l'utiliser pour clouer sa main dont le bras n'est pas cassé à une table. L'homme gémit de douleur, désormais incapable de se libérer, tandis que tu recules d'un pas en posant une main sur ton pectoraux ; constatant le sang qui perle sur tes doigts.

Tu grondes donc une nouvelle fois, bien plus de colère que de douleur, avant de t'avancer à nouveau. Tu empoignes en effet le pommeau de l'arme et la tourne légèrement pour écarter la plaie qui transperce sa main, le faisant à nouveau gémir, avant d'attraper ses cheveux de ton autre main pour qu'il tende bien l'oreille. « Ecoute bien espèce de fumier, si c'que tu dis est bien vrai t'vas gentiment faire don d'ta bourse à la gent'dame en compensation d'ta putin d'arrogance, compris? Et t'vas aussi lui présenter tes excuses... Excuse toi j’ai dis! » Ordonnes tu, faisant trembler le poignard pour faire réagir l'homme qui supplie ; pleurnichant. « Pardon... pardon... » « Pardon qui? » Répliques tu en continuant, le faisant gémir de plus bel. « Arghh... Pardon ma dame! » Alors tu retires le poignard, le libérant en le bousculant violemment avant qu'il ne tombe au sol. Aussitôt il se relève et fuit sous ta menace, se pissant presque dessus. « Allez casse toi! Et t'avises pas d'remettre les pieds ici! C'est tes couilles que j'transpercerais la prochaine fois! » Lances tu avant qu'il ne disparaisse pour de bon, et avant de te tourner face à la brune pour planter ton regard d'azur dans le sien.
(c) DΛNDELION

_________________


THE CURSED CAPTAIN
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas

✲ Fondatrice ✲
Peuple d'Hyrule

Rosaria Sand

Début de mon aventure : 03/04/2019
Messages : 113
Ҩ Bourse de rubis : 1220
Autres comptes : Zelda, Arthémis & Adalynn
Avatar : Bruna Marquezine
Crédits : Zuz' + Beylin
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  6vsn
Titre : Roturière
Race : Gerudo
Âge : 25 ans
Allégeance : Neutre
Religion : Laïque
Inventaire : ○ Un cimeterre gerudo en guise d'arme.
○ Un cheval magnifique nommé Azir.

De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Tumblr_inline_p8w92fUhLJ1rs5nvr_250


Voir le profil de l'utilisateur http://breath-of-hyrule.forumsrpg.com/t126-rosaria-sand-the-rose
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Empty
MessageSujet: Re: De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]    De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  EmptyLun 22 Avr - 18:11



De ces yeux qui te regardent
- Rosaria & Isaïah -
Tu pénètres en mon antre au mauvais moment, mais je sens que tu peux m'apporter bien plus qu'une simple visite
Les choses se passèrent plutôt rapidement. Aussitôt Rosaria avait-elle pu faire plier l'hylien de douleur après lui avoir asséner un violent coup de genou entre ses jambes, touchant ses bijoux de famille, qu'il allait répliquer par l'arme. La dernière heure de la gerudo n'ayant pas sonnée, elle n'a pas vu arriver à toute vitesse un homme inconnu qui s'interposa entre les deux. Ni une ni deux, l'inconnu se met à sévèrement faire regretter les menaces qu'avait énoncé l'hylien dont les gémissements firent frémir la gerudo. Rosaria avait déjà vu de la violence, du sang, cela l'impressionnait toujours un peu malgré son tempérament fort et tenace. Certaines filles étaient complètement déboussolées et Rosaria allait les rejoindre, serrant leurs mains dans un mouvement rassurant tandis qu'elles étaient témoins de la scène entre les deux hommes dont un, torturait presque l'autre. Deux filles s'en allèrent dans une des chambres pour masquer de leurs yeux sensibles ce qu'il se déroulait actuellement. La gerudo n'osait pas trop tourner la tête, préférant regarder ses filles dans les yeux avec un léger sourire.

Lorsque l'hylien se mit à s'excuser sous l'obligation de l'inconnu, Rosaria resta muette, le regardant avec mépris partir en vacillant de tous les côtés comme s'il était bourré. La brune tapa des mains devant elle avant de s'adresser à tous les clients et ses filles en haussant sa voix cristalline.

« Pardonnez pour ce qu'il vient de se passer. Retournons à ce que nous faisions ! Laissez simplement à mes filles le temps de s'en remettre pour certaines. Je vous remercie et encore désolée pour le dérangement. »

Rosaria lâcha les mains des filles qui partirent donc en hochant la tête voir leurs clients et les amener dans les chambres, ou dans les coins pour commencer leurs activités. La gerudo hocha à son tour la tête vers l'inconnu qui venait de lui sauver la vie tout en s'inclinant avec respect avec un petit sourire au visage, non sans dissimuler une certaine façon de charmer.

« Je ne sais comment vous remercier monsieur, vous m'avez sauvé la vie. Je vous en dois une. »

Bien évidemment que la jeune femme savait se montrer respectueuse et polie. Même si elle n'avait pas eu un passé facile, elle savait se montrer courtoise et agréable, surtout envers ceux qui venaient de lui sauver la vie. Prenant un air plus sérieux, plus doux et agréable, Rosaria se rapprocha de lui en le regardant dans les yeux. Attendant donc sa réponse, elle finit par poser son index sur le bras de l'homme en reprenant la parole.

« Dîtes-moi ce que vous voudriez, je vous offre ce que vous voulez. Du moins, ce qui est en mon pouvoir. »

Quelques filles se trouvaient non loin de Rosaria, attendant de voir s'il désirait prendre du bon temps avec l'une d'elles. Croisant les bras enfin, la gerudo pencha son visage sur le côté en accueillant un nouveau client qui venait d'entrer, un habitué des lieux qui vit sa demoiselle venir vers lui. Faisant un geste de la main à ses filles qui attendaient derrière elle, Rosaria invita son sauveur à s'éclipser un peu plus loin avec elle afin qu'ils se retrouvent seuls à seuls.

« Je suis toute ouïe, mon cher... ? » Elle marqua une pause, l'invitant à lui donner son prénom afin qu'elle puisse le nommer par ce dernier lorsqu'elle s'adresserait à lui.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas

✲ Co-Administratrice ✲
Peuple des îles

Isaïah Van Aleyn

Début de mon aventure : 03/04/2019
Messages : 51
Ҩ Bourse de rubis : 580
Autres comptes : Ganondorf Dragmire.
Avatar : Zach Mcgowan.
Crédits : Cricrilove.
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  3n20
Titre : Lord Capitaine du Black Bird.
Race : Piaf dont les ailes sont effacées par magie. Si on ne le connait pas il n'est donc qu'un Hylien lambda.
Âge : 37 ans.
Allégeance : Neutre à tendance Mal.
Religion : Laïque.
Inventaire : ○ Une armure légère de cuir et de tissu.
○ Un sabre.
○ Un ouistiti pygmée appelé Sam.
○ Un navire pirate nommé le Black Bird.

Pouvoirs :
Saut éclair - bond sur environ deux mètres en une fraction de seconde. Crée une bourrasque de vent capable de propulser dans les air. > enchaînement possible

Voir le profil de l'utilisateur
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Empty
MessageSujet: Re: De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]    De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  EmptyMar 23 Avr - 15:17



De ces yeux qui te regardent
Rosaria & Isaïah

« On ne sort jamais indemne d'une rencontre, quelle qu'elle soit, et certaines viennent même à nous changer. »



Lune 9. Jour 19.



Choquer les autres? Ton histoire se résume à ça et tu t'en moques bien. Tu dirais même que tu as l'habitude, voir que c'est une passion dans ton cas ; tu as appris à ne pas te voir à travers les yeux qui te regardent mais comme tu l'entends. Le Maudit fait en effet ce qu'il veut faire, parfois de manière juste, parfois de manière irréfléchi et, comme dans ce cas là, de manière incontrôlée.

C'est elle qui est responsable de ton trouble, celle se trouvant devant tes yeux dont la couleur est similaire aux profondeurs de l'océan que tu chéries tant. Du fait de la manière dont elle s'est adressé aux clients présents et à ses filles, il te semble avoir compris qu'elle est maîtresse de ces lieux. Bouarf, qu'importe, pour toi elle n'est toujours qu'une pute... néanmoins quelque chose au fond de toi te hurles le contraire. Te force à la découvrir plus encore. Ta curiosité aura ta peau Isaïah, c'est moi qui te le dis! « Je ne sais comment vous remercier monsieur, vous m'avez sauvé la vie. Je vous en dois une. » « Si j'exigeais d'toutes celles à qui j'ai porté secours qu'elles me récompensent, ma dame, j'passerais ma vie à réclamer mon du... » Répliques tu simplement. Non, en plus de ne pas être très patient lorsque quelqu'un te dois quelque chose, tu es plus du genre à prendre qu'à attendre qu'on t'offre. Tu n'es pas un héro, loin de là, et tu ne cherches pas de reconnaissance.

Néanmoins sans ajouter quoi que ce soit tu la laisses s'approcher, captivé, l'observant avec toute l'intensité que ton regard sait offrir ; comme si encore une fois tu enregistrais dans ton esprit les traits doux de son visage. Cette fille est une véritable sirène. Tu es troublé, tétanisé. Bon sang tu en as connu des femmes! Mais celle la a tendance à te faire perdre tes moyens, comme les perdrait un pauvre jeunot encore pucelle. Et bordel à queue ça t'agace! Tu soutiens toutefois son regard sans difficulté, ton visage restant pour le moment quelque peu impassible.

« Dîtes-moi ce que vous voudriez, je vous offre ce que vous voulez. Du moins, ce qui est en mon pouvoir. » C'est peine perdu car le contact de son doigts sur ton avant bras te fait frisonner, laissant à nouveau un choc électrique te traverser de toute part. Euuh... tu t'appelles comment déjà? Et pourquoi tu es ici maintenant? Ah oui... pour baiser. Encore une fois tu es troublé et aucun mot ne parvient à traverser la barrière de tes lèvres. Tu bénis alors l'océan lorsqu'un autre client se présente et que la jeune femme détourne son attention de toi pour le saluer, te permettant de souffler et de reprendre tes esprits.

Puis tu la suis docilement lorsqu'elle t'invite à t'éclipser à ses cotés, empêchant ton regard de se poser sur elle. Bah oui quoi, cette femme est une ensorceleuse et il est hors de question pour toi qu'elle t’attrape si facilement dans ses filets. Tu as un minimum de fierté quand même! « Je suis toute ouïe, mon cher... ? » Avant de répondre tu t'installes de manière nonchalante dans un canapé, un peu trop brutalement puisque, soudainement, une douleur te tiraille la poitrine. Tu grondes alors légèrement en te redressant un peu et en posant une main sur ta plaie pour la compresser, par dessus le chemise qui a imbibé une certaine quantité de sang. « Du rhum! » Lances tu alors subitement avant de relever les yeux vers elle. Elle semble... surprise par le nom que tu viens de lui donner. Ah oui merde, elle t'a implicitement demandé ton prénom. Tu te mets ainsi à sourire, un peu moqueur, ce qui détend et adoucis de toute évidence les traits de ton visage. « J'veux dire qu'un verre de rhum m'suffira, si t'en as en stock. » Ajoutes tu plus doucement et poliment.

Et oui, contre toute attente tu ne lui demandes pas ce que tu es venu chercher ici à la base. Est ce un signe de respect? Peut être. Quoi qu'il en soit tu imagines bien que la scène à laquelle elle a assisté ne l'a pas laissé indifférente, et préfères lui laisser le temps de s'en remettre... et par la même occasion te laisser le temps de t'en remettre toi même. Pas que ta blessure soit mortelle ou excessivement douloureuse, mais tu ne te vois pas pratiquer le coït dans cet état, même avec une prostituée. Tu n'es aucunement du genre masochiste. Puis ton trouble n'arrange rien à ton affaire, tu préfères resté prudent avec ce genre de chose. « J'm'appelle Isaïah... » Finis tu par répondre avant de demander. « ... et à qui ai-je l'honneur? » Puis tu reposes ton dos contre le dossier, plus doucement, afin de t'installer confortablement et ajouter. « T'as d'bon réflexe : Viser les couilles d'un homme lorsqu'il t'agresse est en effet la première chose à faire... mais la prochaine fois tâche d'lui casser l'nez quand il s'trouve agenouillé à tes pieds. Ça t'éviteras c'genre de débordement. »

(c) DΛNDELION

_________________


THE CURSED CAPTAIN
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas

✲ Fondatrice ✲
Peuple d'Hyrule

Rosaria Sand

Début de mon aventure : 03/04/2019
Messages : 113
Ҩ Bourse de rubis : 1220
Autres comptes : Zelda, Arthémis & Adalynn
Avatar : Bruna Marquezine
Crédits : Zuz' + Beylin
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  6vsn
Titre : Roturière
Race : Gerudo
Âge : 25 ans
Allégeance : Neutre
Religion : Laïque
Inventaire : ○ Un cimeterre gerudo en guise d'arme.
○ Un cheval magnifique nommé Azir.

De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Tumblr_inline_p8w92fUhLJ1rs5nvr_250


Voir le profil de l'utilisateur http://breath-of-hyrule.forumsrpg.com/t126-rosaria-sand-the-rose
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Empty
MessageSujet: Re: De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]    De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  EmptyMar 7 Mai - 15:48


De ces yeux qui te regardent
- Rosaria & Isaïah -
Tu pénètres en mon antre au mauvais moment, mais je sens que tu peux m'apporter bien plus qu'une simple visite
Comme la vie lui avait apprit, Rosaria continuait de tenter d'inciter cet homme venu d'ailleurs afin qu'il reste un peu plus dans l'établissement, qu'il s'amuse ou non, c'était important pour la gerudo. Il ne fallait pas qu'il reparte avec une mauvaise image d'elle ou de la maison évidemment. Ce n'était pas bon pour les affaires et les rumeurs allaient vite malheureusement. Portua était une ville de grande influence, donc forcément... Rosaria s'efforçait de garder l'image qu'elle avait avec ses filles.

Alors que l'inconnu brun répond à la jeune demoiselle, cette dernière le trouvait quelque peu... sûrement trop fier ou quelque chose comme ça. Comme s'il se vantait de courir après les femmes pour leur porter secours ? Rosaria ne fronça pas les sourcils, restant toujours affairée à l'approcher, tenter de le comprendre et percer sa carapace. Charmer et séduire les clients faisait parti de son quotidien et la gerudo prenait bizarrement, un grand plaisir à tenter cet homme qui avait une certaine aura... pas déplaisante dira-t-on.

« Vous devez avoir une bonne réputation si vous portez main forte régulièrement. »

Pendant quelques instants, l'homme semblait ailleurs. Rosaria en profitait donc pour poursuivre, le caressant avec une certaine légèreté, faisant passer ce geste comme "normal" pour elle, pour les autres. Son sourire radieux n'avait pas quitté ses lèvres et ses yeux brillaient de cette lueur si particulière. La jeune gerudo l'invita donc à la suivre pour s'éclipser un peu plus loin dans un coin. Là, l'homme s'assit sur le canapé et il laissa s'échapper un petit grognement qui tira Rosaria de ses pensées alors qu'elle remarqua le sang tâchant sa chemise déchiré. Fronçant les sourcils, elle fit signe à une de ses filles de venir vers elle et lui demander le nécessaire pour soigner un peu la blessure de l'homme. Se retournant l'air de rien, Rosaria avait donc demandé à ce dernier comment il s'appelait et il s'écria rhum... ? Elle haussa un sourcil, affichant une expression plutôt surprise avant de croiser les bras. Se reprenant, l'inconnu sembla se détendre un peu et finalement annonça s'appeler Isaïah. Rosaria eut un sourire en coin alors qu'elle voyait une fille revenir avec quelques bandages et un flacon contenant un liquide sentant assez fort.

« Je me nomme Rosaria » laisse-t-elle planer dans l'air avant de s'avancer vers Isaïah et s'approcher de sa plaie. « Laissez-moi au moins nettoyer votre plaie. On ne sait jamais. Je ne voudrai pas avoir vent que votre blessure causée par un de mes "clients" vous ait porté malheur. »

Peut-être qu'il refuserait, auquel cas, Rosaria n'irait pas lui forcer la main. Ce n'était clairement pas le but de la manœuvre de toute manière. Remettant ses longs cheveux bruns en arrière, la jeune gerudo fit tomber un peu du liquide désinfectant sur un tissu propre avant de l'approcher de la poitrine d'Isaïah, lui lançant un regard comme pour lui demander la permission d'approcher un peu plus et appliquer le tissu.

Tout juste après, il se met à presque "complimenter" la réaction que la gerudo avait eue lorsque son client l'avait agressée. Lui faisant remarquer son erreur. Rosaria soupira légèrement en détournant légèrement le regard sur le côté avant de redresser ses yeux vers ceux d'Isaïah, un sourire amusé aux lèvres.

« Je vous remercie de cette astuce. Je n'hésiterai pas la prochaine fois. C'est juste que ce n'est pas non plus dans mes habitudes, la violence disons, même si j'y ai été contrainte plus d'une fois. Un nez cassé ne me choquera pas. » Elle qui avait comploté avec d'autres prostituées pour s'enfuir de leur ancien bordel dans lequel elles étaient retenues prisonnières et jetées comme de vulgaires bouts de viande...

La jeune femme gardait son regard planté dans celui de l'inconnu, se perdant pendant quelques secondes dans ses yeux azurés qui étaient d'une beauté... envoûtante. Reprenant ses esprits et revenant à la réalité, Rosaria écarta alors légèrement la chemise trempée de sang d'Isaïah pour mieux voir la blessure, elle n'était pas non plus mortelle, mais cela restait une plaie qui devait être soignée.

« J'irai ensuite voir si je ne peux pas vous trouver une bouteille de rhum quelque part. Lors de nos festivités nocturnes, nous avons quelques boissons que nous offrons aux clients. Il doit en rester de la dernière fois » Prenant son inspiration pendant quelques secondes, Rosaria finit par poursuivre. « Pardonnez mon indiscrétion, mais d'où venez-vous ? Votre allure n'est pas celle d'un Hyrulien » finit-elle par dire.

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas

✲ Co-Administratrice ✲
Peuple des îles

Isaïah Van Aleyn

Début de mon aventure : 03/04/2019
Messages : 51
Ҩ Bourse de rubis : 580
Autres comptes : Ganondorf Dragmire.
Avatar : Zach Mcgowan.
Crédits : Cricrilove.
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  3n20
Titre : Lord Capitaine du Black Bird.
Race : Piaf dont les ailes sont effacées par magie. Si on ne le connait pas il n'est donc qu'un Hylien lambda.
Âge : 37 ans.
Allégeance : Neutre à tendance Mal.
Religion : Laïque.
Inventaire : ○ Une armure légère de cuir et de tissu.
○ Un sabre.
○ Un ouistiti pygmée appelé Sam.
○ Un navire pirate nommé le Black Bird.

Pouvoirs :
Saut éclair - bond sur environ deux mètres en une fraction de seconde. Crée une bourrasque de vent capable de propulser dans les air. > enchaînement possible

Voir le profil de l'utilisateur
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Empty
MessageSujet: Re: De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]    De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  EmptyLun 20 Mai - 14:47



De ces yeux qui te regardent
Rosaria & Isaïah

« On ne sort jamais indemne d'une rencontre, quelle qu'elle soit, et certaines viennent même à nous changer. »



Lune 9. Jour 19.



« Vous devez avoir une bonne réputation si vous portez main forte régulièrement. » Tu réprimes un rire en un simple souffle à cette réplique. Disons que c'est... compliqué ; tu ne prêtes pas main forte à n'importe qui. En effet, ta réputation n'est plus à faire concernant la Nation des Pirates ; en revanche en Hyrule tu as tout à construire. Tes bonnes actions sont infiniment ridicules comparées aux mauvaises, mais ça elle ne peut pas le savoir. Pas encore.

Puis, une fois à l'écart des autres, la jeune femme semble prompt à te venir en aide concernant l'entaille sur ta poitrine. Oui, tu as bien remarqué qu'elle a réclamé quelques choses à l'une de ses filles et découvre quoi lorsque cette dernière revient avec un semblant de trousse à pharmacie. « Je me nomme Rosaria. Laissez-moi au moins nettoyer votre plaie. On ne sait jamais. Je ne voudrai pas avoir vent que votre blessure causée par un de mes "clients" vous ait porté malheur. » Ainsi elle se présente à te demande, te révélant son si jolie nom... un nom qui t'atteint et te trouble tout particulièrement... et tu la laisses s'approcher. En se faisant tu commences à déboutonner ta chemise et répliques. « N'ai crainte, s'il m'arrive quoi qu'ce soit à cause d'ce bouffon c'est lui qui l'paiera. » Et de sa vie qui plus est ; mais ça tu le gardes pour toi. C'est d'ailleurs à ce moment là que tu lui donnes quelques conseils concernant sa réaction face à ce genre d'individu. « Je vous remercie de cette astuce. Je n'hésiterai pas la prochaine fois. C'est juste que ce n'est pas non plus dans mes habitudes, la violence disons, même si j'y ai été contrainte plus d'une fois. Un nez cassé ne me choquera pas. » « Quoi qu'on dise et bien qu'elle n'soit pas toujours la seule solution, la violence résous bien des problèmes... il s'rait néanmoins dommage qu'un si beau visage soit abîmé pour si peu. » Répliques tu à sa suite, plongeant ton regard profond dans le sien pour la contempler d'avantage.

Tu es envoûté toi aussi, troublé par cette sirène qui se trouve face à toi. Ton cœur s'emballe ainsi étrangement dans ta poitrine durant cet échange ; tu es d'ailleurs incapable de t'en libérer et reprends un tant soit peu tes esprit lorsque Rosaria écarte ta chemise afin d'observer ta plaie. Tu lui facilites d'ailleurs la tache en enlevant complètement le tissu ensanglanté, le déposant sur l'accoudoir ; dévoilant ainsi les quelques cicatrices de tes bras et de ton torse (ton dos entaillé par la magie qui cache tes ailes n'étant pas visible), ainsi que le signe tatoué des pirates sur la poitrine opposée à ta blessure. Tu n'as guère honte de cela, les gens n'ayant pas encore tout à fait conscience de ce qu'il signifie. « J'irai ensuite voir si je ne peux pas vous trouver une bouteille de rhum quelque part. Lors de nos festivités nocturnes, nous avons quelques boissons que nous offrons aux clients. Il doit en rester de la dernière fois. » Lance t-elle alors. Oui à n'en pas douter il te faut de l'alcool pour te libérer de tout ça, de cet enchantement, afin de revenir à la réalité. Pour les pirates le rhum est en effet le meilleur de tout les remèdes ; quoi que tu te demandes un instant si cette sorcière ne serait pas capable de t'empoissonner avec son soit disant rhum.

« Pardonnez mon indiscrétion, mais d'où venez-vous ? Votre allure n'est pas celle d'un Hyrulien. » Demandes t-elle ensuite, te sortant de ta paranoïa évidente. Beaucoup trop troublé et qui plus est blessé, tu te fais sans doute des idées. Alors tu réprimes tout ça et lui souris, amusé et taquin, avant de t'exclamer. « Merci du compliment! Les Hyruliens sont un peu trop... coincés à mon gout. Sans vouloir t'offenser, bien entendu. » Ajoutes-tu en inclinant respectueusement la tête ; loin de toi l'idée de la vexer mais oui, la vie sur les îles est bien différente d'ici, tout comme les habitants. Néanmoins en l'observant t'avantage tu t’aperçois qu'elle n'est pas comme les autres non plus, avec sa peau hâlée et la force dans son regard ; serait elle originaire de la mer de sable dont tu as entendu parlé? « J'viens d'la mer des Cieux. N'me demandes pas sur quelle île j'vis, l'océan tout entière est ma maison. » Réponds tu alors et ce avec une certaine fierté. Oui, tu es à toi tout seul une bouffée d'air frais, un torrent d’aventure ; tu incarnes la liberté et es il semblerait que tu soit prêt à te battre pour elle.

Puis la curiosité te ronge et tu ne peux guère t'empêcher de demander. « Tu sembles différente des Hyruliens lambda toi aussi... j'me trompes? » Ta tête s'est légèrement penchée sur le coté. Intrigué, tu la fixes de ton regard perçant, comme si tu cherchais à lire en elle. Elle t'intéresse c'est clair, dans bien des sens, et tu n'hésites pas une seule seconde à lui révéler ce fait ; qu'est ce que tu risques de plus après tout? Elle t'a déjà enchanté, autant que tu en profites. « Raconte moi donc un peu ton histoire. »

(c) DΛNDELION

_________________


THE CURSED CAPTAIN
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas

✲ Fondatrice ✲
Peuple d'Hyrule

Rosaria Sand

Début de mon aventure : 03/04/2019
Messages : 113
Ҩ Bourse de rubis : 1220
Autres comptes : Zelda, Arthémis & Adalynn
Avatar : Bruna Marquezine
Crédits : Zuz' + Beylin
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  6vsn
Titre : Roturière
Race : Gerudo
Âge : 25 ans
Allégeance : Neutre
Religion : Laïque
Inventaire : ○ Un cimeterre gerudo en guise d'arme.
○ Un cheval magnifique nommé Azir.

De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Tumblr_inline_p8w92fUhLJ1rs5nvr_250


Voir le profil de l'utilisateur http://breath-of-hyrule.forumsrpg.com/t126-rosaria-sand-the-rose
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Empty
MessageSujet: Re: De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]    De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  EmptyMer 22 Mai - 16:10


De ces yeux qui te regardent
- Rosaria & Isaïah -
Tu pénètres en mon antre au mauvais moment, mais je sens que tu peux m'apporter bien plus qu'une simple visite
Cet homme venu d'autres contrées semblait être si mystérieux que cela donnait envie à Rosaria d'apprendre à le connaître un peu plus. Mais chaque chose en son temps, n'est-ce pas ? Se trouvant un peu à l'écart de l'entrée et du reste de l'établissement, la gerudo allait donc s'occuper de lui et tenter de lui faire oublier ce petit incident. Mais avant, elle comptait lui désinfecter la plaie que lui avait laissé l'enfoiré de toute à l'heure. Isaïah semblait être coopératif, déboutonnant un peu sa chemise pour aider la jeune femme à nettoyer la blessure. Un petit sourire s'afficha sur les lèvres de Rosaria qui en profitait tout de même pour observer un temps le torse à moitié nu de son interlocuteur. Le petit compliment qu'il fait à la gerudo indirectement la fit encore plus sourire, lui donnant envie de jouer un petit jeu pendant encore quelques temps. C'est finalement une expression légèrement surprise qu'elle affiche lorsqu'Isaïah retire complètement sa chemise. Penchant délicatement son visage sur le côté, elle commença à nettoyer ensuite la plaie avec une grande tendresse. Là n'était pas l’intérêt de lui faire mal bien que ça risquait de piquer un petit peu ceci étant. Observant ses réactions, Rosaria continua de lui désinfecter la plaie. Malgré que sa peau était endommagée, taillée, avec de multiples cicatrices et tatouages, la gerudo y trouvait un certain charme.

« Malheureusement vous avez raison. La violence m'a sauvée plusieurs fois. Bien qu'aujourd'hui cela a sûrement été mon jour de chance de vous avoir à l'entrée de la maison. »

Continuant d'appliquer et tamponner doucement la plaie, Rosaria l'observe de temps à autre pour lui jeter des regards et des sourires. Le rhum attendra qu'elle aura finit de nettoyer la blessure. Elle n'est pas profonde mais à tout de même besoin d'être désinfectée. Qui sait ce qu'avait l'arme de cet hylien...
Puis finalement, pour détendre un peu l'atmosphère et s'intéresser un peu plus à Isaïah, Rosaria lui avait posé la fameuse question de ses origines. La réponse qu'il lui donna la fit sourire, le laissant parler autant qu'il voudrait. Son sourire faisait fondre la belle gerudo.

Elle recula enfin sa main du torse de l'homme, ayant terminé de s'occuper de la plaie. Déposant le tout au sol non loin d'eux, la jeune femme reprit ses esprits et dirigea son regard vers son interlocuteur. Il venait des îles ? Aaaah... Voilà qui expliquait tout dans sa démarche et sa dégaine. Ce n'est pas le premier voyageur des mers que Rosaria croisait. Portua est la ville portuaire d'Hyrule alors il était évident qu'elle avait fait la connaissance de certains.

« L'air de la mer doit être fascinant. Je dois avouer n'avoir jamais mit les pieds dans un bateau. Mais ce doit être une aventure qui mérite d'être vécue. »

En effet, Rosaria n'avait pas l'âme d'une grande voyageuse, elle qui aimait plutôt la stabilité, cela l'intéressait beaucoup. La mer des Cieux devait regorger de merveilles et de découvertes toutes plus belles que les autres. Ou peut-être pas. Rosaria pouvait se faire une idée du monde trop naïve ou utopique. Lorsqu'Isaïah s'intéresse à elle en lui posant une question, la gerudo redresse doucement son doux visage vers lui, lui souriant avec satisfaction.

« Je viens du désert Gerudo, une contrée bien particulière d'Hyrule. Il est peut-être donc vrai que je possède une attitude quelque peu différente. »

Le regard qu'Isaïah lui lançait réussissait à la déstabiliser quelques secondes. Il avait un tel regard si profond et mystérieux... C'était rare qu'un client fasse autant d'effet à Rosaria qui n'avait pas pour habitude de s'attarder sur des détails du genre avec les hommes et les femmes qui venaient prendre du bon temps dans le bordel.

« Nous parlerons de nous en compagnie d'une bonne bouteille, qu'en dîtes-vous ? »

A ces mots, Rosaria se redresse pour s'éclipser et aller dans une pièce à l'arrière "secrète" et loin des regards. Passant une porte, elle alla chercher deux verres et une bouteille de rhum qui lui restait de la dernière soirée. Quelques minutes plus tard, la gerudo était de retour auprès de son mystérieux client masculin. Elle lui adressa un sourire et servit avec habileté deux verres de rhum dont un qu'elle tendit à Isaïah.

« Mon histoire n'a rien d'un conte de fées. Née dans le désert d'une mère célibataire... vendue à un hylien quand j'étais jeune, j'ai finis prostituée contre mon gré. »

Avouer cela n'avait vraiment aucune importance, cela faisait longtemps que Rosaria avait pu prendre du recul sur son passé. Bien qu'elle en ait beaucoup souffert, aujourd'hui ce n'est que de souvenirs qui ont réussis à forger la femme qu'elle était aujourd'hui. Prenant une gorgée du rhum directement, puisque oui, la demoiselle buvait de l'alcool de temps en temps, elle replongea son regard vers Isaïah avec un sourire aux lèvres.

« Aujourd'hui, je tiens cette maison avec mes filles que j'ai rencontrées par le passé. Bien que de plus en plus d'hommes se montrent trop... violents envers nous. Je parle par exemple du cas de l'hylien de toute à l'heure que vous avez flanqué à la porte. Ce n'est pas un cas rare malheureusement. »

Elles étaient des femmes, mais qui avaient réussis un jour à tuer leur ancien tenancier. Des femmes à ne pas sous-estimer bien qu'un peu d'aide ou de sérénité ne serait pas de refus. Certaines filles stressaient immédiatement dès lorsqu'un homme franchissait la porte du bordel.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas

✲ Co-Administratrice ✲
Peuple des îles

Isaïah Van Aleyn

Début de mon aventure : 03/04/2019
Messages : 51
Ҩ Bourse de rubis : 580
Autres comptes : Ganondorf Dragmire.
Avatar : Zach Mcgowan.
Crédits : Cricrilove.
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  3n20
Titre : Lord Capitaine du Black Bird.
Race : Piaf dont les ailes sont effacées par magie. Si on ne le connait pas il n'est donc qu'un Hylien lambda.
Âge : 37 ans.
Allégeance : Neutre à tendance Mal.
Religion : Laïque.
Inventaire : ○ Une armure légère de cuir et de tissu.
○ Un sabre.
○ Un ouistiti pygmée appelé Sam.
○ Un navire pirate nommé le Black Bird.

Pouvoirs :
Saut éclair - bond sur environ deux mètres en une fraction de seconde. Crée une bourrasque de vent capable de propulser dans les air. > enchaînement possible

Voir le profil de l'utilisateur
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Empty
MessageSujet: Re: De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]    De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  EmptyVen 14 Juin - 14:43



De ces yeux qui te regardent
Rosaria & Isaïah

« On ne sort jamais indemne d'une rencontre, quelle qu'elle soit, et certaines viennent même à nous changer. »



Lune 9. Jour 19.



Tu ne la quittes pas des yeux tandis qu'elle s'applique à désinfecter la plaie, observant le moindre de ses traits, la moindre de ses mimiques ; tu sembles ailleurs, ensorcelé. Même lorsqu'elle relève de temps à autre la tête vers toi et t'offre un sourire, tu ne dévie pas ton regard ; bien au contraire, ce dernier semble s'intensifier au contact du sien. Ainsi tu te contentes de répondre naturellement à ses interrogations, restant plutôt vague comme à ton habitude. « L'air de la mer doit être fascinant. Je dois avouer n'avoir jamais mit les pieds dans un bateau. Mais ce doit être une aventure qui mérite d'être vécue. » Réplique t-elle alors, attisant un sourire léger sur tes lèvres, presque fier. « P't'être auras tu un jour l'occasion d'fouler l'pont d'mon navire... » Répond tu de manière plutôt précipitée, irréfléchie ; tu es spontané mon cher Isaïah et ça se voit. Oui c'est véritablement une proposition que tu lui fais là, sans même la connaitre. Tu ajoutes ainsi, contre toute attente sans confusion et plutôt malicieux, assuré, pour t'expliquer « ...j'veux dire, pour t'remercier d'prendre soin d'moi. » même si ce n'est pas totalement vrai. La vérité est qu'elle t'intrigue au plus haut point et que tu désirs en apprendre plus, bien plus ; tu as en effet conscience qu'elle est ici en son domaine, et tu veux voir si cette carapace, si cette image qu'elle se donne est vraiment ce qu'elle est.

Voilà d'ailleurs l'une des raisons pour laquelle tu réclames d'avantage d'informations sur elle. Tu captes dans un premier temps par toi même qu'elle n'est pas du coin ; intuition qu'elle te confirme sans attendre. « Je viens du désert Gerudo, une contrée bien particulière d'Hyrule. Il est peut-être donc vrai que je possède une attitude quelque peu différente. Nous parlerons de nous en compagnie d'une bonne bouteille, qu'en dîtes-vous ? » Demande t-elle finalement. « Avec grand plaisir. » Réponds tu alors aussitôt, l'air enjoué et satisfait. Ainsi tu la regardes s'éclipser, soupirant doucement pour reprendre un tant soit peu tes esprits ; mille million de mille sabord, dans quel pétrin tu t'es fourré encore? Puis tu te lèves doucement du fauteuil pour te dégourdir les jambes, ne prenant pas la peine de remettre ta chemise déchirée et tachée de sang. Tu observes alors simplement les tableaux qui décorent les murs ; offrant malencontreusement la vision terrible de ton dos à la jeune femme lorsqu'elle entre à nouveau dans la pièce. Ta chaire est en effet barrée de deux larges cicatrices, une sur chaque omoplates ; bien plus impressionnantes que toutes celles que tu peux porter. Elles semblent d'ailleurs plutôt jeune, encore rosies, comme si tu avais été mutilé.

Puis tu te tournes vers elle lorsque tu perçois sa présence, lui offrant un doux sourire avant de t'approcher. Tu as soif à n'en pas douté ; d'alcool oui, mais surtout de connaissance. Ainsi tu attrapes soigneusement le verre qu'elle te tend, frôlant intentionnellement ses doigts au passage ; tentative de charme? Peut être. ; avant que le bas de ton dos ne prenne appuie sur la table prêt de vous. Tu préfères en effet resté debout, étalant quelque peu les muscles saillants de ton torse encore nu, pour l'écouter attentivement tout en sirotant tranquillement ton rhum. « Mon histoire n'a rien d'un conte de fées. Née dans le désert d'une mère célibataire... vendue à un hylien quand j'étais jeune, j'ai finis prostituée contre mon gré. » Et bien, son histoire n'a en effet rien d'un conte de fée ; à quoi tu t'attendais? Peu de femmes sont nymphomanes au point de se prostituer, bien que cela existe dans ce monde de fou. Néanmoins tu es surpris du sang froid dont elle fait preuve, ça ne semble aucunement l'atteindre ; mais comment fait elle? Ton expression semble ainsi plus grave alors que tu penches légèrement la tête sur le coté, intrigué. Tu es incapable de raconter ton histoire aussi impassiblement qu'elle, tu es d'ailleurs incapable de la raconter tout court. Ton passé est derrière toi, certes, mais la honte qui l'accompagne est toujours bien ancré en ton sein.

Tu ne rétorques néanmoins rien ; tu te doutes bien qu'elle ne veut pas de ta pitié. Toutefois la suite de ses mots ont tantôt fait d'attiser d'avantage ton attention et ton intérêt. « Aujourd'hui, je tiens cette maison avec mes filles que j'ai rencontrées par le passé. Bien que de plus en plus d'hommes se montrent trop... violents envers nous. Je parle par exemple du cas de l'hylien de toute à l'heure que vous avez flanqué à la porte. Ce n'est pas un cas rare malheureusement » « Vous n'avez personne pour vous protéger? » T'étonnes tu ; tu pensais en effet avoir affaire à un cas exceptionnel et que, d’habitude, des hommes étaient là pour veiller sur elles et leur établissement. Tu t'expliques donc. « Là d'où j'viens, c'genre de maison dispose toute d'un protecteur. Certains l'sont en échange d'rubis, d'marchandises ou d'avantages au prêt des filles. D'autres contre des services rendus... » Ton regard s'illumine soudainement à tes mots au même titre qu'il devient plus perçant. Tu as une idée dans la tête, c'est évident. Tu ignorais jusque là comment t'y prendre pour soutirer des informations sur ce royaume et sur la royauté qui la dirige ; tu avais imaginé apeurer quelques voyageurs, torturer les plus tenaces ou en soudoyer d'autres... de bonnes méthodes de pirate quoi. Néanmoins tu n'es pas en ton monde ici, l'éthique est différente, le mode de vie est différent ; si tu faisais ça, et ce malgré ton expérience, tu aurais tôt fait de te faire remarquer et d'être traquer. Ainsi tu vois là une opportunité que tu ne peux pas laissé passer et proposes gentiment. « Mes hommes et moi avons prévu d'rester quelques temps à Portua... nous pouvons p't'être passer un marché? Du moins l'temps qu'le Temple de l'Amazone ai suffisamment d'réputation pour dissuader c'genre de comportement. » Tu n'ajoutes rien de plus, ne précises rien ; pas pour le moment du moins. Tu veux déjà constater la réaction de Rosaria, apprendre un peu à la connaitre avant de lui divulguer une partie de ton plan. Tu n'es pas dupe, tu connais le pouvoir des femmes ; s'il peut être un grand avantage dans ta situation, il peut être aussi un piège dans lequel tu ne veux pas tomber.
(c) DΛNDELION

_________________


THE CURSED CAPTAIN
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas

✲ Fondatrice ✲
Peuple d'Hyrule

Rosaria Sand

Début de mon aventure : 03/04/2019
Messages : 113
Ҩ Bourse de rubis : 1220
Autres comptes : Zelda, Arthémis & Adalynn
Avatar : Bruna Marquezine
Crédits : Zuz' + Beylin
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  6vsn
Titre : Roturière
Race : Gerudo
Âge : 25 ans
Allégeance : Neutre
Religion : Laïque
Inventaire : ○ Un cimeterre gerudo en guise d'arme.
○ Un cheval magnifique nommé Azir.

De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Tumblr_inline_p8w92fUhLJ1rs5nvr_250


Voir le profil de l'utilisateur http://breath-of-hyrule.forumsrpg.com/t126-rosaria-sand-the-rose
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Empty
MessageSujet: Re: De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]    De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  EmptyJeu 27 Juin - 13:58

De ces yeux qui te regardent
- Rosaria & Isaïah -
Tu pénètres en mon antre au mauvais moment, mais je sens que tu peux m'apporter bien plus qu'une simple visite
C'est avec délicatesse que Rosaria s'était mise à désinfecter la plaie de l'homme qui était en sa compagnie. Charmante compagnie on dira. Effectivement, c'était réellement rare que des clients faisaient autant d'effet auprès de la belle rose des sables. Elle était comme envoûtée par son charme. Était-ce par sa carrure ? Était-ce pour ses origines ? Était-ce pour ce qu'il était tout simplement ? Rosaria semblait attirée mais pour le moment, elle n'était pas là pour satisfaire ses envies à elle. D'abord, il fallait qu'elle fasse en sorte de lui faire oublier tous ces incidents, l'inciter à lui faire confiance et peut-être même consommer dans le Temple de l'Amazone. La première réplique fit sourire la belle gerudo, oh qu'elle aimerait découvrir cet univers qu'est la mer. Mais malheureusement, elle n'avait pas vraiment l'occasion de voyager pour le moment. Elle préférait mettre tout son temps dans la maison close qu'elle tenait.

« Ce sera avec plaisir, si un jour il m'est donné de découvrir ces nouvelles horizons. »

Une fois après avoir terminé de nettoyer sa plaie, Rosaria avait proposé à Isaïah de pouvoir parler en toute tranquillité autour d'un bon verre de rhum. Rhum qu'il réclamait depuis quelques instants. Ainsi il allait être servi. Après tout, il l'avait aussi tirée d'un mauvais pas alors c'était offert pour cette fois par la maison. Mais Rosaria n'allait pas non plus tout offrir au premier venu. Combien d'hommes allaient déambuler devant sa porte pour tenter d'obtenir les mêmes avantages que le beau brun avait ?
Alors que Rosaria revenait dans la pièce principale, elle eut la vision du dos d'Isaïah, de grosses balafres ornaient sa peau. La gerudo admira les traces pendant quelques secondes avant de décaler ses yeux ailleurs pour revenir auprès de lui. Il semblait très à l'aise pour rester dans une telle tenue. Ce n'était pas rare de voir des hommes torses nus dans la maison close, évidemment, mais Rosaria n'aurait pas pensé qu'il apprécierait autant être ainsi. Après tout, tant mieux, s'il se sentait bien ici c'était bon signe.

Ainsi, Rosaria lui dévoila quelques parties de son histoire dans les grandes lignes. Entre son enfance à la Cité Gerudo, le fait qu'elle fut vendue à un tenancier, qu'elle a été forcée à se prostituer... et que désormais elle est la Madame d'une maison close. Un parcours peut-être banal mais qui pourtant, avait beaucoup apprit à la jeune femme. Notamment son sang-froid. Elle parlait avec tant de neutralité, comme si son passé ne l'affectait plus. Et c'était vrai d'un côté. Rosaria s'épanouissait dans son travail et elle souhaitait montrer que les femmes ne sont pas que des simples chairs dans lesquels ils peuvent venir se vider. Il y a également le respect mutuel et d'autres formes d'arts pour le plaisir des yeux par exemple tels que la danse ou la musique.

Mais Rosaria fut un peu surprise par la question d'Isaïah qui lui demandait si elles avaient quelqu'un pour les protéger. Elle était intriguée et elle le laissa poursuivre sa réplique. Elle l'écoutait évidemment d'une oreille attentive. Puisque bien-sûr qu'une présence protectrice ne serait pas de trop, mais autant bien la choisir. Rosaria n'allait pas mettre les deux pieds dans le plat directement, elle préférait d'abord connaître quelques détails. Après tout, elle ne connaissait cet homme de la mer que depuis quelques minutes, elle voulait d'abord le connaître un peu plus. Plissant les yeux, la jeune gerudo prit la parole en levant ses yeux noisettes vers ceux bleus du bel homme.

« Non, nous n'avons personne qui nous protège. Autant l'avouer, nous nous débrouillons comme nous pouvons. Bien évidemment qu'une aide de ce côté-là ne serait pas refus. Mais nous devrions en parler plus en détails, j'imagine ? »

Rosaria se montrait prudente tout comme intéressée à la fois. Elle ne pouvait cacher qu'elle en avait besoin : elle n'était pas non plus la plus entraînée et elle n'était pas faite pour se battre. Bien que le sang gerudo qui coulait dans ses veines la poussait à être solide et guerrière, Rosaria savait que ce n'était nullement sa spécialité.

« Qu'auriez-vous à me proposer ? J'imagine qu'un tel service de protection ne va pas sans prix. Avez-vous besoin de quelque chose que je puisse vous offrir ? »

Elle haussa les épaules avant de boire une gorgée de rhum. Elle grimaça légèrement avant de se reprendre et replonger ses yeux intrigués dans ceux d'Isaïah avec une telle lueur d’intérêt.

« Je ne vais pas mentir, nous aurions vraiment besoin de protection. Mais je voudrai tout d'abord connaître votre prix, je ne peux pas me plier à toutes les exigences malheureusement, vous vous en doutez. Le Temple de l'Amazone n'en est qu'à ses débuts. Mes ressources sont moyennes pour l'instant. Je serai prête à négocier avec vous. » finit-elle par dire avec un sourire aux lèvres. Rosaria se tenait prête à toutes les discussions avec cet homme.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas

✲ Co-Administratrice ✲
Peuple des îles

Isaïah Van Aleyn

Début de mon aventure : 03/04/2019
Messages : 51
Ҩ Bourse de rubis : 580
Autres comptes : Ganondorf Dragmire.
Avatar : Zach Mcgowan.
Crédits : Cricrilove.
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  3n20
Titre : Lord Capitaine du Black Bird.
Race : Piaf dont les ailes sont effacées par magie. Si on ne le connait pas il n'est donc qu'un Hylien lambda.
Âge : 37 ans.
Allégeance : Neutre à tendance Mal.
Religion : Laïque.
Inventaire : ○ Une armure légère de cuir et de tissu.
○ Un sabre.
○ Un ouistiti pygmée appelé Sam.
○ Un navire pirate nommé le Black Bird.

Pouvoirs :
Saut éclair - bond sur environ deux mètres en une fraction de seconde. Crée une bourrasque de vent capable de propulser dans les air. > enchaînement possible

Voir le profil de l'utilisateur
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Empty
MessageSujet: Re: De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]    De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  EmptyVen 5 Juil - 13:49



De ces yeux qui te regardent
Rosaria & Isaïah

« On ne sort jamais indemne d'une rencontre, quelle qu'elle soit, et certaines viennent même à nous changer. »



Lune 9. Jour 19.



Tu remarques sans difficulté la curiosité et l’intérêt que te portes la jeune femme lorsque tu lui proposes de passer un marché concernant la protection de son établissement. Néanmoins tu remarques également qu'elle est loin d'être naïve et manipulable, et qu'elle doit être de ce fait une femme difficile en affaire ; constat qui de toute évidence te plait beaucoup. En effet, un sourire malicieux, et un tantinet satisfait, s'étire au coin de tes lèvres alors qu'elle réplique. « ...Mais nous devrions en parler plus en détails, j'imagine ? » Question à laquelle tu t'empresses de répondre « Bien sur. J'ai beau être un pirate, je n'passes pas d'marché sans contrat! » avant de finir cul sec ton rhum, de pivoter légèrement ton buste et de poser le verre sur la table contre laquelle tu es appuyé.

Tu reportes ensuite ton attention sur elle ; tu sembles d'ailleurs plus sérieux alors que ton regard perçant se fige dans ses yeux noisettes - le voilà le Capitaine de l'un des plus puissants navire de la Mer des Cieux. Puis tu l'écoutes tandis qu'elle semble déjà commencé à négocier ; haussant un sourcil face à sa prise d'initiative et son culot. Tu n'es pas outré loin de là, ni dérangé de parlementer avec une femme ; chez vous les pirates vous ne faites en effet pas la différence entre les deux sexes ; mais au contraire galvanisé de marchander avec une telle créature. Elle te fascine et t'intrigue véritablement. « N'ai crainte, je n'toucherais pas à tes finances. Mon but n'est pas d'mettre ton commerce dans l’embarras. » Répliques tu à sa suite avant de décoller le bas de ton dos de la table et de faire quelques pas dans la pièce en ajoutant. « En r'vanche j'auras bien b'soin des atouts d'tes filles... » Puis ton sourire s'élargit d'avantage alors que tu soupires un rire que tu réprimes aussitôt, amusé par ton allusion involontairement perverse. « Enfin... qu'les choses soit clairs, mes hommes paieront évidement pour leurs services mais... » Tu croises les bras, redevenant sérieux en la regardant. « ...disons que j'connais rien sur c'continent et qu'j'aimerais qu'mes affaires partent sur d'bonnes bases tu vois... » et par affaire tu parles bien entendu de piraterie ; loin de toi l'idée de dévoiler les projets de ton Roi à une inconnue, ni même son existence d'ailleurs. « ...et pour ça j'ai b'soin d'renseignements, d'ragots en tout genre qu'tes clients peuvent confier aux filles ; que j'sais particulièrement douées pour dénouer les langues. » Entre autre. « En échange d'ces informations j'veillerais à c'que ton établissement gagne en réputation pour anoblir ta clientèle. Et j'veillerais surtout personnellement à c'qu'il y ai toujours quelqu'un sur qui t'puisses compter en cas d'pépin. C'est du donnant donnant, tu m'rend service, j'te rend la pareille. Parole de pirate!.. » Tu ris alors à nouveau, de manière plus expressive ; comme si tu te moquais de toi même. « ..bon ok, dit comme ça ma parole de vaut rien. Mais en guise d'ma bonne foi j'te laisse une longueur d'avance ; j'protège ta maison, j't'aide à c'qu'elle devienne florissante, et tu m'donneras c'que tu m'dois quand tu m'estimerais digne d'confiance. J'te laisses évidement un peu d'temps pour réfléchir aussi. »

Alors que tu la regardes et attends patiemment sa réaction, tu sembles de toute évidence différent des autres pirates ou de l'image qu'on se fait de la piraterie. Tu sembles en effet étrangement sincère, bien que tu ne te vexeras jamais qu'on doute de cette sincérité ; tu restes un pirate et un Capitaine qui plus est. Néanmoins, et que tu le sois ou non, toute personne doit selon toi prouver sa valeur pour être digne de ta confiance ; tu ne vois pas pourquoi elle agirait différemment de son coté. Tu es prêt à lui prouver et à mériter ses services, tu es prêt à l'aider dans son entreprise... en revanche, et ça se lit là, au fond de ton regard dans cette lueur dangereuse, que tu es aussi prêt à veiller à ce qu'elle respecte à un moment ou à un autre sa part du contrat. Faire des concessions tu peux, mais te faire arnaquer certainement pas. Ta parole a un prix, et tu paies d'une manière ou d'une autre dans tout les cas.
(c) DΛNDELION

_________________


THE CURSED CAPTAIN
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas

✲ Fondatrice ✲
Peuple d'Hyrule

Rosaria Sand

Début de mon aventure : 03/04/2019
Messages : 113
Ҩ Bourse de rubis : 1220
Autres comptes : Zelda, Arthémis & Adalynn
Avatar : Bruna Marquezine
Crédits : Zuz' + Beylin
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  6vsn
Titre : Roturière
Race : Gerudo
Âge : 25 ans
Allégeance : Neutre
Religion : Laïque
Inventaire : ○ Un cimeterre gerudo en guise d'arme.
○ Un cheval magnifique nommé Azir.

De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Tumblr_inline_p8w92fUhLJ1rs5nvr_250


Voir le profil de l'utilisateur http://breath-of-hyrule.forumsrpg.com/t126-rosaria-sand-the-rose
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Empty
MessageSujet: Re: De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]    De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  EmptyVen 5 Juil - 21:27

De ces yeux qui te regardent
- Rosaria & Isaïah -
Tu pénètres en mon antre au mauvais moment, mais je sens que tu peux m'apporter bien plus qu'une simple visite
Qu'il ne se méprenne pas, Rosaria avait beau être une femme, elle possédait certaines connaissances dans l'art de négocier. Ce n'était pas une demoiselle à qui on pouvait la mettre à l'envers, surtout qu'elle n'était pas du genre à apprécier qu'on la trahisse, oh que non. Elle comptait évidemment sur la sincérité venant de la part d'Isaïah et qu'il n'essaye pas de l'avoir, de la manipuler. De toute façon, Rosaria sait pertinemment que ce genre de chose peut rapidement être détecté et tout se sait tôt ou tard. Quoi qu'il en dise. En bon pirate, bien-sûr qu'il n'allait pas donner ses services gratuitement. Rosaria aurait été naïve de le croire, c'est pourquoi elle ne fut pas étonnée et son visage afficha une expression plutôt neutre, pas surprise, ni étonnée.

Ses yeux noisettes croisent les iris bleutés d'Isaïah, elle parvenait à capter son attention si aisément, et surtout, la gerudo était vraiment charmée par la beauté de ses pupilles. Autant se l'avouer, Rosaria en a vu des hommes, mais celui-ci dégageait une aura bien particulière et on dirait bien que la belle des sables ne compte pas en rester là avec lui. Elle comptait faire affaire avec lui, mais avant ça, les négociations. Pas question de se jeter dans la gueule du loup. D'autant qu'elle lui avait montré qu'elle n'était pas du genre naïve et tout de suite, elle avait débuté la conversation sérieuse. Elle ne laissait pas à l'homme le temps de profiter, Rosaria était spontanée et opportuniste pour le coup.

Isaïah commence par rassurer la belle, il ne compte pas lui demander des sommes de rubis. Au moins ça d'écarté. Rosaria pouvait souffler. Mais elle ne se détendait pas pour autant, d'ailleurs, son corps s'était légèrement crispé. Ces moments de négociations étaient toujours un peu stressants, surtout pour une demoiselle comme elle. Et pas pour n'importe quel service. Il s'agissait là d'une protection toute entière pour elle, ses filles et le Temple de l'Amazone en généralité.

Rosaria comprend petit à petit qu'il préfère que ses filles fassent les espionnes des ragots de ce qu'il se passe sur le continent d'Hyrule. La curiosité piquait la belle des sables qui en aurait voulu en apprendre plus mais ce n'était certainement pas le sujet du moment. Rosaria écoutait donc parler Isaïah avec attention, hochant la  tête lentement au moment où il termina l'explication de ses désirs. Il était même prêt à commencer le premier à lui rendre service. A cet instant, la gerudo haussa un sourcil avant de plisser ses yeux légèrement. Il pouvait être sincère comme il pouvait être malhonnête. N'importe qui pourrait venir toquer à sa porte et lui demander cela. Sa proposition était pourtant très intéressante, pas besoin de payer en rubis, juste des informations sur Hyrule, sur les rumeurs et les ragots qui circulent sur le royaume. Pas grand chose d'insurmontable à première vue. Mais ne pourrait-il pas fuir au moment-même où elle lui donnerait les premières informations ? Ou lorsqu'il en aurait suffisamment ? Rosaria était dans le doute le plus profond. Mais afin de ne pas faire attendre plus que ça son invité du jour, la gerudo finit par prendre la parole.

« C'est une proposition tout à fait honnête, qui ne me demande pas d'investir réellement. Je n'aurai qu'à demander à mes filles de faire leur part du marché. Mais comme vous vous en doutez, je ne peux faire confiance au premier arrivé. Néanmoins, je promets de réfléchir à cette offre. Votre gage de bonne foi m'intrigue et je serai prête à apprendre à vous connaître. »

Elle ne doutait pas des capacités d'Isaïah, loin de là. Mais il pouvait être le pire malhonnête possible. Bien que bon... il ne l'aurait pas sauvée du mauvais pas dans lequel elle était juste avant avec son client énervé et violent. Rosaria ne savait plus vraiment quoi penser et préférait y réfléchir sereinement. Cependant, elle semblait encline à accepter son offre.

« Voyons voir... » murmure-t-elle.

Avec une certaine agilité, Rosaria exécute un pas sur le côté avant de tenter (sans vouloir le blesser réellement) d'attaquer Isaïah à l'aide de ses mains afin de le bloquer dans ses mouvements. Comme si c'était une attaque furtive, elle voulait se rassurer une nouvelle fois et aussi profiter de tester ses réflexes, même si elle faisait confiance encore une fois, en ses compétences. Elle avait tout de même fait attention à ne pas le blesser à la poitrine afin de ne pas aggraver la plaie qu'il possédait déjà par sa faute. Rosaria garda sa posture pendant quelques instants avant d’acquiescer un sourire.

« N'y voyez pas là une mauvaise intention. Je voulais tout simplement vous observer réagir. »

Rosaria était belle, mais un peu sauvage. Elle restait une femme gerudo, le sang chaud du désert et des guerrières coulait dans ses veines. Elle connaissait tout de même quelques prises de blocage pour désarmer ou même se protéger d'attaques. Mais là, peut-être n'était-ce qu'un petit jeu dont elle avait eu subitement envie de jouer ou tout simplement, elle voulait réellement tester ses réflexes. Elle-même ne le savait pas.

« Je pense que vous et moi avons de quoi partager. Combien de temps me laisseriez-vous afin d'accepter votre offre ? D'autant que je devrai certainement avoir une discussion avec mes filles. Après tout, elles feront parti du marché dans un sens. Bien que je suis certaine qu'elles ne seront pas contre, au contraire. »
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas

✲ Co-Administratrice ✲
Peuple des îles

Isaïah Van Aleyn

Début de mon aventure : 03/04/2019
Messages : 51
Ҩ Bourse de rubis : 580
Autres comptes : Ganondorf Dragmire.
Avatar : Zach Mcgowan.
Crédits : Cricrilove.
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  3n20
Titre : Lord Capitaine du Black Bird.
Race : Piaf dont les ailes sont effacées par magie. Si on ne le connait pas il n'est donc qu'un Hylien lambda.
Âge : 37 ans.
Allégeance : Neutre à tendance Mal.
Religion : Laïque.
Inventaire : ○ Une armure légère de cuir et de tissu.
○ Un sabre.
○ Un ouistiti pygmée appelé Sam.
○ Un navire pirate nommé le Black Bird.

Pouvoirs :
Saut éclair - bond sur environ deux mètres en une fraction de seconde. Crée une bourrasque de vent capable de propulser dans les air. > enchaînement possible

Voir le profil de l'utilisateur
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Empty
MessageSujet: Re: De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]    De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  EmptyVen 5 Juil - 23:21



De ces yeux qui te regardent
Rosaria & Isaïah

« On ne sort jamais indemne d'une rencontre, quelle qu'elle soit, et certaines viennent même à nous changer. »



Lune 9. Jour 19.



Oh il est évident que vous n'avez pas la même façon de négocier. Elle est si sérieuse, presque un peu crispée dans sa réflexion et ne s'autorise aucun détour ; tandis que toi tu sembles prendre ça à la rigolade et n'hésite pas à utiliser l'autodérision. Ça ne fait néanmoins pas de toi quelqu'un de médiocre en affaire, bien au contraire ; lorsque tu estimes que cela est rentable pour toi et que la personne en face est digne de confiance, tu sais faire des concessions et être généreux. En revanche quand le contrat te semble peu honnête, tu as tendance à faire ressortir d'avantage ce coté pirate violent ; utilisant votre réputation maudite à ton avantage. Néanmoins dans ce cas tu n'as aucune envie de montrer cette part de toi.
Puis, alors que ses yeux noisettes se plissent légèrement, tu sembles l'espace d'un instant perdre toute assurance ; tes bras se décroisent en effet, retombant le long de ton corps, et tes yeux se troublent au même titre que ton esprit face à ce regard perçant. Tu as l'impression qu'il te traverse de toute part et tu en frisonnes ; c'est à la fois désagréable et étrangement satisfaisant. Elle doute de toute évidence de toi, et tu ne nieras pas que tu doutes aussi d'elle. Qui dit en effet qu'elle te donnera tes informations dans la finalité? Et qui dit qu'elle n'ira pas dévoiler tes méthodes à la garde? Enfin.. l'avenir te le diras bien. Tu vis au présent Isaïah c'est bien connu. Puis après tout, dans l'histoire elle a plus à perdre que toi, non? Tu te reprends enfin en te raclant très légèrement la gorge et alors qu'elle prend finalement la parole, répliquant à sa suite. « J'comprends n't'en fait pas. T'as plus à perdre qu'moi après tout. » Oui et, même si tu es persuadé que la jeune femme a conscience de cela, tu préfères le lui rappeler.

Puis, soudainement, il te prends l'envie de boire un nouveau verre de rhum... sans doute dû au trouble que tu souhaites effacer, et au fait que tu es un tantinet alcoolique ; un alcoolique qui tient fort bien l'alcool d'ailleurs! Ainsi tu t'apprêtes à contourner la jeune femme pour t'emparer de la bouteille. Néanmoins elle est imprévisible la Gerudo, un véritable animal sauvage, et ton impulsivité te force à agir immédiatement à son "attaque". Ainsi tu réponds agilement à son approche et parvient dans la finalité à enrouler tes doigts autour de ses poignets, et à bloquer ses mains dans le bas de son dos ; l'enlaçant de ce fait. Te voilà donc collé à elle, étonné. Tes yeux d'azurs fixent en effet son regard en cherchant des réponses tandis que vos souffles s’entremêlent, vos visages excessivement rapprocher. Ton cœur semble même s'être mit à bondir plus fort dans ta poitrine et, étant donné votre position, elle doit forcément le ressentir. « « N'y voyez pas là une mauvaise intention. Je voulais tout simplement vous observer réagir. » finit elle par déclarer. Ah bah ça alors, tu ne t'y attendais pas à celle là! Un sourire malicieux vient ainsi s'étirer sur tes lèvres alors que tu penches légèrement la tête sur le coté, intrigué. Tu ne répliques rien, tu te contentes de la maintenir ainsi et ce même lorsqu'elle reprend la parole. « L'temps qu'il t'faudra pour apprendre à m'connaitre... » Réponds tu alors simplement.

Merde Isaïah tu es captivé par cette fille, tu n'arrives pas à te détacher d'elle, au point que ton regard se porte irrémédiablement sur ses lèvres. Bon sang, étant quelqu'un de spontané et de clairement culotté, tu ne luttes pas longtemps contre l'envie d'y goûter. « ... J'proposes d'ailleurs qu'on commence maint'nant. » Souffles tu avant de l'embrasser. Néanmoins tu n'es en rien insistant lorsque tu lui voles ce baiser, tu es même particulièrement doux et tendre. Ainsi tes doigts libèrent ses poignets tandis qu'ils se glissent à sa taille ; lui laissant une alternative à ce que tu lui réclames. Après tout, à la base, tu n'es pas venu ici pour passer un contrat. Tu as envie de prendre du bon temps avec Rosaria, c'est évident... néanmoins c'est l'excuse que tu te trouves pour l'attirance particulière que tu ressens à son encontre. C'est physique hein? Ça tient seulement des phéromones qu'elle dégage et de ta libido surdimensionné. Tes sentiments ne sont en rien concernés, c'est évident.... Oui Isaïah, continue à te mentir. Comme d'habitude.

(c) DΛNDELION

_________________


THE CURSED CAPTAIN
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas

✲ Fondatrice ✲
Peuple d'Hyrule

Rosaria Sand

Début de mon aventure : 03/04/2019
Messages : 113
Ҩ Bourse de rubis : 1220
Autres comptes : Zelda, Arthémis & Adalynn
Avatar : Bruna Marquezine
Crédits : Zuz' + Beylin
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  6vsn
Titre : Roturière
Race : Gerudo
Âge : 25 ans
Allégeance : Neutre
Religion : Laïque
Inventaire : ○ Un cimeterre gerudo en guise d'arme.
○ Un cheval magnifique nommé Azir.

De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Tumblr_inline_p8w92fUhLJ1rs5nvr_250


Voir le profil de l'utilisateur http://breath-of-hyrule.forumsrpg.com/t126-rosaria-sand-the-rose
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Empty
MessageSujet: Re: De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]    De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  EmptyMer 10 Juil - 16:39


De ces yeux qui te regardent
- Rosaria & Isaïah -
Tu pénètres en mon antre au mauvais moment, mais je sens que tu peux m'apporter bien plus qu'une simple visite
Rosaria pouvait rester campée sur ses positions longtemps, elle pouvait faire preuve de robustesse en matière de négociation mais bizarrement là, elle avait envie de croire en les parole de cet Isaïah. Bien qu'il soit sorti de nulle part. Elle s'en méfiait un petit peu, pouvait-on lui en vouloir ? Mais une chose est certaine : la belle du désert était prête à lui laisser sa chance. Et quoi qu'il en soit, il n'avait qu'à lui prouver sa bonne foi. Pirate ou non d'ailleurs. Rosaria n'était pas du genre discriminante, ou quoi que ce soit, elle veillait tout simplement à ce que son établissement et sa protection ne tombent pas entre les mains d'un homme malveillant. Bien qu'à première vue, Isaïah ne l'était pas, les hommes pouvaient être vils tout comme les femmes pour obtenir ce qu'ils veulent. Ce n'était pas forcément une décision anodine que Rosaria allait prendre, et elle en connaissait les risques. De toute manière... un jour ou l'autre, sans protecteur, la maison close pouvait devenir un véritable foutoir ou même bordel ensanglanté qui sait ? Les clients sont parfois très violents et entre les alcooliques et ceux qui mentent pour obtenir des faveurs des femmes gratuitement... Rosaria aimerait éviter cela le plus que possible.

Pour alimenter un peu la conversation et se rassurer un petit peu, la gerudo souhaite essayer des réflexes du jeune homme en l'attaquant avec une certaine douceur tout de même. A l'évidence, la demoiselle se fait arrêter par les mains d'Isaïah et ce dernier fait alors passer ses poignets dans son dos, la bloquant et la retenant contre lui. Un sourire naquit sur les lèvres de la brune tandis qu'elle le regardait dans les yeux. Lui aussi semblait quelque peu satisfait. Rosaria était soudainement attirée par lui, rien que par l'odeur qu'il dégageait. Puis... c'était un bel homme à n'en point douter. Et les beaux hommes sont forts charmants. Et que dire de ses yeux bleus. Se reprenant, Rosaria avait ré-enchérit en justifiant son geste. Le pirate semble muet et il reprend finalement la parole juste après elle pour lui donner son délai qui semblait... indéterminé. La gerudo sourit, amusée par la situation tandis qu'elle sentait toujours leurs souffles se mêler l'un à l'autre. Une certaine tension charnelle s'était créée entre eux, c'était évident... Puis il propose de commencer dès maintenant à faire connaissance avant de s'empresser de partir à la conquête des lèvres de la belle du désert.

Rosaria fut surprise par ce geste, ne s'y attendant pas forcément non plus. Elle s'attendait à ce qu'il soit beaucoup plus sauvage et dans la finalité, son baiser était beaucoup plus tendre qu'elle ne l'aurait imaginé mais bon sang... Qu'est ce qu'il embrassait bien. La belle sent alors les mains de l'homme se glisser jusqu'à sa taille, libérant par la même occasion des poignets. Embrasser et avoir des relations charnelles avec les hommes sans réellement ressentir de quelconque sentiments était habituel pour la jeune brune, de ce fait, cette situation était particulièrement normale. Elle se laissa prendre au jeu avant de répondre à son baiser et laisser ses mains divaguer un peu partout sur le torse nu du beau brun en faisant attention à ne pas aller vers sa blessure.

« Cela peut-être une idée effectivement. Je suis partante, vu que tu l'es aussi. »

Elle se permit enfin de le tutoyer. Ne sachant même pas s'il allait le remarquer ou s'il allait le prendre mal. Mais après tout, s'ils devenaient beaucoup plus proches avec le contrat qu'ils pouvaient potentiellement passer, Rosaria préfère s'adresser à lui de manière informelle. Voyant qu'il était ouvert à passer du temps avec elle, la brune rompt le baiser avant de faire glisser sa main sur la hanche de son interlocuteur et prendre la bouteille de rhum dans l'autre main avant de l'inviter à la suivre. Elle marcha d'un pas gracieux avant de se retourner de temps en temps vers lui avec un large sourire aux lèvres. Elle vérifie qu'elle le suit toujours avant de grimper quelques marches d'escaliers, faire quelques pas et atterrir devant la porte de la chambre privée de Rosaria. Cette chambre lui servait à la fois de coin privé afin de recevoir ses clients mais aussi d'espace personnel. Disposant d'un lit, une armoire et quelques meubles pour meubler la pièce. Une large fenêtre se trouvait sur le mur face à la couche donnant sur le port au loin. Rosaria invita Isaïah à entrer dans la pièce privée avant de refermer la porte derrière eux.

« Ce que tu veux, je le fais. Ainsi je vais pouvoir réaliser tes désirs. Tu n'as qu'à m'en parler. »

La belle du désert était ouverte. Ainsi, elle se mit à danser avec légèreté autour de lui, plaçant ses mains de manière très délicate sur les hanches de ce dernier en essayant de captiver son regard afin de l'amener un peu plus à l'intérieur de la pièce. Rosaria en profita pour aller poser la bouteille de rhum récupérée en bas sur une table non loin de la couche. Elle se montrait très douce mais également élégante, à force de s'entraîner, Rosaria avait su se découvrir une certaine aisance vis-à-vis de la danse sensuelle et légère. De temps en temps, ses lèvres venaient baiser l'épiderme du pirate, comme pour le charmer une nouvelle fois. Après tout, il voulait passer du temps avec elle, alors elle s’exécuterait. C'est bien rare toutefois qu'elle se laisse disponible auprès de ses clients, très peu sont ceux qui ont la chance ou l'opportunité de pouvoir partager des moments privés avec la belle du désert.

« Saches que c'est un moment très rare de pouvoir partager un moment avec moi. Rares sont ceux qui peuvent s'en vanter. » dit-elle avec un certain amusement dans la voix.

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas

✲ Co-Administratrice ✲
Peuple des îles

Isaïah Van Aleyn

Début de mon aventure : 03/04/2019
Messages : 51
Ҩ Bourse de rubis : 580
Autres comptes : Ganondorf Dragmire.
Avatar : Zach Mcgowan.
Crédits : Cricrilove.
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  3n20
Titre : Lord Capitaine du Black Bird.
Race : Piaf dont les ailes sont effacées par magie. Si on ne le connait pas il n'est donc qu'un Hylien lambda.
Âge : 37 ans.
Allégeance : Neutre à tendance Mal.
Religion : Laïque.
Inventaire : ○ Une armure légère de cuir et de tissu.
○ Un sabre.
○ Un ouistiti pygmée appelé Sam.
○ Un navire pirate nommé le Black Bird.

Pouvoirs :
Saut éclair - bond sur environ deux mètres en une fraction de seconde. Crée une bourrasque de vent capable de propulser dans les air. > enchaînement possible

Voir le profil de l'utilisateur
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Empty
MessageSujet: Re: De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]    De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  EmptyMer 24 Juil - 18:37



De ces yeux qui te regardent
Rosaria & Isaïah

« On ne sort jamais indemne d'une rencontre, quelle qu'elle soit, et certaines viennent même à nous changer. »



Lune 9. Jour 19.



Avec toi l'habit ne fait pas le moine, c'est évident. Tu casses tout les préjugés des pirates, du moins une partie d'entre eux. Tu n'as en effet rien de sanguinaire ou de cruel ; si tu voles, comme tout bon pirate qui se respecte, tu fais en sorte d'épargner le maximum de vie et exècres plus que tout le viole. C'est d'ailleurs pour ça que tu te fais si doux et nullement insistant avec Rosaria, lui proposant ainsi l'alternative de se défaire de cette étreinte si elle le souhaite ou si elle ne désir pas aller plus loin. Néanmoins et pour ton plus grand plaisir, l'amazone répond à ton baiser en glissant ses mains sur ton torse nu. Ses doigts au contact de ta chaire te font d'ailleurs frissonner au même titre que ton rythme cardiaque s'intensifie ; l'adrénaline s'infiltre en effet progressivement dans tes veines et s'éparpille dans l’entièreté de ton corps. La rose des sables te fait de l'effet, il n'y a plus aucun doute. « Cela peut-être une idée effectivement. Je suis partante, vu que tu l'es aussi. » Finit-elle par souffler en interrompant votre échange, t'arrachant un sourire satisfait. Tu remarques d'ailleurs qu'elle te tutoie mais ne réagit pas plus que ça ; la familiarité est naturelle chez toi. Tu es en effet très laxiste lorsqu'il s'agit de la politesse et du savoir vivre ; les conduites "nobles" ne sont véritablement pas faites pour toi.

Ainsi et alors qu'elle t'invite à la suivre ; sans oublier votre précieuse bouteille ; tu marches docilement à sa suite. C'est fou comme ton regard d'azur ne parvient pas à la quitter ; tu es en parfaite admiration devant elle. Devant sa grâce, sa prestance, sa beauté... tout semble te plaire chez Rosaria. Hypnotisé comme tu le serais avec une sirène, tu ne captes même pas que vous avez monté des escaliers. En vérité tu reprends un semblant d'esprit lorsque la porte de ses appartements privés se ferme derrière toi. Ton attention se porte alors un instant sur la pièce selon toi luxueuse ; toi qui n'a jamais vraiment connu le luxe ; avant de se poser sur la fenêtre ainsi que sur le port un peu plus loin - une vue divine à l'en pas douté. Tu arrives même à apercevoir les voiles repliées de ton beau navire, dont le mât dépasse largement ceux des bateaux marchands à ses cotés. Bien entendu, souhaitant être discrets, vous n'affichez pas le drapeau pirate ; bien qu'en y pensant cela pourrait être marrant de voir la réaction des Hyruliens en admirant le crâne barré d'os. « Ce que tu veux, je le fais. Ainsi je vais pouvoir réaliser tes désirs. Tu n'as qu'à m'en parler. » Sa voix douce te ramène à elle et, une nouvelle fois, ton regard d'azur la fixe avec intérêt. Captivés, tes yeux contemplent chacun de ses mouvements tandis qu'elle danse autour de toi et que tu avances un peu plus dans la chambre. Ses caresses et ses baisers te procurent également de douces décharges électrique alors que tes lèvres affichent un sourire à la fois tendre et malicieux. « Continue d'danser pour moi... » Souffles tu alors simplement dans un premier temps, sans aucune contrainte dans ta voix, avant de t'éloigner légèrement afin de t'asseoir au bord du lit.

Tu peux donc aisément la contempler se mouvoir comme le feraient les vagues que tu apprécies tant ; avec la grâce d'un papillon et la beauté des étoiles. Tu ne rates en effet rien de sa danse ; du moindre mouvements de son corps jusqu'au pan de sa robe qui voltige autour d'elle. Contrairement aux regards qu'elle doit recevoir d'habitude, pervers et excessivement lourds, le tiens est au contraire léger et admiratif. Tu ne la regardes en effet pas comme une putin mais comme une femme, une superbe femme. Oui, tu es fasciné Isaïah et tu ne t'en caches pas ; il semblerait même qu'une lueur nouvelle s'éveille dans tes yeux. « Saches que c'est un moment très rare de pouvoir partager un moment avec moi. Rares sont ceux qui peuvent s'en vanter. » Glisse t-elle au bout d'un moment avec amusement, faisant s'étirer ton sourire de la même manière. « J'suis un pirate chanceux alors. J'ai trouvé un précieux trésor, j'aurais tord d'pas en profiter... » Répliques tu ainsi à sa suite avant de simplement te lever et de souffler. « Approche. »

A ton tour de jouer Capitaine. Tu n'es pas du genre à rester passif, tu n'es même pas très patient. Tu aimes en effet l'action et préfère de loin les actes aux belles paroles. Ainsi tu la regardes s'avancer vers toi avec intérêt, remarquant bien que la donzelle te charme en se déplaçant tel un félin le ferait devant sa proie. Cependant tu es loin d'être une proie Isaïah, toi tu es un requin ; et qu'est ce qu'un chaton face aux dents de la mer? Tu ne la quittes donc pas des yeux, plongeant ton regard au plus profond du sien ; comme pour l'hypnotiser à ton tour. Puis, tandis qu'elle se poste face à toi, ta main se lève doucement vers son visage afin que tes doigts frôlent délicatement sa joue, de son menton jusqu'à son oreille, avant de se glisser derrière sa nuque et de défaire sa broche qui retenait ses cheveux. Ainsi ces derniers retombent en cascade dans son dos tandis que tu balances le bijou un peu plus loin, sans encore une fois la quitter des yeux. Puis ton sourire charmeur reste figé au coin de tes lèvres alors que, lentement, tu la contournes ; laissant en se faisant une main frôler sa taille ; avant de te poster derrière elle. Ainsi ton torse se colle à son dos, épousant parfaitement ses formes, alors qu'une de tes mains se pose sur son ventre ; l'autre va ensuite repousser doucement ses cheveux afin de te laisser l’accès à sa nuque. Tu laisses donc un instant ton souffle chaud caresser cette dernière puis finit par goûter à la peau sucrée de son cou ; des baisers sensuels et toujours prévenants. Tu es lent, tu prends ton temps ; mais c'est pour mieux la faire mariner. Oh en effet tu n'es pas égoïste toi, tu partages, et elle va vite le comprendre.

Ta main sur son ventre remonte ensuite doucement jusqu'à accéder à sa poitrine. Néanmoins tu ne fais que la frôler et défait du bout de tes doigts son corsage tout en soufflant à son oreille. « J'savais pas qu'la mer de sable façonnait d'aussi belle fleure... Rose des sables au parfum envoûtant. C'pour ça qu'on t'nomme ainsi? Rosaria. » Son prénom est prononcé d'une manière suave, charnel ; indiquant ton désir évident. Oui tu joues avec les mots, avec les gestes, avec tes soupires et tes infimes caresses... avec tout à vrai dire. Entre tes bras elle semble t'appartenir, et pourtant il y a ce vent de liberté qui plane autour de vous. Une spontanéité, un naturel. Une évidence.
(c) DΛNDELION

_________________


THE CURSED CAPTAIN
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas

✲ Fondatrice ✲
Peuple d'Hyrule

Rosaria Sand

Début de mon aventure : 03/04/2019
Messages : 113
Ҩ Bourse de rubis : 1220
Autres comptes : Zelda, Arthémis & Adalynn
Avatar : Bruna Marquezine
Crédits : Zuz' + Beylin
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  6vsn
Titre : Roturière
Race : Gerudo
Âge : 25 ans
Allégeance : Neutre
Religion : Laïque
Inventaire : ○ Un cimeterre gerudo en guise d'arme.
○ Un cheval magnifique nommé Azir.

De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Tumblr_inline_p8w92fUhLJ1rs5nvr_250


Voir le profil de l'utilisateur http://breath-of-hyrule.forumsrpg.com/t126-rosaria-sand-the-rose
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Empty
MessageSujet: Re: De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]    De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  EmptyJeu 8 Aoû - 11:45




De ces yeux qui te regardent
- Rosaria & Isaïah -
Tu pénètres en mon antre au mauvais moment, mais je sens que tu peux m'apporter bien plus qu'une simple visite
L'ambiance charnelle du moment portait Rosaria et sa danse, elle se laissait totalement aller dans ses mouvements gracieux et si légers. En effet, la belle Gerudo s'était découvert une passion pour cet art qu'est la danse et il n'était pas rare qu'elle se mette à danser régulièrement. D'autant qu'Isaïah semblait charmé par les courbes et les mouvements de Rosaria qui n'avait donc pas cessé de danser devant ses yeux admiratifs. Ses prunelles ne fixaient pas toujours celles du brun, notamment quand elle lui tournait le dos afin de lui montrer les courbes féminines et si bien dessinées de ses hanches ainsi que ses épaules. Chaque mouvement était presque improvisé et pourtant l'amazone ne semblait pas se tromper. Elle essayait de capter toute l'attention de son beau partenaire tout en restant la plus gracieuse possible. Rosaria voulait l'impressionner, lui montrer qu'elle n'était pas simplement qu'une femme qui fut vendue, qui fut l'esclave des désirs des hommes. Rosaria était bien plus que cela et sa rencontre avec Isaïah avait comme éveillé en elle quelque chose, elle n'arrivait pas vraiment à mettre des mots sur ce détail. Il la perturbait au plus au point, elle ne comprenait pas pourquoi son esprit et son corps étaient si attirés par ce beau brun qui venait de débarquer de nulle part. La faiblesse de Rosaria résidait surtout dans cette attraction charnelle qui semblait convenir aux deux. Isaïah jouait également à son tour ce petit jeu, il lui avait demandé de danser un peu plus pour elle et au fond, il semblait charmé. Du moins, c'est ce que pouvait espérer la Gerudo qui y mettait toute son énergie et sa grâce. Rendre leur première rencontre inoubliable, c'était son objectif. S'il devenait le protecteur d'elle, de ses filles ainsi que de l'établissement, ils devaient apprendre  se connaître et surtout... ne jamais s'oublier.

Rosaria lui glissa une confidence : rares sont ceux qui peuvent se vanter d'avoir partager un moment avec elle. En effet, elle n'est plus réellement la fille de joie qu'elle fut, malgré son expérience. Isaïah pouvait se sentir privilégier de pouvoir observer plus en détails le visage et les courbes de la belle. Détail qu'il ne manqua pas de remarquer avec une réplique qui fit sourire Rosaria d'un sourire radieux.

« Et ce trésor est unique, tu pourras le contempler à chaque instant, à chaque fois que tu le désireras. »

Rosaria l'invitait à pouvoir satisfaire ses désirs, à la regarder de plus près, de profiter de ce parfum enivrant qu'elle dégageait. Elle s'adonnait à cet instant à lui, elle désirait partager cet instant avec lui et uniquement lui. Il était fort charmant, avait tout de même quelques bonnes manières et malgré son accent et sa façon de parler, avait un sens poétique aux yeux de Rosaria. A l'appel d'Isaïah, la belle des sables approcha d'un pas lent tout en l'observant de manière curieuse. Leurs regards ne cessent de se croiser et son regard plonge dans le sien. Le bleu de ses prunelles invitait la belle à se perdre dans cet océan qui l'envoûtait à son tour. Ses yeux ne quittèrent donc pas ceux du brun, elle le laissa même effleurer sa peau dont les poils s'hérissent au passage de ses doigts. Ses yeux semblent légèrement se fermer alors qu'elle le sens passer dans sa nuque et libérer sa crinière brune de la broche qui les retenaient.

Ni lui ni elle ne parlait, pas un seul mot, seuls leurs souffles se mêlaient aux bruitages qui enveloppaient la pièce d'une aura sensuelle et tendre à la fois. Rosaria était agréable surprise de découvrir un homme pirate bien loin des préjugés qu'elle avait pu avoir sur eux. Les voyant comme des voyous pervers, lourds et alcooliques, elle découvrait là, un homme qui semblait préférer la poésie qu'à la sauvagerie. Et ce n'était pas pour lui déplaire à vrai dire. Alors que le dos de la belle vient se trouver contre le torse du mystérieux Isaïah, Rosaria le laissa passer sa main sur son ventre qui vient parcourir son corps jusqu'à remonter à son corsage qui commençait à doucement se défaire. La belle retenu son souffle quelques secondes avant d'écouter ce qu'il avait à lui dire et ses paroles suffisaient à l'envoûter un peu plus. La gerudo se mit d'ailleurs à sourire. Elle émit même un léger petit rire qui s'échappa de ses lèvres.

« Maintenant tu sauras qu'il existe cette rose des sables, tu auras eu le privilège de l'approcher. Mais tu sais... »

Rosaria marqua alors une légère pause alors que son corsage semblait être complètement défait et ses épaules étaient enfin à nues, dévoilées et les tissus qui cachaient son torse tombait petit à petit pour laisser dévoiler sa peau brune et délicate.

« La mer des cieux abrite aussi de belles surprises qu'il me tarde de découvrir plus en détails. »

Rosaria ne se cachait pas : elle parlait de lui, dans un sous-entendu qui devait être simple à comprendre. Ainsi, la belle se débarrassa du tissu qui la gênait et sa robe finit par tomber au sol dans une légèreté sans pareille. La belle se retourna alors vers Isaïah en levant ses prunelles afin de croiser les siennes dans un espoir de capter à nouveau son regard. Une énième connexion s'était établie entre eux et les mains de la gerudo allèrent se loger sur son torse, parcourant ce dernier d'un geste lent. Elle semblait le découvrir à l'aveugle et c'était un peu comme si elle espérait en apprendre plus sur lui en faisant glisser ses doigts sur sa peau.

Les lèvres de Rosaria virent se poser sur le torse d'Isaïah, embrassant chaleureusement sa peau alors que ses mains viennent caresser délicatement les bras du pirate avec tendresse. Son visage remontait lentement vers le sien, mais au moment de capturer ses lèvres, la belle dévia son visage pour venir baiser son cou, la naissance de son buste. Tout cela de manière très délicate, aucune once de sauvagerie n'était perceptible. Elle prenait son temps de l'admirer, de le goûter, de le connaître, de respirer son odeur qui venait de la mer et de la liberté qu'elle offre.
Petit à petit, son frêle corps vient se blottir contre le sien, cherchant sa chaleur  et à établir un nouveau contact des plus sensuels. Elle le sentait contre lui et c'était une sensation vraiment enivrante. L'envie de pouvoir le sentir un peu plus poussa Rosaria à se saisir du beau brun et de les faire basculer avec lenteur jusqu'au lit qui se trouvait juste à côté, le lit de Rosaria, littéralement. Une fois installés, la belle grimpa afin de se mettre à la califourchon au dessus du beau brun avec un sourire charmeur aux lèvres. A noté qu'elle était déjà presque nue. Mais ce n'était pas quelque chose qui la dérangeait.

« J'aimerai tant savoir qui tu es réellement. Tu es si fascinant, j'ai tant envie d'en savoir plus. Tu es si mystérieux à mes yeux que je ne peux pas m'empêcher de vouloir te découvrir. Tu devras me conter tes histoires, tes légendes, j'aimerai tant t'écouter m'en parler. » dit-elle d'une voix douce mais claire.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________

Who are you really ?
My soul is waiting for yours
Revenir en haut Aller en bas

✲ Co-Administratrice ✲
Peuple des îles

Isaïah Van Aleyn

Début de mon aventure : 03/04/2019
Messages : 51
Ҩ Bourse de rubis : 580
Autres comptes : Ganondorf Dragmire.
Avatar : Zach Mcgowan.
Crédits : Cricrilove.
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  3n20
Titre : Lord Capitaine du Black Bird.
Race : Piaf dont les ailes sont effacées par magie. Si on ne le connait pas il n'est donc qu'un Hylien lambda.
Âge : 37 ans.
Allégeance : Neutre à tendance Mal.
Religion : Laïque.
Inventaire : ○ Une armure légère de cuir et de tissu.
○ Un sabre.
○ Un ouistiti pygmée appelé Sam.
○ Un navire pirate nommé le Black Bird.

Pouvoirs :
Saut éclair - bond sur environ deux mètres en une fraction de seconde. Crée une bourrasque de vent capable de propulser dans les air. > enchaînement possible

Voir le profil de l'utilisateur
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Empty
MessageSujet: Re: De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]    De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  EmptyVen 9 Aoû - 12:18



De ces yeux qui te regardent
Rosaria & Isaïah

« On ne sort jamais indemne d'une rencontre, quelle qu'elle soit, et certaines viennent même à nous changer. »



Lune 9. Jour 19.



Oh sa proposition ne tombe pas dans l'oreille d'un sourd et tu auras tôt fait de la lui rappeler ; le trésor qu'elle est est en effet prête à se mettre à ta disposition et tu comptes bien en profiter - dans la limite du raisonnable, évidement. (parce que tout le monde sait que tu es raisonnable Isaïah...) Oui étrangement ça te satisfait de savoir que la jeune femme se limite à quelques clients privilégiés, et ça te satisfait d'avantage de constater que tu en fais désormais partie. Rosaria est sans conteste un véritable trésor duquel tu comptes prendre soin, et commences d'abord par quelques compliments sincères visant à la charmer. D'ailleurs bon sang son rire te fait frisonner de toute part ; ce son te fait de l'effet et t'est agréable à n'en pas douté. Ainsi lentement tu défaits son corsage, laissant encore ton souffle caresser sa nuque, avant que tes doigts ne repoussent doucement le tissu pour dévoiler ses épaules sur lesquelles tu viens poser quelques baisers. Merde il te prend l'envie soudaine de dévorer sa peau sucrée, parfumée d'épices exotiques, mais tu te contiens pour profiter du moment ; et tu as raison de le faire.

Rosaria se retrouve en effet à moitié nue et se tourne face à toi. Aussitôt ton regard d'azur accroche le sien et tu lui souris malicieusement en comprenant son sous entendu ; oh si elle savait à quel point le mystère que tu es est difficile à résoudre. Pourtant et ce pour la première fois depuis longtemps tu es prompt à laisser une chance à quelqu'un ; et ce quelqu'un c'est elle - à croire que tu n'es pas le seul privilégié en ces lieux. « Si ca t'fait plaisir, j't'en prie, ne t'prive surtout pas. » Déclares tu, un tantinet provoquant, tandis que ses doigts viennent parcourir la peau de ton torse. Bon sang tes lèvres s’entrouvrent un peu pour laisser échapper un soupire. Comment ça se fait qu'une femme te fasse un tel effet pour de si simples caresses? Et ne parlons pas de ses baisers... Isaïah tu es entrain de devenir fou mais encore une fois tu te contiens pour profiter. Non avec Rosaria tu ne veux pas aller trop vite ; tu as conscience de la chance que tu as et tu veux la consommer jusqu'à la dernière goutte. « T'as une manière bien à toi d'découvrir... j'crois qu'j'adore ça. » Lances tu alors malicieusement.

Puis tu réagis finalement lorsque son corps vient se collait au tien, sentant ses courbes se blottir contre ta chaire sensible aux moindres de ses mouvements. Ainsi tes mains viennent glisser sur ses hanches jusqu'au bas de son dos, l'invitant à venir d'avantage à toi. Tu aurais voulu capturer ses lèvres mais tu bascules doucement en arrière, prenant appuie sur tes bras pour ne pas littéralement t'écraser sur le lit et afin de t'installer confortablement sur ce dernier. Ainsi en appuie sur tes coudes, très légèrement redressé, tu observes la silhouette de Rosaria venir à toi jusqu'à te dominer. Dans un premier temps tu la regardes, tu la contemple, et ce sans la toucher plus qu'avec les yeux. Puis tu finis par t'allonger complètement afin de libérer tes mains, qui viennent aussitôt parcourir ses cuisses, ses hanches et ses flancs ; lui offrant de douces caresses sensuels. Tu souris ensuite à ses mots, à la fois amusé par sa curiosité mais aussi flatté. « J'le f'rais... un jour... p't'etre... » Souffles tu dans un premier tant, provoquant et arrogant, avant d'ajouter. « Mais avant... »

Interdit au moins de 18 ans:
 
(c) DΛNDELION

_________________


THE CURSED CAPTAIN
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas

✲ Fondatrice ✲
Peuple d'Hyrule

Rosaria Sand

Début de mon aventure : 03/04/2019
Messages : 113
Ҩ Bourse de rubis : 1220
Autres comptes : Zelda, Arthémis & Adalynn
Avatar : Bruna Marquezine
Crédits : Zuz' + Beylin
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  6vsn
Titre : Roturière
Race : Gerudo
Âge : 25 ans
Allégeance : Neutre
Religion : Laïque
Inventaire : ○ Un cimeterre gerudo en guise d'arme.
○ Un cheval magnifique nommé Azir.

De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Tumblr_inline_p8w92fUhLJ1rs5nvr_250


Voir le profil de l'utilisateur http://breath-of-hyrule.forumsrpg.com/t126-rosaria-sand-the-rose
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Empty
MessageSujet: Re: De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]    De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  EmptyJeu 15 Aoû - 16:31




De ces yeux qui te regardent
- Rosaria & Isaïah -
Tu pénètres en mon antre au mauvais moment, mais je sens que tu peux m'apporter bien plus qu'une simple visite
Charmée, oui ça oui elle l'était notre belle Rosaria. Elle était prête à se soumettre aux désirs d'Isaïah, comme n'importe quel autre client. Mais avec lui, tout c'était allé... si aisément qu'elle avait beaucoup de mal à réaliser ce qu'il se passait. Avait-il une aura si aphrodisiaque pour l'attirer autant dans ses bras ? Elle s'y perdait volontiers sans jamais réellement s'en rendre compte. Rosaria l'observait et se délectait de ce spectacle, si bien qu'elle eut l'impression que le temps s'était figé autour d'eux, que plus rien n'était actif hormis eux. Une attraction aussi délicieuse et que dangereuse quand on sait qu'ils ignorent tout l'un de l'autre... Mais pour cette première fois, ils devraient faire l'impasse sur les détails de leurs vies respectives. Ainsi, le haut du corps de la belle tombe et dévoiler alors le début de ses courbes féminines. Rosaria meurt d'envie de découvrir plus de cet être venu d'ailleurs dont aspire à la découverte et à contempler. Son charme est indéniable et la belle des sables l'avait évidemment comprit. L'envie de le capturer contre elle, de ne l'avoir uniquement contre elle à cet instant fait surface. La poussant alors à les faire aller sur son lit possédant des couvertures propres. La douce odeur de savon et de fleurs enveloppant leurs corps... Rosaria était charmée par le moment présent.

La gerudo s'installa alors sans plus attendre au dessus d'Isaïah pour le dominer, l'observer d'un regard curieux et intéressé. Qui était-il ? Que faisait-il ? D'où venait-il ? Rosaria voyait bien qu'il était très discret sur lui et cela la surprenait. Il ne semblait pas encore assez enclin à lui parler de lui. Peut-être qu'il le ferait plus tard... En tout cas, la belle n'avait certainement pas dit son dernier mot : elle avait l'habitude des hommes et des femmes. Elle savait y aller progressivement pour les percer à jour et récolter ce qu'elle voulait entendre leurs bouches. Tous deux se regardent alors pendant de longues secondes qui pourraient paraître des secondes... Les caresses d'Isaïah rendaient folle Rosaria qui frissonnait à chaque passage de ses mains sur sa peau dénudée dont seuls les sous-vêtements étaient les derniers remparts vers ses endroits les plus intimes. Le corps de Rosaria n'avait rien de surprenant, sauf peut-être ses courbes qui faisaient qu'elle était une jolie jeune femme. Les paroles d'Isaïah firent sourire la belle qui vient alors lui murmurer au creux de l'oreille de manière sensuelle :

« Tu sais, je peux me montrer très patiente pour certaines choses. Je finirais par te comprendre, par te connaître. Je commence déjà à te découvrir, à ma manière comme tu dis. Mais toi, tu en fais de même n'est-ce pas ? »

-18 ATTENTION:
 

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.


_________________

Who are you really ?
My soul is waiting for yours
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Empty
MessageSujet: Re: De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]    De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
De ces yeux qui te regardent [Isaïah] [-18]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» creation reborns yeux fermés et ensuite ouverts...
» Mon Ellowyne yeux acryliques
» [Astuces] Faire des gros yeux à reidak
» [Astuce] Astuce pour les yeux de Witch Doctor
» BESOIN D'AIDE .Comment peindre des yeux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breath of Hyrule :: Royaume d'Hyrule :: Région d'Hébra :: Portua-
Sauter vers: