AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le guide du nouveau

Vous vous sentez perdu(e)s ? Allez consulter le Guide du nouveau joueur, il vous aidera ♥️
N'hésitez pas à contacter le staff en cas de besoin, bien évidemment !
Bienvenue sur Breath of Hyrule

BoH est un forum RPG médiéval/fantasy librement inspiré des jeux The Legend of Zelda.
Il n'est pas du tout obligatoire de connaître la saga pour nous rejoindre.
Nos annexes et nos guides peuvent vous aider à mieux comprendre cet univers unique que nous avons créée. ♥️
Système de Parrainage

Envie de découvrir le forum ? Vous pouvez demander un parrainage à tout moment !
Pour vous aider à mieux comprendre l'univers, établir un premier lien et un premier pas vers votre intégration !
Scénarios de nos membres

Les aides & guides de création

Besoin d'aide à la création de votre personnage ? Vous pouvez voir notre guide de création pour vous aider !
Le staff est également à votre disposition pour vos questions ou même vous aider.

Partagez
 

 You're mine. | Ft. Arthémis [-18]

Aller en bas 
AuteurMessage

✲ Co-Administratrice ✲
Peuple du Désert (Yigas)

Ganondorf Dragmire

Début de mon aventure : 04/01/2019
Messages : 371
Ҩ Bourse de rubis : 1158
Autres comptes : Isaïah Van Aleyns.
Avatar : Jason Momoa.
Crédits : Cricrilove.
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] 3al8
Titre : Chef des Yigas, Suzerain des Landes Sauvages et Seigneur du désert.
Race : Gerudo.
Âge : 41 ans.
Allégeance : Mal.
Religion : Culte de l'Avatar du Néant.
Inventaire :
○ Une armure intermédiaire de cuir.
○ Une armure intermédiaire de cuir et de fourrure.
○ Une épée large commune.
○ Un étalon bleu nuit aux crins de feu nommé Cauchemar.

Pouvoirs :
Maîtrises des ombres - bouclier sphérique, vague d'ombre.
Épée d'ombre - matérialise une large épée noir. (capable de fusionner avec sa jumelle physique et de former le Trident du Mal. > Indisponible)

You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Cra1

Voir le profil de l'utilisateur
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Empty
MessageSujet: You're mine. | Ft. Arthémis [-18]   You're mine. | Ft. Arthémis [-18] EmptyLun 22 Avr - 14:53



You're mine
Arthémis & Ganondorf

« Il n'est point d'ennemi plus redoutable que celui dont l’impulsivité est excitée par la jalousie. »



Lune 9. Jour 17.



Voilà vingt ans que vous n'aviez pas remit les pieds sur les terres d'Hyrule. Vingt ans que vous aviez passé à vous battre pour survivre dans le désert, et à vous gonfler de détermination et de force. Oui, seulement trois jours après ce que vous aviez prit pour un signe de l'Avatar ; la lune de sang ; vous aviez prit la route et rejoins les Hauteurs Gerudos. Il fallu alors une nouvelle maison aux Yigas, un lieu où ils se sentiraient en sécurité, chez eux ; un lieu où ils pourraient exercés leur culte sans aucune limite.

C'est ainsi que tu as, une nouvelle fois, offert de ta personne pour satisfaire la volonté de ton Dieu en créant la Fosse ; cette gigantesque arène creusée dans la montagne et surplombée par votre immense campement. Alors épuisé, tu es resté cinq longs jours cloîtré dans ta tente sans jamais en sortir, sans jamais donner signe de vie. Des gardes étant positionnés jours et nuits à l'entrée, seul ton chamane avait eu le droit de passer le pas de la porte ; car oui, même Arthémis s'en est vu interdire l’accès. Pourquoi? La raison est claire mais inavouable : tu ne voulais guère qu'elle te voit dans cet état, aussi... faible. Aussi vulnérable. Sans doute s'est elle ainsi sentit délaissée, abandonnée, ridiculisée. Qu'importe, ton seul désir fut de préserver ton image et ta réputation... Tu ne te doutais pas qu'en agissant ainsi elles seraient tout de même mises en péril.

Tes muscles sont douloureux alors que tu t'étires de toute ta hauteur, grondant un peu en ressentant les effets que ta déferlante de pouvoir a laissé derrière elle. Contre toute attente tu aimes cette sensation d'engourdissement, de brûlure ; ça te rappelle un peu plus que tu es en vie, plus que jamais même. Ainsi après t'être vêtu, couvert d'un manteau de fourrure et avoir vulgairement avalé la mixture que ton chamane t'a préparé ces derniers jours, tu te sens prêt pour enfin réapparaître au yeux du monde.
Le froid glacial violente ta chaire dès lors que tu mets un pieds dehors, faisant s'étirer tes lèvres en un sourire satisfait. L'attention des Yigas présents se porte également aussitôt sur toi et beaucoup viennent te saluer, comme s'ils te vénéraient, tandis que d'autres n'osent même pas t'approcher. Il faut dire que, vêtu de cette épaisse fourrure, ta carrure déjà habituellement bien imposante ressemble d'avantage à celle d'un ours ; paré d'une barbe drue et d'une longue tresse noire qui te tombe dans le dos, et qui d'ailleurs se recouvrent d'une fine couche de glace tant l'environnement est froid.

Puis c'est d'une manière instinctive que ton regard doré se pose sur la tente de ta favorite, non loin de la tienne. Oui, au fond, tu aurais voulu qu'elle soit le premier visage souriant à t’accueillir. Tu ignores comment elle va et où elle se trouve, ce qu'elle a bien pu faire ces cinq derniers jours... un étrange pincement vient d'ailleurs torturer ton cœur à cette pensée. Tu es plutôt spontané et préfère faire confiance à ton instinct. Désirant assouvir ce besoin de la retrouver, tu te diriges alors vers sa tente avant d'y pénétrer... restant subitement tétanisé alors que tes yeux perçoivent une scène à laquelle tu ne t'attendais pas.

(c) DΛNDELION

_________________

GANONDORF DRAGMIRE


In the darkest nightmare hour, when not moon nor sun has risen, he take your kingdom through her power. | © GANON

Revenir en haut Aller en bas

✲ Fondatrice ✲
Peuple du Désert (Yigas)

Arthémis Elatariel

Début de mon aventure : 02/04/2019
Messages : 84
Ҩ Bourse de rubis : 1110
Autres comptes : Zelda, Rosaria & Adalynn
Avatar : Natalie Dormer
Crédits : Anarya + Lilie
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Uv2q
Titre : Favorite du Chef des Yiga
Race : Zora
Âge : 23 ans
Allégeance : Ganondorf, soit les Yigas
Religion : Culte de l'Avatar du Néant
Inventaire : ○ Pouvoirs.
Geler une partie du sol ou d'un objet.
Faire faillir de la glace.à partir d'une source d'eau.
Création d'une brume semblant à un blizzard pendant un petit moment.

○ Arme : Un couteau double lame offert par Ganondorf.



Voir le profil de l'utilisateur http://breath-of-hyrule.forumsrpg.com/t124-arthemis-elatariel-th
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Empty
MessageSujet: Re: You're mine. | Ft. Arthémis [-18]   You're mine. | Ft. Arthémis [-18] EmptyMar 23 Avr - 9:53



You're mine
- Arthémis & Ganondorf -
Tu m'as abandonnée, alors je me suis laissée allée aux plaisirs afin de satisfaire la souffrance de ton absence
Voilà des jours qu'Arthémis errait dans le campement yiga dans les hauteurs. Le froid changeait radicalement du désert aride et ça lui faisait énormément de bien. La zora n'appréciait pas particulièrement la chaleur, et le froid lui faisait toujours un peu plus de bien, d'autant qu'il s'agissait aussi de son élément naturel qu'elle parvenait à maîtriser. Les jours étaient longs, d'autant que Ganondorf lui avait interdit toute visite et personne ne la laissait passer, même quand elle présentait son titre de favorite. N'aimant pas cette manière de se faire rejeter de la sorte, Arthémis, vile créature féminine, était partie donc à la chasse aux hommes. Si elle ne pouvait avoir la compagnie de son roi, alors elle irait trouver le parfum viril ailleurs. Cela ne lui plaisant guère, mais c'était une façon pour elle de se « venger » de ce que Ganondorf lui avait fait subir de gré ou de force, il l'avait écartée de son chemin.

Bien décidée, Arthémis s'était donc vêtue de son grand manteau de fourrure pour ne pas devenir un glaçon évidemment. Allant donc se frayer un chemin parmi les tentes des membres du clan yiga, souriante et charmante comme à son habitude, elle savourait toujours les différents regards que les autres lui attribuaient. De la frayeur, de la jalousie, de l'indifférence, de la rancoeur, de l'admiration, Arthémis aimait se sentir regardée ; elle avait su gagner la confiance de Ganondorf et ce, depuis sa plus tendre enfance. C'était lui qui lui avait offert une nouvelle vie, c'était grâce à lui si elle était devenue cette femme respirante de loyauté et de puissance.

Arrivant près d'un homme dont elle avait oublié le nom, la jeune sorcière s'approcha de ce dernier pour lui saisir le bras et le tirer contre elle. Le regardant dans les yeux, elle l'invita à la rejoindre dans sa tente privée. Un regard des plus charmeurs, elle n'hésita à aucun instant à faire entrer cet homme dans son petit chez-elle. Retirant son épais manteau, Arthémis commença son œuvre, mais vile qu'elle était, ce fut l'homme d'abord déshabillé, ils s'embrassaient sauvagement, se touchaient mutuellement et les soupirs étaient les seuls bruits audibles. Arthémis ne le laissait pas la déshabiller ceci étant, gardant seulement sa robe de soie sur elle. Ils basculèrent alors sur le lit de la belle zora, continuant leurs affaires.
Alors qu'elle s'apprêtait à faire tomber le haut de sa robe justement, une ombre arriva dans la tente, un homme dont la carrure inspirait l'admiration et l'obsession. Ganondorf.

L'homme toujours nu tremblait légèrement alors qu'il vient s'agenouiller devant son roi, implorant son pardon : qu'il n'avait pas voulu l'offenser, il tentait de se racheter une excuse évidemment auprès de Ganondorf. Arthémis roula des yeux en passant une main dans ses cheveux soyeux alors qu'elle remettait en place ses bretelles et se couvrit d'un petit manteau. Elle se releva alors du lit en soupirant.

« J'aurai préféré vous accueillir dans de meilleures circonstances, mon Roi. dit-elle en baissant son regard vers l'homme toujours dénudé de vêtements qui restait toujours au sol, à genoux avant de replacer son regard vers le gerudo. « Bon retour parmi nous en tout cas, vous m'avez manqué. »

Un petit sourire aux lèvres, Arthémis s'approcha des deux hommes en ne regardant plus que Ganondorf. Son visage et sa présence l'avaient affreusement manqué et elle devait lutter contre elle-même pour ne pas succomber à son charme sauvage indéniable. Elle prit une grande inspiration avant de reprendre la parole.

« J'ai été écartée de vous durant ces derniers jours, je me suis ennuyée... il me fallait un peu de... distraction pour combler tout ça. » dit-elle avant de croiser les bras, un petit sourire rempli de malices et d'amusement. Elle ne se moquait pas de Ganondorf, mais elle lui expliquait indirectement qu'elle lui en voulait.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas

✲ Co-Administratrice ✲
Peuple du Désert (Yigas)

Ganondorf Dragmire

Début de mon aventure : 04/01/2019
Messages : 371
Ҩ Bourse de rubis : 1158
Autres comptes : Isaïah Van Aleyns.
Avatar : Jason Momoa.
Crédits : Cricrilove.
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] 3al8
Titre : Chef des Yigas, Suzerain des Landes Sauvages et Seigneur du désert.
Race : Gerudo.
Âge : 41 ans.
Allégeance : Mal.
Religion : Culte de l'Avatar du Néant.
Inventaire :
○ Une armure intermédiaire de cuir.
○ Une armure intermédiaire de cuir et de fourrure.
○ Une épée large commune.
○ Un étalon bleu nuit aux crins de feu nommé Cauchemar.

Pouvoirs :
Maîtrises des ombres - bouclier sphérique, vague d'ombre.
Épée d'ombre - matérialise une large épée noir. (capable de fusionner avec sa jumelle physique et de former le Trident du Mal. > Indisponible)

You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Cra1

Voir le profil de l'utilisateur
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Empty
MessageSujet: Re: You're mine. | Ft. Arthémis [-18]   You're mine. | Ft. Arthémis [-18] EmptyMer 24 Avr - 13:20



You're mine
Arthémis & Ganondorf

« Il n'est point d'ennemi plus redoutable que celui dont l’impulsivité est excitée par la jalousie. »



Lune 9. Jour 17.



Tu ne sais guère ce qui te traverse à cet instant, mais quoi qu'il en soit ça te tétanise. C'est douloureux, trop douloureux, au point que tu ne réagis même pas lorsque le vile bâtard complètement nu vient te supplier à genoux de le pardonner de son affront. Tu le regardes, dénué d'expression, les yeux vides ; tu sembles même être un fantôme l'espace de quelques secondes. Comme si ton âme s'était envolé, comme si le Roi avait laissé place à l'homme. A découvert. Vulnérable.

Puis c'est la voix cristaline d'Arthémis qui te fait porter ton attention dans sa direction, qui te ramène brusquement dans la dure réalité. « J'aurai préféré vous accueillir dans de meilleures circonstances, mon Roi. » Ton expression se durcie aussitôt que tes sourcils se froncent et que ta mâchoire se crispe. Regardes la se pavaner dans sa fine robe de soie et dans son manteau prêt du corps, offrant aux yeux de n'importe qui les courbes dont tu as toujours rêvé ; et auxquelles tu n'as pourtant jamais cédé. Ton regard doré voyage ainsi irrémédiablement sur elle, la dévorant des yeux en nourrissant la braise sous les cendres... jusqu'à ce que : « Bon retour parmi nous en tout cas, vous m'avez manqué. » Rah son impertinence te fait rager! Etant donné les circonstances tu ne sembles pas lui avoir manqué selon toi! Es-tu blessé? Oui, certainement. Car contrairement à ce qu'elle pense elle aussi t'a manqué... et ce sans parler du fait que ces cinq derniers jours enfermés dans ta tente t'ont bourré d'énergie, de frustration et de colère. Faisant de toi un volcan prêt à se réanimer...

« J'ai été écartée de vous durant ces derniers jours, je me suis ennuyée... il me fallait un peu de... distraction pour combler tout ça. » C'est elle qui provoque la première éruption, une avalanche de lave bercée par les mots ; te décidant en effet enfin à prendre la parole et ce d'une manière peu amicale, presque agressive, mais toujours avec cette intonation dangereusement calme. « De... distraction?... Tu appelles ça de la distraction?!! » Lances tu en pointant irrespectueusement du doigts l’énergumène tremblotant de peur et ce sans la quitter des yeux. Ta colère se lit clairement dans ton regard embrasé, autant que la blessure qui s'est ouverte dans ta poitrine alors que tu ajoutes. « Jouer à la putin et te souiller avec un microbe pareil n'est pas une distraction Arthémis! Mais si ça l'est pour toi saches que tu me dégoûtes au plus haut point, et que tu ne mérites clairement pas ta place! » Il n'y a pas une seule once de doute dans tes mots ; ils sont certains, assurés. Si tu avais surpris une autre femme avec ce même homme tu n'aurais pas réagis ainsi ; tu avais pourtant prévenu qu'Arthémis est à toi, égoïstement à toi, et ne serais-ce qu'imaginer qu'elle ai perdu sa vertus avec un autre te rend fou de rage. Ton expression dangereuse s'est amplifiée et tes mains se sont même mises à trembler tant la colère s'empare progressivement de toi. Prêt à éclater...

Et tu éclates véritablement lorsque l'homme nu ose souffler un seul mot : « Mon Roi, pa... ». Le dos de ta main qui s'éclate contre sa joue l'interrompt aussitôt, ignorant s'il veut se défendre ou prendre la défense de la zora, alors que tu grondes « Ferme la!! » et que tu lui assènes un coup de pieds violent dans le ventre, le faisant gémir, basculer et se plier en deux au sol. Ton regard est haineux lorsqu'il est posé sur lui, et pour preuve : « Ferme la espèce de chien!! » Rages tu à nouveau alors que tu menaces d'écraser sa tête sous ta botte à trois reprises, dans des bruits sourds, lui cassant sans doute le nez. Oui, tu t'acharneras sur lui plutôt que sur elle ; ayant toujours limité ta violence sur la personne qu'est Arthémis ; et n'as pas finit de le faire. Tes yeux ne s’adoucissent pas alors qu'ils se reposent sur elle et que tu craches « Tu veux de la distraction princesse? Je vais t'en donner! » Ta rage est dévastatrice, aucuns mots ne sauraient l'apaiser, alors que tu empoignes les cheveux de l'homme qui, la gueule déjà en sang, gémit de douleur et tente de se libérer de ton emprise ; en vain.

Tu l’entraînes en dehors de la tente d'Arthémis, attirant aussitôt les regards sur vous ; certains curieux et intéressés, d'autres terrorisés, tous étonnés. Ainsi tu le traînes activement dans la boue et dans la neige, complètement nu ; les cailloux blessant déjà sa chaire, une fine traînée de sang apparaît déjà derrière lui. Il tente encore une fois de délier tes doigts de ses cheveux mais n'y parvient pas, gémissant, pleurnichant en t'implorant ; malheureusement pour lui tu ne fais rarement preuve de pitié, surtout lorsque ta propre fierté est atteinte. Mais ne prouves-tu pas ainsi à quel point tu tiens à Arthémis? Sans attendre tu le tires ainsi dans les tunnels qui descendent et vous mènent directement dans la profondeur de la fosse ; les Yigas s'installant dans les gradins rocailleux, la plupart d'entres eux réclamant du sang en hurlant et en tapant des pieds, créant bien vite un brouhaha résonnant. Vous surgissez ainsi tout les deux à la lumière du jour, amplifiant les cries et l'excitation de ton peuple, alors que tu le traînes encore jusqu'au centre de l'arène et qu'enfin tu le libères.

Toi tu fais encore quelques pas pour t'en éloigner, levant ton regard embrasé vers la foule qui réclame le sang ; un petit sacrifice improvisé ne peut pas faire de mal hein? Néanmoins jamais tu n'as été le bourreau, préférant mettre en scène les monstres naturels de votre environnement, mais aujourd'hui tu le seras. Tu as besoin de l'être. Ainsi, d'un geste vif, tu retires ton épaisse fourrure et la laisse tomber lourdement à tes pieds ; faisant quelques pas en plus en écartant les bras pour présenter aux Yigas ta puissance toujours belle et bien présente. Tes muscles visibles sont excessivement bandés par la rage, et ta chaire basanée est recouverte de tes cicatrices ainsi que de tes nombreux tatouages. Ta longue tresse retombe dans ton dos nu jusqu'à la naissance de tes fesses. Ainsi le froid t'agresse mais rien ne semble pouvoir faire redescendre la chaleur que tu dégages, créant autour de toi une fine brume ténébreuse ; amplifiant ton aura. Tu rugis tel un animal, ta voix grave résonnant dans le brouhaha pour d'avantage l'accentuer. Un dernier regard à Arthémis, tels ceux que les prédateurs lancent à leur proie avant de les dévorer, puis un ordre claqué : « Qu'on lui donne une arme! ». Ainsi une lance double lame virevolte et se plante tout prêt de l'homme qui se relève, assez difficilement. Toujours nu, il semble plus déterminé lorsqu'il attrape son arme, poussé par son instinct de survie... et ce même s'il n'a clairement aucune chance.

Tu le regardes mais, cette fois ci, ce n'est plus de la haine qui pare ton expression. Ton visage est celui d'un homme cruel, amusé par le jeu du sang. Tu apprécies torturer tout ceux qui t'offensent, qui osent te manquer de respect, qui menacent de te voler ton trésor... car oui c'est pour elle que tu te bats. Tout le monde le sait, c'est elle que tu revendiques à cet instant. L'homme attaque en premier et durant quelques minutes tu te contentes d'esquiver, sans arme ; le ridiculisant au point que tes frères et sœurs se mettent à rire et à d'avantage réclamer sa mort. Même s'il se débrouille bien il n'arrive en effet pas à t'atteindre mais, lorsqu'il parvient enfin à le faire en te tailladant plutôt profondément le bras, il se fige de peur et le silence se fait dans l'arène. Tu n'as pourtant même pas grondé, même pas bronché un petit peu, et désormais tes doigts viennent frôler ta plaie ouverte pour se couvrir de sang. Ainsi tu les portes jusqu'à tes lèvres, les faisant s'étirer en un sourire sadique au même titre que tes pupilles se dilatent.

Aussitôt l'homme attaque une nouvelle fois, sentant le danger plus que jamais, mais il te suffit d'une pirouette agile sur le coté pour faire apparaître ta large lame d'ombre dans ta main droite. Puis une seconde pirouette te permet de finir dans son dos et, en un coup bref, tu lui coupes le bras gauche. Il hurles de douleur autant que les Yigas hurlent de satisfaction, en regardant terrifié le membre qui gis désormais au sol. Puis il tente de se défendre à nouveau en utilisant sa main armée restante, qui quelques secondes plus tard finit elle aussi à ses pieds. L'homme gémissant pleure et tombe à genoux face à toi, la tête basse, dépourvu de ses deux bras. Son sang s'étale lentement sur la roche de l'arène tandis que tu le regardes, un peu haletant ; les événements récents ayant un tant soit peu marqués ton endurance. C'est désormais ton nom qui résonne dans la montagne : Ganondorf! Ganondorf! Ganondorf! Ils te vénèrent et t'admirent autant qu'ils te haïssent. Il n'a que ce qu'il mérite penses tu enfin avant qu'il ne relève les yeux vers toi, implorant. « Pitié... mon Roi... »

Tu ne réponds rien, te contentant une nouvelle fois de porter ton attention sur Arthémis qui t'observe, au loin. Ton visage s'est adoucie, tu n'es plus en colère... juste frustré. Désireux. Alors, après avoir rugis avec une passion non feinte « Tu es à moi! » dans sa direction, tu empoignes ton arme à deux mains qui s'élève, pointant vers les cieux, avant de s'abattre sur l'homme. La lame rentre ainsi dans sa chaire comme si elle pénétrait dans du beurre, le coupant littéralement en deux, de haut en bas, en t'aspergeant par la même occasion de sang. L'excitation de la foule est à son paroxysme tandis que ton regard embrasé se repose à nouveau sur la zora, ton visage barré d'une giclée carmine. Ta lame disparaît alors dans une fumée sombre, attendant patiemment sa réaction.

(c) DΛNDELION

_________________

GANONDORF DRAGMIRE


In the darkest nightmare hour, when not moon nor sun has risen, he take your kingdom through her power. | © GANON

Revenir en haut Aller en bas

✲ Fondatrice ✲
Peuple du Désert (Yigas)

Arthémis Elatariel

Début de mon aventure : 02/04/2019
Messages : 84
Ҩ Bourse de rubis : 1110
Autres comptes : Zelda, Rosaria & Adalynn
Avatar : Natalie Dormer
Crédits : Anarya + Lilie
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Uv2q
Titre : Favorite du Chef des Yiga
Race : Zora
Âge : 23 ans
Allégeance : Ganondorf, soit les Yigas
Religion : Culte de l'Avatar du Néant
Inventaire : ○ Pouvoirs.
Geler une partie du sol ou d'un objet.
Faire faillir de la glace.à partir d'une source d'eau.
Création d'une brume semblant à un blizzard pendant un petit moment.

○ Arme : Un couteau double lame offert par Ganondorf.



Voir le profil de l'utilisateur http://breath-of-hyrule.forumsrpg.com/t124-arthemis-elatariel-th
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Empty
MessageSujet: Re: You're mine. | Ft. Arthémis [-18]   You're mine. | Ft. Arthémis [-18] EmptyMar 7 Mai - 16:27


You're mine
- Arthémis & Ganondorf -
Tu m'as abandonnée, alors je me suis laissée allée aux plaisirs afin de satisfaire la souffrance de ton absence
La divine créature qu'était Arthémis avait visiblement réussit à ôter au grand roi du désert la parole. Il regardait la scène devant ses yeux avec un tel calme qui cachait sûrement quelque chose. Pendant un instant, Arthémis eut un peu pitié pour ce pauvre homme ayant succombé à son charme. Bon, elle l'avait poussé à bout, l'ayant tenté comme jamais... Alors oui elle était la seule fautive dans l'histoire, enfin... peut-être pas. Non, c'était l'homme ! Il n'avait qu'à retenir ses ardeurs. D'ailleurs, Arthémis fixait son partenaire qui ne l'a été que quelques minutes d'un air hautain et inexpressif. Son regard était dénudé de sentiments, aucune émotion n'était transcrit sur son visage dur et crispé. Il n'aurait jamais du voir ça. Mais tant pis. Maintenant c'était fait n'est-ce pas ?

Lorsque Ganondorf prend la parole pour la première fois, sa voix était clairement colérique. Et pourtant, lui qui aurait pu être de marbre devant cette scène, prouvant à Arthémis une fois de plus qu'elle n'était qu'à lui, alors pourquoi Diable n'avait-elle pas pu le revoir après tous ces événements ? Elle eut envie de rétorquer presque tout de suite, manquant de peu de couper la parole au gerudo qui ne semblait que très peu heureux de constater sa chère Arthémis prise aux bras d'un homme inconnu. Les mots qu'avaient employés Ganondorf avait cependant secoués l'esprit de la sorcière qui en sursauta, plissant les yeux de manière surprise. Oserait-il vraiment la renier ? Alors qu'il l'écarte de lui durant tout ce temps ? On croirait rêver.

Au moment où Arthémis souhaita finalement répondre à celui qui l'avait élevée à son rang, à celui qu'elle lui devait la vie, c'est l'homme toujours dénudé qui prend la parole mais il ne put terminer sa phrase. Se prenant une droite d'une telle violence que le pauvre mâle finit au sol, et malmené par Ganondorf. A aucun moment Arthémis ne bouge, restant là, presque indifférente, laissant ce qui est son père adoptif défouler sa haine sur sa victime. Elle aurait du être à sa place, mais ce ne fut pas le cas.

Le regard que lui lança finalement Ganondorf suffit à rendre son esprit complètement confus. Elle avait évidemment rapidement comprit ce qu'il voulait dire par "distraction". Fronçant les sourcils, la zora s'avança finalement mais rapidement les deux furent dehors. Le gerudo traînant de force l'homme nu qui semblait complètement désemparé. Il devait tant haïr Arthémis, cette file tentatrice... Empoignant d'une main un de ses longs manteaux, elle le posa sur ses épaules et suivit le petit cortège alors que les autres yigas ne comprenaient pas forcément ce qu'il se passait devant leurs yeux. Fière et intouchable, la sorcière de glace ne regardait pas la foule, se contentant de suivre Ganondorf et l'homme qui criait presque à l'aide, implorant qu'on le laisse partir.

Là, ils se retrouvent tous dans la Fosse. Un des endroits favoris de Ganondorf pas vrai hein ? C'est d'un regard vide qu'Arthémis prit place sur sa chaise alors qu'elle observait le combat se préparer. Ganondorf était véritablement près à tout et les jours passés en solitaire n'avaient pas l'air de l'avoir arrangé. Mais au fond, Arthémis sourit. Elle aimait bien le voir aussi désemparé au point de vouloir montrer à quel point, elle ne pouvait être touchée et regardée que par lui. Mais diable, pourquoi ne le faisait-il pas ?!
Le regard que lançait Ganondorf à Arthémis la faisait fondre, ne sachant plus vraiment où se placer. Mêlant sa voix à ceux des autres acclamant leur Roi à tous, la zora se redressa de son assise afin de crier le nom de celui dont elle était complètement obsédée. Elle observait avec malice et fascination le corps du gerudo se battant contre l'homme qui n'avait aucune chance de survivre face au terrible Ganondorf lourdement armé. Arthémis ne détournait cependant pas les yeux : la violence avait fait parti de son enfance et désormais de sa vie adulte. Elle n'était nullement affectée par le sang.

Au moment où Ganondorf hurle son prénom, la sorcière des glaces prit une grande inspiration en croisant son regard, le soutenant pendant de longues minutes avant de s'éloigner de la petite estrade où elle se trouvait afin de prendre le chemin de la sortie. Arthémis soulevait sa robe afin de ne pas marcher dessus tandis que son manteau créait une sorte de traîne. Toute la Fosse acclamait Ganondorf, et ce dernier semblait être fier. Un sourire aux lèvres, c'est la silhouette d'Arthémis qui fit son apparition de l'entrée de la scène, se montrant aux yeux de tous sans aucune gêne, aucune honte. Un visage exprimant une certaine appréhension et fascination à la fois. Elle ne regardait cependant pas le corps sans vie, seulement le retard de Ganondorf qu'elle avait sûrement du réussir à capter.

« Je pense qu'ils ont compris. Ganondorf » souffle-t-elle alors qu'elle n'était plus qu'à quelques mètres de ce dernier. Elle marchait d'un pas assuré alors que son manteau chaud appuyait sur ses épaules lourdement. « Ce fut une distraction suffisante pour le moment. »

Un dernier regard fut adressé à Ganondorf alors qu'elle se tenait maintenant à ses côtés avant de finalement poser ses yeux sur le corps quelques mètres plus loin. Se crispant, la sorcière nia sur son visage l'expression de dégoût et d'horreur. Bon sang qu'au final, elle ne voulait qu'une seule chose : partir. Mais désormais qu'elle était là, elle pouvait plus partir. La présence de Ganondorf à ses côtés suffisait à la faire rester là. Mentalement, elle ne pouvait pas.

« Vous me permettez de me retirer à ma tente ou avez-vous encore envie de ma présence à vos côtés ? » demande-t-elle finalement en se retournant vers Ganondorf.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas

✲ Co-Administratrice ✲
Peuple du Désert (Yigas)

Ganondorf Dragmire

Début de mon aventure : 04/01/2019
Messages : 371
Ҩ Bourse de rubis : 1158
Autres comptes : Isaïah Van Aleyns.
Avatar : Jason Momoa.
Crédits : Cricrilove.
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] 3al8
Titre : Chef des Yigas, Suzerain des Landes Sauvages et Seigneur du désert.
Race : Gerudo.
Âge : 41 ans.
Allégeance : Mal.
Religion : Culte de l'Avatar du Néant.
Inventaire :
○ Une armure intermédiaire de cuir.
○ Une armure intermédiaire de cuir et de fourrure.
○ Une épée large commune.
○ Un étalon bleu nuit aux crins de feu nommé Cauchemar.

Pouvoirs :
Maîtrises des ombres - bouclier sphérique, vague d'ombre.
Épée d'ombre - matérialise une large épée noir. (capable de fusionner avec sa jumelle physique et de former le Trident du Mal. > Indisponible)

You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Cra1

Voir le profil de l'utilisateur
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Empty
MessageSujet: Re: You're mine. | Ft. Arthémis [-18]   You're mine. | Ft. Arthémis [-18] EmptyMar 7 Mai - 23:00



You're mine
Arthémis & Ganondorf

« Il n'est point d'ennemi plus redoutable que celui dont l’impulsivité est excitée par la jalousie. »



Lune 9. Jour 17.



Ton nom résonne contre les parois rocheuses de la Fosse et, même si cela flatte ta fierté et gonfle ton égo, ton attention est rivée sur elle tandis qu'elle apparaît à l'entrée de l'arène. Tu l'admires ainsi s'approcher de toi et s'exposer aux yeux de tous, et ce avec assurance et sans aucune crainte ; alors que tes muscles sont pourtant toujours dangereusement bandés par l'adrénaline et couverts de sang. Elle te captive irrémédiablement, comme elle captive l'ensemble des Yigas. Ainsi le silence se fait et la foule vous observe. Son sourire te fascine autant qu'il t'agace ; est-elle fière d'elle? Est-elle satisfaite? Tu rages d'être aussi instable par sa faute car, même si ton action parait être aux yeux des autres tout à fait voulu de ta part, elle est en réalité impulsive et incontrôlée ; tu as préféré te déchaîner sur lui plutôt que sur elle. « Je pense qu'ils ont compris. Ganondorf... Ce fut une distraction suffisante pour le moment. » Si ton expression était jusque là impassible, tes sourcils se froncent finalement légèrement alors que tu répliques austèrement à sa suite. « Et toi, as tu compris? » Ooh qu'elle n'essaye pas de jouer à l'innocente. Tu as donné une leçon à tout ces hommes mais à elle aussi ; c'est elle que tu vise avant tout. C'est elle que tu veux effrayer et impressionner.

Tu sembles d'ailleurs avoir réussi puisque, lorsque son regard bleuté se pose sur les bouts de cadavre qui gisent désormais au sol, tu la sens se crisper. Tu connais la zora bien plus qu'elle te connait, tu l'as après tout modelé de façon à ce qu'elle devienne ce que tu veux qu'elle soit ; néanmoins Arthémis a tendance aujourd'hui à se détacher du modèle que tu lui as imposé et, au fond, ce n'est pas pour te déplaire. « Vous me permettez de me retirer à ma tente ou avez-vous encore envie de ma présence à vos côtés ? » Demandes t-elle alors en reportant son attention sur toi. Est-elle fébrile? L'as tu à ce point déstabilisé? Quoi qu'il en soit tu plisses les yeux, intensifiant ton regard, en t'approchant d'avantage d'elle et en réduisant votre proximité à la limite de l’indécence ; te moquant bien du fait que vous êtes loin d'être seuls. Si seulement tu savais de quoi j'ai envie. Tes doigts ensanglantés enferment alors son menton, tachant sa peau si pure de marques carmines, afin de relever légèrement son visage et de la forcer à te regarder droit dans les yeux. Tu approches ainsi tes lèvres des siennes, laissant vos souffles s’entremêler un instant en mourant d'envie de lla dévorer ; néanmoins ce n'est guère ton intention. Tu sens ton cœur s'emballer irrémédiablement dans ta poitrine et, comme d'habitude, tu te refuses de l'écouter. « Ne te moque plus jamais de moi Arthémis... ou la prochaine fois je veillerais à ce que ce soit ton sang qui coule dans l'arène. » Souffles tu avec un calme si déroutant qu'il est indéniablement menaçant. Tu lui offres ensuite un dernier regard dont la braise ne s'est jamais éteinte, avant de libérer ton emprise sur elle et de l'abandonner là, au milieu de l'arène. Sans jamais regarder derrière toi et sans aucun scrupule.

***

Tu as rejoins aussitôt ta tente avec le besoin incontrôlable de te sustenter et, surtout, de te réchauffer. Bon sang! L'adrénaline une fois dissipée de ton organisme laisse place au froid glaciale des Hauteurs Gerudos, faisant se hérisser tes poiles. Ainsi tu enfiles une nouvelle fourrure et réclames de quoi manger, ainsi qu'un délicieux bain chaud. Les cinq femmes, ou du moins les cinq esclaves à ton service se pressent alors pour subvenir à tes besoins au plus vite. Elles t'apportent dans un premier temps un énorme et succulent morceau de sanglier que, une fois installé à table, tu dévores sans attendre.

Tes esclaves ont donc le temps d'allumer le feu alimentant ta baignoire qui, proportionnellement à ta taille, est plutôt imposante. Une fois ton repas terminé, elles s'affairent donc à te débarrasser de tes vêtements et, complètement nu, tu te glisses dans l'eau ; qui se trouble aussitôt du sang de ta victime, mais aussi du tiens. Ton bras est en effet encore entaillé mais cela ne semble guère te déranger ; tu soupires même d'aise en fermant les yeux et en t'installant confortablement. D'un geste de la main tu donnes l'ordre qu'on dénoue ta longue tresse et qu'on nettoie ta peau. Ainsi les jeunes femmes s’exécutent sans discuter et, ayant conscience de ton exigence, font attention aux moindres de leurs gestes. Elles sont parfaites, à n'en pas douter... mais il y a tout de même une petite chose. Tu ouvres brusquement les yeux, repoussant celle qui balayait ton torse tatoué de caresses mousseuses, en grondant. « Allez chercher du bois pour le feu bande d'incapables, je vais bientôt finir congelé! » Oui, l'eau refroidit beaucoup trop vite en ces lieux et il serait malencontreux que tu attrapes froid, non?

Alors les esclaves se précipitent à l’extérieur, à la fois stressées et soulagées de te quitter, afin de réclamer aux hommes qu'on te trouve des bûches pour alimenter le feu. Ainsi tu te retrouves parfaitement seul et, en attendant, t'installes à nouveau en refermant les yeux. Néanmoins, quelques courts instants après cela, tu sens une présence pénétrer dans ta tente et lances sans bouger un cil. « N'ai je pas été suffisamment clair? L'eau est froide! »
(c) DΛNDELION

_________________

GANONDORF DRAGMIRE


In the darkest nightmare hour, when not moon nor sun has risen, he take your kingdom through her power. | © GANON

Revenir en haut Aller en bas

✲ Fondatrice ✲
Peuple du Désert (Yigas)

Arthémis Elatariel

Début de mon aventure : 02/04/2019
Messages : 84
Ҩ Bourse de rubis : 1110
Autres comptes : Zelda, Rosaria & Adalynn
Avatar : Natalie Dormer
Crédits : Anarya + Lilie
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Uv2q
Titre : Favorite du Chef des Yiga
Race : Zora
Âge : 23 ans
Allégeance : Ganondorf, soit les Yigas
Religion : Culte de l'Avatar du Néant
Inventaire : ○ Pouvoirs.
Geler une partie du sol ou d'un objet.
Faire faillir de la glace.à partir d'une source d'eau.
Création d'une brume semblant à un blizzard pendant un petit moment.

○ Arme : Un couteau double lame offert par Ganondorf.



Voir le profil de l'utilisateur http://breath-of-hyrule.forumsrpg.com/t124-arthemis-elatariel-th
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Empty
MessageSujet: Re: You're mine. | Ft. Arthémis [-18]   You're mine. | Ft. Arthémis [-18] EmptyMer 8 Mai - 18:16


You're mine
- Arthémis & Ganondorf -
Tu m'as abandonnée, alors je me suis laissée allée aux plaisirs afin de satisfaire la souffrance de ton absence
Demeurant silencieuse pendant quelques instants, une fois qu'Arthémis fut à portée de Ganondorf elle se mit à essayer de lui faire comprendre que c'était bon, elle avait comprit. Inutile d'en rajouter de plus. C'est d'un pas lent qu'elle s'était déplacée jusqu'à lui, elle n'avait l'air de craindre personne, pas même le courroux de Ganondorf. Ne bougeant pas d'un pouce alors qu'ils n'étaient qu'à quelques centimètres l'un de l'autre, Arthémis sentit l'aura imposante de celui qui était son père adoptif alors que ce dernier s'était rapproché d'elle pour planter son regard dans le sien. Une lutte de regard s'en suivit et la jeune zora ne semblait pas vouloir en démordre. Si elle avait comprit ? Oui, le coup d’œil rapide qu'elle avait donné sur le corps inanimé de l'homme aurait pu suffire à faire comprendre à Ganondorf que c'était bon. Elle qui se sentait si intouchable et inaccessible, c'était face à lui que ses remparts se baissaient.

Le menton encerclé par les doigts du gerudo, Arthémis est bien forcée à le regarder dans les yeux. Leurs lèvres ne sont qu'à quelques centimètres et ce ressenti non physique suffisait à rendre la jeune sorcière fébrile. Ses yeux clignent plusieurs fois rapidement alors qu'elle peut vraiment sentir le souffle chaud et l'odeur corporelle de Ganondorf tout près. La deuxième menace qu'il lui balance à la figure finit par l'achever, tandis qu'il s'éloignait, Arthémis resta muette et mit quelques secondes avant de réaliser la chose. Elle serra ses poings, retenant une certaine dose de rage intérieure qui ne voulait que sortir. Attendant que Ganondorf soit complètement sorti de l'arène, la zora en fit de même, n'accordant aucun regard à la foule tout autour qui avait été témoin de la scène.

Contrariée, Arthémis s'en était retournée à sa tente qui avait encore au sol des traces de sang laissées par l'homme dont elle voulait s'emparer. Crispée et toujours encore dans ses pensées, la zora tenta de nettoyer le sol. Rien que de voir ce sang suffisait à la rendre malade. Fermant bien comme il le fallait l'entrée de sa tente, elle garda son épais manteau avant de s'allonger sur son lit, fixant le plafond pendant de longues minutes.

Elle ne saurait comment expliquer pourquoi elle eut envie de rendre visite à Ganondorf. Espérant qu'il se soit un peu calmé, Arthémis se releva de son lit avant d'ouvrir sa tente et marcher lentement vers celle du roi des yigas qui ne se trouvait pas loin de la sienne. Il ne fallut que quelques mètres à marcher pour se retrouver devant celle-ci. Prenant une grande inspiration, Arthémis finit par ouvrir et entrer à l'intérieur sans même prendre le soin de s'annoncer. Aujourd'hui, elle n'avait clairement pas envie de faire les choses dans le bon ordre.
La voix grave de Ganondorf résonne dans la tente et la jeune sorcière trouva ce dernier dans une baignoire, confortablement installé alors qu'il réclamait sûrement qu'on lui réchauffe l'eau du bain. Dommage, elle n'avait que la glace à son écoute, elle ne lui serait pas de grande utilité. Souriant légèrement, Arthémis s'avance dans la pièce avant de relever son visage à la lueur des petites lumières disposées.

« Ce n'est pas vos esclaves qui sont venues » répond-t-elle d'une voix assurée avant de s'avancer légèrement. « Je ne peux rendre l'eau plus chaude bien malheureusement. » poursuit-elle alors qu'elle baisse ses yeux azurés vers Ganondorf qui ne se trouvait juste devant elle.

Semblant impassible, sereine et assurée, la sorcière observe le moindre de ses faits et gestes alors qu'elle ose se montrer face à lui après toutes les scènes de toute à l'heure. Arthémis se semblait pas montrer de signes de frissons mais plutôt de fascination. Ganondorf était affreusement attirant dans une telle posture, nu, dans l'eau qui était sûrement froide puisqu'il râlait après cela. Elle se perdait entre les lignes dessinées par ses muscles, un tel corps était si attirant. Penchant doucement son visage innocent sur le côté, Arthémis revenu rapidement à la réalité.

« Elles ne devraient pas tarder à revenir, je les ai croisées juste avant de venir » assure-t-elle d'une voix claire.

S'agenouillant, Arthémis garda cependant sa fourrure sur les épaules tandis qu'elle se trouvait juste à côté de la baignoire, s'assurant de ne pas se brûler avec le feu. La jeune sorcière posa une main sur le rebord avant de plonger le bout des doigts dans l'eau, faisant des gestes hasardeux.

Des bruits de pas se firent entendre et les jeunes femmes esclaves venaient d'arriver dans la tente. Saluant poliment Arthémis, cette dernière s'écarta pour les laisser déposer les bûches pour alimenter le feu. Restant légèrement un retrait pendant quelques instants, la zora ne s'approcha qu'une fois qu'elle détecta un moment pour revenir s'installer près de la baignoire et donc de Ganondorf.

« Vous n'êtes pas encore parfaitement nettoyé. Laissez-moi régler ça. »

Plongeant sa main dans l'eau pour mouiller ses doigts pour ensuite la faire sortir, Arthémis passa alors ses doigts pour nettoyer le sang qui restait sur le visage de Ganondorf d'un geste délicat et assuré à la fois. Avec grâce, elle plongeait de nouveau sa main pour remouiller et finir le travail avant de secouer légèrement son poignet pour se "sécher". Elle lança ensuite un nouveau regard au gerudo, un léger sourire aux lèvres. « Maintenant, c'est parfait » termine-t-elle.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas

✲ Co-Administratrice ✲
Peuple du Désert (Yigas)

Ganondorf Dragmire

Début de mon aventure : 04/01/2019
Messages : 371
Ҩ Bourse de rubis : 1158
Autres comptes : Isaïah Van Aleyns.
Avatar : Jason Momoa.
Crédits : Cricrilove.
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] 3al8
Titre : Chef des Yigas, Suzerain des Landes Sauvages et Seigneur du désert.
Race : Gerudo.
Âge : 41 ans.
Allégeance : Mal.
Religion : Culte de l'Avatar du Néant.
Inventaire :
○ Une armure intermédiaire de cuir.
○ Une armure intermédiaire de cuir et de fourrure.
○ Une épée large commune.
○ Un étalon bleu nuit aux crins de feu nommé Cauchemar.

Pouvoirs :
Maîtrises des ombres - bouclier sphérique, vague d'ombre.
Épée d'ombre - matérialise une large épée noir. (capable de fusionner avec sa jumelle physique et de former le Trident du Mal. > Indisponible)

You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Cra1

Voir le profil de l'utilisateur
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Empty
MessageSujet: Re: You're mine. | Ft. Arthémis [-18]   You're mine. | Ft. Arthémis [-18] EmptyMar 14 Mai - 13:31



You're mine
Arthémis & Ganondorf

« Il n'est point d'ennemi plus redoutable que celui dont l’impulsivité est excitée par la jalousie. »



Lune 9. Jour 17.



« Ce n'est pas vos esclaves qui sont venues. » Lorsque sa voix tinte à tes oreilles tu ouvres subitement les yeux ; reconnaissant aussitôt l'accent de ta douce zora. Il est évident que tu es étonné de la voir en ces lieux, surtout après ce qu'il s'est passé dans l'arène ; et surtout après les menaces que tu as proféré publiquement à son égard. Ainsi tu poses ton regard doré sur sa personne alors que la lumière des bougies vient caresser et amplifier les traits divins de son visage. Tes bras puissants et tatoués sont toujours allongés sur les bord de la baignoire dans laquelle tu baignes ; laissant paraître à sa vision bleuté la profonde cicatrice qui entaille l'un de tes avant-bras. « Je ne peux rendre l'eau plus chaude bien malheureusement. » Du moins ça c'est ce qu'elle croit...

Tu l'observes sans dire un mot et ce même si tu es curieux de connaitre la raison de sa venue. Est-elle ici pour s'excuser, pour se racheter, ou au contraire pour se risquer à te provoquer d'avantage? Tu l'ignores. Quoi qu'il en soit tu le vois son regard te scruter et s'éveiller face à la vision que tu lui offres sans aucune gêne : non tu n'es aucunement connu pour ta pudeur. Ainsi ton torse se gonfle et se dégonfle au rythme de ta respiration sereine ; sereine jusqu'à ce qu'elle s'approche d'avantage. C'est étrange cette sensation qui te traverse tandis que votre proximité se rétrécie. Ton cœur s'emballe en effet un peu dans ta poitrine au même titre que la température du bain augmente lentement. Encore une fois tu restes silencieux et tu la fixes, tu l'observes... voir même tu la surveilles.

« Elles ne devraient pas tarder à revenir, je les ai croisées juste avant de venir. » Ses doigts plongés dans l'eau te procurent alors de légers frissons, comme s'ils caressaient à même ta peau, faisant se crisper délicieusement tes muscles. Bon sang ta respiration s’alourdit un peu et ton regard qui la scrute s'intensifie au même titre qu'une tension née au sein de la tente. Tes doigts semblent même s'être légèrement crispés sur les rebords de la baignoire ; tu ne peux plus resté impassible. « Qu'est ce que tu viens faire ici Arthémis? » Demandes tu alors avec ton austérité naturelle.

Néanmoins tes esclaves entrent à nouveau et au même moment dans ta tente, empêchant la zora de répliquer quoi que ce soit. Tu soupires ainsi doucement pour te détendre ; profitant du souffle d'air que les jeunes femmes t'offrent en l'éloignant de toi. Tu sembles... troublé, déstabilisé. Et tu n'as pas finit de l'être. « Vous n'êtes pas encore parfaitement nettoyé. Laissez-moi régler ça. » Arthémis revient en effet à la charge et ose cette fois ci te toucher. Ses doigts nettoient alors ton visage avec délicatesse mélangée à une certaine sensualité ; tu en as le souffle coupé. A quoi est-ce qu'elle joue bon sang? Elle devrait avoir peur de toi car oui, n'est ce pas pour lui faire peur que tu as fait tout ça? N'est ce pas pour vous protéger, pour te protéger? « Maintenant, c'est parfait. » Tes yeux dorés capturent les siens, comme pour trouver une réponse à tes interrogations... ou comme si tu étais captivé. Tu ne le nieras pas, tu es un Gerudo au sang-chaud ; et la zora ne te laisse à ce moment là pas si indifférent.

Ainsi tu fronces les sourcils, reprenant tes esprits ; encore une fois tu n'apprécie guère qu'elle ai un tel effet sur toi. « Laissez nous. » Ordonnes tu alors, de cette même voix calme et autoritaire qu'aucunes des esclaves ne s'amusent à contester. En effet, après avoir posé les bûches dans le feu, elles se précipitent à l’extérieur ; vous laissant seuls, tout les deux. D'un geste de la tête tu ordonnes donc à Arthémis de finir de dénouer tes cheveux ; si elle est venue ici autant qu'elle serve à quelque chose, non? Ta longue tresse noire n'est qu'à moitié défaite et tu veux te débarrasser du sang qui la tapisse. Ainsi tu restes silencieux tandis qu'elle s'affaire à passer ses doigts dans tes cheveux ; néanmoins tu n'arrives plus à te détendre, et ce malgré que l'eau du bain commence à se réchauffer en laissant une douce vapeur vous englober. Oui, tes interrogations torturent ton esprit et tu veux le libérer. Tu répliques donc, dans un premier temps calmement. « Qu'est ce que tu désirs de plus Arthémis? Je t'ai tout donné : Une chance, un nom, une réputation, du pouvoir... et tu t'efforces encore de me désobéir. Tu t'efforces encore de... » Tu grondes un peu, admettant finalement à haute voix ; prouvant une nouvelle fois l'importance qu'elle représente pour toi. « ... de me mettre en rage. J'ai toujours été conciliant avec toi... » Du moins à ta façon. Tu tournes alors un peu la tête vers elle, très sérieux, en ajoutant. « ... alors que j'aurais pu dès le début te mettre en cage. Et je peux toujours le faire, tu sais. »
(c) DΛNDELION

_________________

GANONDORF DRAGMIRE


In the darkest nightmare hour, when not moon nor sun has risen, he take your kingdom through her power. | © GANON

Revenir en haut Aller en bas

✲ Fondatrice ✲
Peuple du Désert (Yigas)

Arthémis Elatariel

Début de mon aventure : 02/04/2019
Messages : 84
Ҩ Bourse de rubis : 1110
Autres comptes : Zelda, Rosaria & Adalynn
Avatar : Natalie Dormer
Crédits : Anarya + Lilie
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Uv2q
Titre : Favorite du Chef des Yiga
Race : Zora
Âge : 23 ans
Allégeance : Ganondorf, soit les Yigas
Religion : Culte de l'Avatar du Néant
Inventaire : ○ Pouvoirs.
Geler une partie du sol ou d'un objet.
Faire faillir de la glace.à partir d'une source d'eau.
Création d'une brume semblant à un blizzard pendant un petit moment.

○ Arme : Un couteau double lame offert par Ganondorf.



Voir le profil de l'utilisateur http://breath-of-hyrule.forumsrpg.com/t124-arthemis-elatariel-th
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Empty
MessageSujet: Re: You're mine. | Ft. Arthémis [-18]   You're mine. | Ft. Arthémis [-18] EmptyLun 20 Mai - 9:45


You're mine
- Arthémis & Ganondorf -
Tu m'as abandonnée, alors je me suis laissée allée aux plaisirs afin de satisfaire la souffrance de ton absence
Volontairement silencieuse, Arthémis n'avait pas clairement dit à son seigneur le pourquoi du comment elle se trouvait en ces lieux. Une chose est sûre, elle n'allait pas envenimer la situation. C'était tout bonnement inutile et elle tenait un minimum à sa vie et à sa place qu'elle chérit tant. C'est avec un léger sourire qu'elle observait le corps de Ganondorf, il était marqué, que ce soit en tatouages ou en cicatrices, mais cela lui faisait un charme sauvage, charme d'Arthémis appréciait, évidemment.
Ganondorf avait l'air plutôt surprit, ou intrigué par la présence de la zora en ce lieu qui pourtant, est privé. Mais pas pour elle, se faisant une place à l'intérieur. D'ailleurs, la question que lui posa le gerudo confirmait bien qu'il ne comprenait pas la raison de sa présence. Arthémis eut un petit sourire alors que les femmes esclaves revenaient dans la tente pour alimenter le feu avec du bois. Laissant donc les femmes faire leur travail, finalement Ganondorf leur ordonne de s'en aller et de les laisser seuls.

Une fois qu'elles furent dehors, Arthémis souffla pour revenir auprès du gerudo qui ne semblait pas être des plus détendus. Il avait beau le cacher, elle, elle le voyait bien. Mais la zora ne voulait pas en discuter, inutile de tourner le couteau dans la plaie n'est-ce pas ? Elle n'était pas venue pour une nouvelle fois s'attirer les foudres de son seigneur, et encore moins revivre la même scène que toute à l'heure. Non là, Arthémis était venue avec d'autres idées, d'autres motifs, beaucoup plus calmes. Son intention n'était pas mauvaise, mais elle souffrait de ce manque d'affection.

Ainsi, Ganondorf lui demanda de continuer à dénouer sa tresse. Etant habile de ses mains et ayant l'habitude avec ses propres cheveux, Arthémis s'exécuta avec plaisir. Se plaçant donc derrière le gerudo, elle s'installa sur le semblant de chaise pour ne pas être à même le sol et commença son travail en silence. Seuls le bruit de l'eau et du feu consumant les bûches étaient audibles. La zora s'appliquait tout en regardant toute la saleté et le sang présents dans les cheveux de Ganondorf. Grimaçant, Arthémis continua néanmoins à la défaire avec calme, sérieux et application. Il y avait une certaine chaleur désormais dans le petit foyer et la zora en elle le sentait bien. La chaleur n'était pas son amie mais comme il faisait tout de même un peu froid, c'était une sensation bienvenue.

C'est finalement Ganondorf qui vient briser le silence, lui demandant ce qu'elle voulait réellement, énumérant tout ce qu'il lui avait offert depuis qu'il l'avait prise sous son aile avant de recommencer à la menacer. Ne pouvait-il pas cesser ses menaces négatives quelques secondes ? La détestait-il au point de ne dire que des menaces à son égard, même lorsqu'elle venait en paix sans arrière pensée pour l'énerver... Légèrement contrariée, Arthémis souffla, ayant relâché la tresse à moitié défaite de Ganondorf. Prenant une grande inspiration, la sorcière de glace leva son regard vers celui de son seigneur, aucun sourire n'était présent sur ses lèvres crispées.

« Je désire vous voir grand, vous voir au pouvoir, mais j'ai également besoin de votre présence. Votre absence de quelques jours m'a parue une éternité si vous saviez. Je veux simplement vous sentir auprès de moi lorsque le manque se fait sentir. Peut-être suis-je égoïste, mais comme vous le dîtes bien, vous m'avez tout donné et m'avez offert une nouvelle vie : j'ai besoin de vous. »

C'était d'une voix douce et sans haine que la zora avait parlé. Passant de la furie à la tendre, voilà qu'Arthémis s'était laissée s'ouvrir pour lui dire ce qu'elle pensait réellement. Et rien de tout cela était faux, tout était vrai. Mais est-ce qu'il allait la croire ? Ganondorf semblait être resté focalisé sur la scène précédente, ne pouvait-il pas seulement profiter de l'instant présent, calme. Personne pour le déranger dans son bain... ? C'est donc de la même voix que la jeune femme reprit.

« Je vous ai démontré à de nombreuses reprises ma loyauté et ma dévotion. Ne m'en voulez pas de vous désirer à mes côtés certaines fois. »

C'est avec une douceur extrême que la zora venait à se replacer derrière le gerudo, mettant fin à leur échange de regards qu'elle se remit à défaire sa tresse. Au bout d'un long effort et de ses doigts habiles, Arthémis finit par relâcher les cheveux bruns du gerudo désormais libres. La sorcière finit par passer ses mains sur les épaules fortes de Ganondorf et à l'aide de ses doigts légers, légèrement douloureux, les massent de manière délicate. Elle regardait dans le vide, pendant quelques instants avant de se pencher vers l'homme brun et lui demander d'une voix plus basse.

« Sachez que je n'ai aucune envie de vous contrarier une nouvelle fois. Alors vous pouvez vous détendre pendant un petit instant, n'est-ce pas agréable ? Je vous sens beaucoup tendu, laissez-moi vous masser un peu. »

Elle sentait que Ganondorf était tendu, elle devait appuyer fort pour tenter de détendre ses muscles. Arthémis n'était pas la plus experte en massage, loin de là, mais elle connaissait quelques techniques pour détendre et faire du bien en même temps.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas

✲ Co-Administratrice ✲
Peuple du Désert (Yigas)

Ganondorf Dragmire

Début de mon aventure : 04/01/2019
Messages : 371
Ҩ Bourse de rubis : 1158
Autres comptes : Isaïah Van Aleyns.
Avatar : Jason Momoa.
Crédits : Cricrilove.
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] 3al8
Titre : Chef des Yigas, Suzerain des Landes Sauvages et Seigneur du désert.
Race : Gerudo.
Âge : 41 ans.
Allégeance : Mal.
Religion : Culte de l'Avatar du Néant.
Inventaire :
○ Une armure intermédiaire de cuir.
○ Une armure intermédiaire de cuir et de fourrure.
○ Une épée large commune.
○ Un étalon bleu nuit aux crins de feu nommé Cauchemar.

Pouvoirs :
Maîtrises des ombres - bouclier sphérique, vague d'ombre.
Épée d'ombre - matérialise une large épée noir. (capable de fusionner avec sa jumelle physique et de former le Trident du Mal. > Indisponible)

You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Cra1

Voir le profil de l'utilisateur
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Empty
MessageSujet: Re: You're mine. | Ft. Arthémis [-18]   You're mine. | Ft. Arthémis [-18] EmptyLun 10 Juin - 22:33



You're mine
Arthémis & Ganondorf

« Il n'est point d'ennemi plus redoutable que celui dont l’impulsivité est excitée par la jalousie. »



Lune 9. Jour 17.



C’est étrange ; tu t’attendais à ce que tes mots aient un certain effet sur elle… mais tu ne t’attendais pas à ce que sa contrariété t’atteigne à ce point. Tu la ressens en effet comme si s’était la tienne alors que s’est pourtant toi qui l’as provoqué. Oui, même toi seigneur du mal tu t’aperçois que tu vas peut être un peu trop loin… j’ai bien dis peut être. Tu n’es en effet pas homme à admettre tes erreurs et à pardonner si facilement ; trop fier, trop attaché à ta réputation. Tu veux faire et dire ce que bon te semble ; sans te soucier une seule seconde de l’avis des autres, sans te soucier une seule seconde de leurs sentiments. Et pourtant à cet instant tu t’aperçois que son avis et ses sentiments comptent bien plus que tu n’aurais pu le croire.

Ainsi tu la regardes de manière neutre, presque austère, tandis qu’elle parle… « Je désire vous voir grand, vous voir au pouvoir… » … et ce du moins jusqu’à ce ses paroles semblent te couper le souffle ; non pire, elles t’arrachent les mots de la bouche. «… mais j'ai également besoin de votre présence. Votre absence de quelques jours m'a parue une éternité si vous saviez. Je veux simplement vous sentir auprès de moi lorsque le manque se fait sentir. Peut-être suis-je égoïste, mais comme vous le dîtes bien, vous m'avez tout donné et m'avez offert une nouvelle vie : j'ai besoin de vous. » Toi, le grand et assuré Ganondorf, ne sais pas quoi dire face à une telle révélation. Tu restes en effet muet, troublé par ce que tes oreilles daignent capter. Ton regard doré se fait moins neutre et ne quitte pas le sien, mais tu es absent, perdu, noyé dans ses pupilles bleutées. Tu lui as… manqué ? Bien que tu te doutais quelque part lui être indispensable, tu ignorais que s’était de cette manière. Si prononcée. Si important pour elle.

Ainsi tu te contentes de grogner très légèrement, comme agacé, et ne réponds rien en tournant la tête pour regarder face à toi, dans le vide, afin de réfléchir. « Je vous ai démontré à de nombreuses reprises ma loyauté et ma dévotion. Ne m'en voulez pas de vous désirer à mes côtés certaines fois. » Ajoute t-elle avant que tu ne répliques, vraisemblablement vexé et blessé ; du moins c'est la première fois que ta voix expose de tels sentiments. « Tu as une drôle de façon de me désirer à tes cotés Arthémis... baiser avec des pleutres ne me fera pas venir vers toi, bien au contraire. » L'imaginer avec d'autres hommes... bon sang tu en es presque dégoûté. Tu te poses d'ailleurs tout un tas de questions dont une en particulier : L'homme que tu as tué dans l'arène, était il le premier ou a t-elle déjà sali le corps que tu désirs tant? Oui tu es jaloux Ganondorf, ça parait évident à cet instant ; et de ce fait tu es tendu. Elle semble le ressentir.

« Sachez que je n'ai aucune envie de vous contrarier une nouvelle fois. Alors vous pouvez vous détendre pendant un petit instant, n'est-ce pas agréable ? Je vous sens beaucoup tendu, laissez-moi vous masser un peu. » Merde alors. Ses mains sont magiques ou quoi? Tu grondes une nouvelle fois mais se son là est plus… sensuel. Plus suave. Tu sembles en effet apprécier et t’efforces de te détendre sous sa demande. Néanmoins, contre toute attente et en un sens, tes muscles qui roulent sous ses doigts et ses mains fraiches sur ta chaire ne t’aident pas à cela. Ton cœur s’emballe en effet dans ta poitrine et ta respiration s’alourdit un peu, au même titre que ton désir… Et oui Ganondorf, à ce sujet tu es un homme faible, surtout lorsqu’il s’agit de ta zora. Tu n’as jamais craqué jusque là, durant toutes ces années tu as su tenir bon, mais l’oppression se fait aujourd’hui trop forte. La tentation t’est insupportable. Ca mêlées à ta colère, ta jalousie, aux inquiétudes des événements récents… tu n’en peux véritablement plus.

Ainsi tu te lèves sans prévenir, offrant à ses yeux clairs la vision des muscles saillants de ton dos nu ; parés de cicatrices ressemblant de toute évidence à des coups de fouet, légèrement cachées par la noirceur de tes cheveux longs et mouillés ; ainsi que de tes fesses. Puis tu sors de la baignoire et te tournes face à elle, sans aucune pudeur, sans aucune gêne. Ton regard doré scrute le sien alors que tu t'approches, l'air grave, et tandis que tu t'arrêtes tout prêt de la jeune femme. Tu fais prêt de deux têtes de plus qu'elle et ta carrure surpasse largement la sienne ; néanmoins tu n'es aucunement menaçant, tu ne la touches d'ailleurs même pas. Seul ton aura et la chaleur qui s'échappent de toi viennent risquer à la frôler. « Est ce là tout ce que tu désirs? Ma présence?... je te croyais plus ambitieuse Arthémis. » Lances tu, provoquant, presque insultant. Tu ajoutes néanmoins avec un certain calme, te confiant à ton tour en un sens. « Je n'attends pas de toi que de la loyauté et de la dévotion pour notre cause, pour notre Dieu... j'attends bien plus. Tu es la seule chose que je refuses de donner à l'Avatar. Tu es la seule chose pour laquelle j'ai trahis ma foi. Tu aurais dû mourir avec les misérables de ton village, sache le... mais je t'ai laissé une chance, pas pour le servir lui, mais pour me servir moi. Alors je te le redemandes une nouvelle fois, est-ce là tout ce que tu désirs? Qu'es tu prêtes à faire pour moi? » Ton regard se fait perçant, comme si tu tentais de scruter son âme, de lire dans ses pensées pour avoir des réponses. Tu la testes à n'en pas douter, comme tu te testes toi même.
(c) DΛNDELION

_________________

GANONDORF DRAGMIRE


In the darkest nightmare hour, when not moon nor sun has risen, he take your kingdom through her power. | © GANON

Revenir en haut Aller en bas

✲ Fondatrice ✲
Peuple du Désert (Yigas)

Arthémis Elatariel

Début de mon aventure : 02/04/2019
Messages : 84
Ҩ Bourse de rubis : 1110
Autres comptes : Zelda, Rosaria & Adalynn
Avatar : Natalie Dormer
Crédits : Anarya + Lilie
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Uv2q
Titre : Favorite du Chef des Yiga
Race : Zora
Âge : 23 ans
Allégeance : Ganondorf, soit les Yigas
Religion : Culte de l'Avatar du Néant
Inventaire : ○ Pouvoirs.
Geler une partie du sol ou d'un objet.
Faire faillir de la glace.à partir d'une source d'eau.
Création d'une brume semblant à un blizzard pendant un petit moment.

○ Arme : Un couteau double lame offert par Ganondorf.



Voir le profil de l'utilisateur http://breath-of-hyrule.forumsrpg.com/t124-arthemis-elatariel-th
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Empty
MessageSujet: Re: You're mine. | Ft. Arthémis [-18]   You're mine. | Ft. Arthémis [-18] EmptyVen 14 Juin - 11:00


You're mine
- Arthémis & Ganondorf -
Tu m'as abandonnée, alors je me suis laissée allée aux plaisirs afin de satisfaire la souffrance de ton absence
Arthémis n'a jamais su sur quel pied danser avec Ganondorf. Lui qui exprimait des sentiments contradictoires vis-à-vis d'elle. Mais une chose est sûre, la zora savait parfaitement bien que s'attirer les foudres de ce qui était son père adoptif n'était pas la meilleure idée. La scène de toute à l'heure avec l'autre yiga n'était là qu'une énième preuve de sa détresse et de son envie d'être plus que ce qu'elle n'était actuellement. Elle était obsédée par Ganondorf, par ses projets, par ses désirs. Elle s'était toujours pliée à ses envies, même lorsqu'elles étaient insensées. Arthémis avait pu prouver par le passé sa dévotion et sa gratitude de l'avoir épargnée du massacre de son village, encaissant toute l'éducation stricte et dure que lui donnait Ganondorf. Elle avait toujours donné de sa personne pour être la meilleure, à la hauteur de lui. Peut-être que le chemin pouvait être long encore, mais elle avait foi en ses désirs et ses objectifs. Arthémis ne lâcherait pas tout de suite, même jamais. Elle était bien trop obsédée par sa soif de reconnaissance et d'envie vis-à-vis de son chef, de celui qui lui avait laissé une seconde chance.

Arthémis avait donc finit par lui dévoiler tout ce qu'elle ressentait, tout ce qu'elle voulait suite aux énièmes menaces venant de la part du gerudo. Il ne pouvait pas lui en vouloir de ne plus se sentir comme la fille mise en cage en ne pouvant s'exprimer. S'il ne lui autorisait pas les plaisirs charnels, pouvait-il... le lui autoriser d'une autre manière ? C'était une situation pesante pour la jeune sorcière qui ne voulait que vivre et se sentir aimée aux côtés de Ganondorf. Une sorte de sentiment étrange l'avait saisie et l'avait poussée à se confier de cette façon. Et pourtant, Ganondorf ne donnait pas suite pour l'instant. Elle se contentait de le masser avec ses doigts, faisant rouler ses muscles pour le détendre, faire tout ce qui était en ses capacités pour lui faire comprendre qu'elle ne lui voulait que du bien. Qu'elle était éternellement reconnaissante, mais qu'elle avait besoin d'être plus que reconnue auprès de lui. Ganondorf finit par lui répondre d'une voix bien particulière, faisant écho à ce qu'il s'était passé quelques heures avant.

Intérieurement, Arthémis voulait lui hurler à la figure que ce n'était qu'une nouvelle preuve de ce qu'elle voulait réellement : lui. Mais il ne semblait pas comprendre et se contentait juste de décrire ce qu'il s'était passé et non pas la raison qui l'avait poussée à faire cela. Mais répondre ça, pourrait encore plus envenimer la situation. Optant pour la carte du silence, Arthémis ne répondit pas à ce qu'il venait de lui dire. Continuant de le masser avec force et application.

Petit à petit, elle semblait sentir qu'il était un peu plus détendu, mais pas assez à son goût. De nombreuses choses devaient le travailler, c'était certain. Mais Arthémis n'avait pas encore les capacités de le sonder aussi profondément. Un jour, peut-être, elle le sentait.
D'un coup, Ganondorf se lève du bain, laissant à la zora la délicieuse vision de son dos nu et de toutes ses courbes viriles avant de se retourner vers elle. Elle sursauta légèrement en se levant à son tour, faisant face au gerudo qui s'approchait d'elle. S'attendant à ce qu'il soit beaucoup plus proche, la déception saisit la zora en constatant qu'il ne la touchait même pas. Est-ce qu'elle le répugnait ? Jamais son corps n'avait été souillé par aucun homme... Alors pourquoi est-ce qu'il la rejetait, pourquoi est-ce qu'il l'ignorait ? Arthémis en avait plus qu'assez de se sentir aussi délaissée. Elle avait son titre, sa nouvelle vie, de grands privilèges, mais elle n'avait pas son obsession : Ganondorf.

Tandis qu'elle l'écoutait lui parler, Arthémis restait droite dans ses chaussures, regardant dans les yeux Ganondorf. Soutenant son regard, elle ne déviait pas du regard et restait là, à ne pas bouger. Comme pour lui poser la question piège, il lui énonce la vérité en face : il a trahi sa foi pour elle, il l'a amenée dans les hauts rangs auprès de lui, mais il ne la trouvait pas aussi ambitieuse que cela... Oh s'il savait. Arthémis plissa des yeux en clignant plusieurs fois, comme dégoûtée. Elle grimace légèrement avant de reposer ses yeux azurés sur le visage de Ganondorf, lui qui était si grand par rapport à elle.

« Je suis consciente de ce que vous faites par rapport à l'Avatar. Je sais à quel point je suis chanceuse, à quel point vous m'avez tout donné. C'est pour cela que je ne vous ai jamais abandonné, jamais. Vous ne me trouvez pas ambitieuse ? Vous ne me connaissez peut-être pas assez. »

Elle voulait tant être plus que sa favorite, être beaucoup plus. Rien n'effrayait la sorcière quand on y pensait. Elle prit une grande inspiration avant de poser ses mains sur le torse du gerudo tout en le regardant dans les yeux.

« Je ne suis qu'une jeune femme qui désire beaucoup plus que d'être celle qui vous sert. Je veux vous servir pour l'éternité, jusqu'à ce que je rende mon dernier souffle. Je serai éternellement vôtre. Et ceci n'est pas des paroles dîtes dans l'air pour seulement vous endormir. Ce que je vous confie, est bien réel. Mais je vous veux, je veux être à vos côtés. »

Retirant doucement ses mains du corps de Ganondorf, la zora finit par faire un pas en arrière avant de se remettre droite face à lui et lui montrer à quel point elle était déterminée. Il attendait plus d'elle ? Qu'il lui dise ce qu'il souhaitait.

« Vous m'avez demandé de m'entraîner dur à l'apprentissage de la magie, je l'ai fais, et je continue de le faire. J'ai surmonté toute l'éducation que j'ai reçu de votre part, j'ai toujours donné le meilleur de moi-même pour vous satisfaire et devenir la femme que vous voulez que je devienne. Alors demandez-moi ce que vous voulez, mais ne me demandez pas de ne pas être insensible à vous et d'accepter le fait que vous ne cédez pas à moi. Mon corps et mon âme vous appartiennent. »

Sa voix était douce, claire. Elle s'exprimait avec cette fierté et cette détermination qui lui était propre. Le feu glacial qui brûlait en elle l'avait toujours poussée à faire face et à rester celle qu'elle était devenue.

« Je n'ai jamais été souillée par qui que ce soit. Je me suis préservée et réserve ce présent spécial à vous, uniquement vous. Je n'ai jamais réellement voulu quelqu'un d'autre que vous. Vous m'avez donné un nom et un titre, je ne veux pas déshonorer cela. »

Se rapprochant une nouvelle fois, Arthémis fut saisie d'une étrange sensation, frissonnant de toute part. Elle pouvait sentir l'aura chaude de Ganondorf et la brume qui les l'entourait à cause de l'eau chaude qui se trouvait encore dans la baignoire. Et sa main vient alors se poser sur le haut du buste du gerudo, comme si elle cherchait une réponse, qu'elle ne voulait pas qu'il la repousse une nouvelle fois.

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas

✲ Co-Administratrice ✲
Peuple du Désert (Yigas)

Ganondorf Dragmire

Début de mon aventure : 04/01/2019
Messages : 371
Ҩ Bourse de rubis : 1158
Autres comptes : Isaïah Van Aleyns.
Avatar : Jason Momoa.
Crédits : Cricrilove.
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] 3al8
Titre : Chef des Yigas, Suzerain des Landes Sauvages et Seigneur du désert.
Race : Gerudo.
Âge : 41 ans.
Allégeance : Mal.
Religion : Culte de l'Avatar du Néant.
Inventaire :
○ Une armure intermédiaire de cuir.
○ Une armure intermédiaire de cuir et de fourrure.
○ Une épée large commune.
○ Un étalon bleu nuit aux crins de feu nommé Cauchemar.

Pouvoirs :
Maîtrises des ombres - bouclier sphérique, vague d'ombre.
Épée d'ombre - matérialise une large épée noir. (capable de fusionner avec sa jumelle physique et de former le Trident du Mal. > Indisponible)

You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Cra1

Voir le profil de l'utilisateur
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Empty
MessageSujet: Re: You're mine. | Ft. Arthémis [-18]   You're mine. | Ft. Arthémis [-18] EmptyMar 18 Juin - 17:50



You're mine
Arthémis & Ganondorf

« Il n'est point d'ennemi plus redoutable que celui dont l’impulsivité est excitée par la jalousie. »



Lune 9. Jour 17.



Tandis que tu l'écoutes tes yeux dorés la scrutent avec beaucoup d’intérêt et avec l'intensité troublante du soleil ; pas une seule fois tu n'envisages de ne plus soutenir son regard. Tu fronces néanmoins un peu les sourcils lorsqu'elle dit que tu ne la connais peut être pas assez. Tu n'aimes pas entendre ça ; quelque part ça te frustre. Bon sang tu l'as élevé comme ta propre fille, tu l'as vu grandir ; non, tu l'as faite grandir. Tu l'as façonné comme tu le souhaitais, tu as fait d'elle ce que tu voulais qu'elle soit... alors pourquoi ne la connais tu pas? Pourquoi refuses tu de la connaitre? Tu n'as plus de véritable contrôle sur elle, ni sur toi, et tout le monde sait à quel point tu aimes avoir le contrôle sur tout.

Ainsi tu te refermes d'avantage, tu te rembrunies... du moins jusqu'à ce que ses doigts viennent au contact de ton torse. Tu te redresses en effet un peu, tes muscles se contractant instinctivement sous ses mains glacées, tandis que ton souffle se coupe un instant. Merde quand tu pensais ne plus avoir le contrôle sur toi même, tu n'imaginais pas que s'était à ce point! D'autant plus que ses mots n'arrangent véritablement rien à la chose. « ...Je serai éternellement vôtre... » « ...je vous veux... » Ces paroles ci résonnent dans ton esprit au point que tu peines à entendre le reste ; te contentant de capter ce qui t'intéresse vraiment. « ...Alors demandez-moi ce que vous voulez, mais ne me demandez pas de ne pas être insensible à vous et d'accepter le fait que vous ne cédez pas à moi. Mon corps et mon âme vous appartiennent. » Puis elle a tôt fait de te mener jusqu'à tes limites, au bord du gouffre, de te faire perdre toute raison en répondant à ta question silencieuse ; à ton inquiétude douloureuse. « Je n'ai jamais été souillée par qui que ce soit. Je me suis préservée et réserve ce présent spécial à vous, uniquement vous. Je n'ai jamais réellement voulu quelqu'un d'autre que vous. Vous m'avez donné un nom et un titre, je ne veux pas déshonorer cela. »

Elle n'a guère le temps de te toucher une seconde fois que tes doigts s'enroulent soudainement autour de son poignet, les écartant un peu de ta chaire brûlante. « Je ne cèdes pas Arthémis. Jamais. Je prends seulement ce que je désirs, quand je le désirs. » Rétorques tu avec un sérieux déroutant, une assurance dans ces mots qui sont pourtant quelque peu faux ; si tu avais tout ce que tu désirais, tout serait beaucoup plus facile. Tu n'aurais jamais passé 20 ans dans le désert, tu n'aurais jamais perdu la guerre... tu ne l'aurais d'ailleurs peut être même pas faite. Es-tu entrain de regretter, de culpabiliser? Certainement pas. Toutes les épreuves que te fait passer l'Avatar te rendent plus fort ; tu serais bien misérable s'il n'était pas intervenu dans ta vie. Tu te demandes d'ailleurs parfois si Arthémis n'est pas l'une d'entre elles. « J'ai toujours voulu posséder ta vertu, et j'ai toujours tout fait pour la préserver... » La preuve étant la scène intervenue plus tôt dans la journée. « ...comme j'ai toujours tout fait pour te préserver toi. » Se refuser à elle s'était quelque part la protéger, te protéger, tu t'en rends compte maintenant. Tu te rends compte de tes sentiments ; tu te rends compte que cette femme est une faiblesse, une faille dans ta carapace immuable et imprenable... jusqu'à elle.

Au premier abord tu sembles refuser ses avances, une nouvelle fois, néanmoins les mots qui suivent disent le contraire ; au même titre que ton regard qui s'embrase soudainement, prenant une teinte plus sauvage qu'à la normale. « A croire que je n'en suis plus capable. » Oui, tu n'es plus capable de te contrôler, tu n'es plus capable de lutter plus longtemps... alors tu lâches prise, complètement. Tu te livres corps et âme à cette envie qui te torture depuis plusieurs années déjà, au risque de la blesser ; au risque de vous détruire. Car oui qu'elle ne se leurre pas, elle ne te connait pas sur ce terrain qui est propre à toi ; elle ne t'a jamais vu à l'oeuvre. Peut être a t-elle entendu, peut être a t-elle constaté les conséquences que tes ébats ont eu sur certaines esclaves. Tu aurais pu la traiter autrement, certes, mais en toi règne la frustration de ne rien contrôler ; ce n'est pas que physique. Ces sentiments que tu ressens, là, au plus profond de ton être, tu les hais, tu les détestes. Ils te répugnent et tu veux les faire disparaître. Peut être que le meilleur moyen pour ça est de faire en sorte qu'elle te déteste.

Interdit au moins de 18 ans:
 

(c) DΛNDELION

_________________

GANONDORF DRAGMIRE


In the darkest nightmare hour, when not moon nor sun has risen, he take your kingdom through her power. | © GANON

Revenir en haut Aller en bas

✲ Fondatrice ✲
Peuple du Désert (Yigas)

Arthémis Elatariel

Début de mon aventure : 02/04/2019
Messages : 84
Ҩ Bourse de rubis : 1110
Autres comptes : Zelda, Rosaria & Adalynn
Avatar : Natalie Dormer
Crédits : Anarya + Lilie
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Uv2q
Titre : Favorite du Chef des Yiga
Race : Zora
Âge : 23 ans
Allégeance : Ganondorf, soit les Yigas
Religion : Culte de l'Avatar du Néant
Inventaire : ○ Pouvoirs.
Geler une partie du sol ou d'un objet.
Faire faillir de la glace.à partir d'une source d'eau.
Création d'une brume semblant à un blizzard pendant un petit moment.

○ Arme : Un couteau double lame offert par Ganondorf.



Voir le profil de l'utilisateur http://breath-of-hyrule.forumsrpg.com/t124-arthemis-elatariel-th
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Empty
MessageSujet: Re: You're mine. | Ft. Arthémis [-18]   You're mine. | Ft. Arthémis [-18] EmptyJeu 27 Juin - 16:02


You're mine
- Arthémis & Ganondorf -
Tu m'as abandonnée, alors je me suis laissée allée aux plaisirs afin de satisfaire la souffrance de ton absence
Quelque part, Arthémis était aussi celle que Ganondorf avait voulu. Depuis toute petite elle s'était laissée éduquer par cet homme qui au début, n'était qu'un simple père adoptif. Rapidement, il était devenu bien plus que ça, malgré leur relation originelle. Arthémis exprimait quelque part, des sentiments qui pouvaient s'avérés être interdits mais elle ne s'en cachait pas. Après tout, à quoi cela servait ? D'autant que depuis toujours aussi, Ganondorf refuse de partager ses draps ni de contacts physiques. Elle n'était là que pour le servir, devenir celle qu'il a toujours souhaité mais était-ce seulement tout ? Elle l'écoutait, elle le conseillait, elle parvenait même à recruter de nouveaux soldats dans leur cause. A de nombreuses reprises Arthémis avait prouvé sa totale loyauté à son égard sans jamais faillir. Elle avait survécu à toutes les épreuves qu'il lui avait faite subir. Elle n'avait jamais abandonné, s'étant toujours relevé. Arthémis était la jeune femme pleine de ressource qui ne pouvait pleinement pas s'exprimer et elle comptait sur cette discussion pour faire exploser ce qu'elle désirait pour le faire comprendre à Ganondorf.

Mais elle sentait que quelque chose se passait dans l'esprit de son Seigneur. Elle n'arrivait pas à comprendre quoi, pourquoi, comment. Il semblait réellement interpellé par ce qu'elle disait. Et à peine eut-elle le temps d'achever sa dernière réplique que les choses prirent un tout autre tournant. La main de la zora qui allait à nouveau se poser sur le torse du gerudo se fait aussitôt arrêter dans son mouvement. Arthémis lève son visage vers Ganondorf en affichant un regard interrogateur.

La favorite l'écoute parler, avec un tel silence... Elle l'écoute très attentivement afin de ne pas comprendre des mots de travers. Ses yeux clignent plusieurs fois en quelques secondes alors qu'il avoue qu'il a toujours fait tout pour la préserver et qu'il n'en était plus capable... De quoi parlait-il... ? La jeune brune ne comprenait pas où est-ce qu'il voulait en venir. Sa vertu ? Son innocence ? Elle toute entière ? Diable pourquoi refusait-il d'avoir des relations physiques avec elle, pourquoi refusait-il d'être plus proche d'elle. D'une seconde à l'autre, Arthémis ne put répondre.

+18 ANS, ATTENTION +18 ANS:
 

code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas

✲ Co-Administratrice ✲
Peuple du Désert (Yigas)

Ganondorf Dragmire

Début de mon aventure : 04/01/2019
Messages : 371
Ҩ Bourse de rubis : 1158
Autres comptes : Isaïah Van Aleyns.
Avatar : Jason Momoa.
Crédits : Cricrilove.
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] 3al8
Titre : Chef des Yigas, Suzerain des Landes Sauvages et Seigneur du désert.
Race : Gerudo.
Âge : 41 ans.
Allégeance : Mal.
Religion : Culte de l'Avatar du Néant.
Inventaire :
○ Une armure intermédiaire de cuir.
○ Une armure intermédiaire de cuir et de fourrure.
○ Une épée large commune.
○ Un étalon bleu nuit aux crins de feu nommé Cauchemar.

Pouvoirs :
Maîtrises des ombres - bouclier sphérique, vague d'ombre.
Épée d'ombre - matérialise une large épée noir. (capable de fusionner avec sa jumelle physique et de former le Trident du Mal. > Indisponible)

You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Cra1

Voir le profil de l'utilisateur
You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Empty
MessageSujet: Re: You're mine. | Ft. Arthémis [-18]   You're mine. | Ft. Arthémis [-18] EmptyVen 5 Juil - 22:14



You're mine
Arthémis & Ganondorf

« Il n'est point d'ennemi plus redoutable que celui dont l’impulsivité est excitée par la jalousie. »



Lune 9. Jour 17.










Interdit au moins de 18 ans:
 

Ainsi et plus doucement que tu ne l'aurais du, tu la libères, la fait se redresser avant de passer un bras dans son dos et un autre derrière ses genoux afin de la soulever. Tu la prends de ce fait contre ton torse bouillant, luisant de sueur et dégageant ce parfum qui t'est propre ; refusant de la laisser s'effondrer au sol comme une moins que rien, comme si elle n'était rien. Néanmoins pas une seule fois tes yeux d'onyx ne se posent sur elle ; est-ce par honte? Par culpabilité? Tu l'ignores et tu ne préfères pas te poser ces questions en la tenant dans tes bras, de peur de la broyer. Tu vas donc avec douceur la déposer dans les fourrures de ton propre lit, lui offrant cette infime action d’affection tout en évitant encore une fois son regard. Tu ordonnes ainsi en te redressant, d'une voix étrangement roque et brisée « Restes ici. » avant d'attraper un long et épais manteau capable de te recouvrir, et de sortir en l'enfilant... sans jamais revenir.

En effet, faute d'avoir trouvé ta chamane, tu as demandé à Kotake de venir à Arthémis ; connaissant pertinemment leur relation. Ainsi elle pourra lui prodiguer des soins et, peut être, défendre tes intérêt. Mais quels sont ils Ganondorf? Bon sang tu n'en sais rien. Tu es perdu. Tu ne sais plus ce que tu veux, ce que tu désirs. Tu ne sais plus quoi penser et quoi faire. Ainsi et seulement paré de cette unique veste, tu disparais quelques heures dans la montagne enneigée ; une tache d'ombre dans une mer immaculée.
(c) DΛNDELION

_________________

GANONDORF DRAGMIRE


In the darkest nightmare hour, when not moon nor sun has risen, he take your kingdom through her power. | © GANON

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Empty
MessageSujet: Re: You're mine. | Ft. Arthémis [-18]   You're mine. | Ft. Arthémis [-18] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
You're mine. | Ft. Arthémis [-18]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mine sakai mardi 08/03/2011
» La Taverne de la Mine
» Mine anti-personnel, anti-char ?
» Actes de versements des primes d'assiduité de travail à la mine
» Ca fait mal au cul mine de rien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breath of Hyrule :: Royaume d'Hyrule :: Région des Landes Sauvages :: Hauteurs Gerudos-
Sauter vers: