AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le guide du nouveau

Vous vous sentez perdu(e)s ? Allez consulter le Guide du nouveau joueur, il vous aidera ♥️
N'hésitez pas à contacter le staff en cas de besoin, bien évidemment !
Bienvenue sur Breath of Hyrule

BoH est un forum RPG médiéval/fantasy librement inspiré des jeux The Legend of Zelda.
Il n'est pas du tout obligatoire de connaître la saga pour nous rejoindre.
Nos annexes et nos guides peuvent vous aider à mieux comprendre cet univers unique que nous avons créée. ♥️
Système de Parrainage

Envie de découvrir le forum ? Vous pouvez demander un parrainage à tout moment !
Pour vous aider à mieux comprendre l'univers, établir un premier lien et un premier pas vers votre intégration !
Scénarios de nos membres

Les aides & guides de création

Besoin d'aide à la création de votre personnage ? Vous pouvez voir notre guide de création pour vous aider !
Le staff est également à votre disposition pour vos questions ou même vous aider.

Partagez
 

 Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah

Aller en bas 
AuteurMessage

✲ Modératrice ✲
Peuple des îles

Lizabeth Gorwitz

Début de mon aventure : 22/05/2019
Messages : 55
Ҩ Bourse de rubis : 170
Avatar : Sophie Skelton
Crédits : Fassophy
Ceci est mon histoire
Titre : Roturière
Race : Piaf
Âge : 25 ans
Allégeance : Neutre
Religion : La religion des esprits Gardiens.
Inventaire : ◈ Magie

Maîtrise la magie Wiccane grâce à sa mère qui lui enseigne depuis son plus jeune âge. Elle fait preuve d'une empathie exceptionnelle avec les animaux ; elle les "comprend" et sait les apaiser. Liz' est toujours très douce, très calme avec eux et grâce à des petites incantations, elle est capable de calmer n'importe qu'elle animal en furie. Elle sait aussi endormir les petits animaux ou ceux qui lui font totalement confiance pour ensuite les soigner. Elle a été éleveuse pendant plusieurs années, ses dons était un véritable atout pour elle.

◈ Arme
Lizzie n'est pas une guerrière alors elle a très rarement une arme sur elle. Elle a parfois un petit couteau qui lui sert à tout faire. Elle sait également manier le fouet puisqu'elle l'utilisait pour le débourrage et l'éducation de ses chevaux de trait. Si un jour elle a besoin, elle serait capable de s'en servir comme arme.

◈ Affilié
Un faucon bleu la suit partout. Faucon de la même couleur que ses ailes.

◈ Monture
Un magnifique frison qu'elle a élevé lorsqu'elle vivait encore sur l'île de l'Aurore


Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  Mbnl

Voir le profil de l'utilisateur
Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  Empty
MessageSujet: Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah    Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  EmptyDim 26 Mai - 20:49

Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here
EXORDIUM.
Une nouvelle journée commençait à Portua pour la jeune piaf. Elle était là depuis sept jours et attendait avec impatience de croiser son frère. Isaïah… Elle ne l’avait jamais vu, et il y a encore quelques semaines, elle ne connaissait pas son existence. Il était aujourd’hui un pirate, plutôt connu puisque dans la ville de Portua, tout le monde avait l’air de le connaître. Certains avaient donné une description très précise, d’autre lui avait conseillé de ne pas croiser sa route. Mais Lizabeth était déterminée. Elle voulait retrouver son frère. 
Depuis sept jours, en échange de services dans une maison de passe, Liz’ était logée et nourrie. Certes, ce n’était pas le grand luxe, mais savoir qu’elle était très proche de la trace de son frère lui suffisait. La jeune fille s’occupait des tâches un peu ingrates en cuisine et en ménage. C’était loin de ce qu’elle savait faire, mais ce n’était pas le moment de faire la difficile ! Lizzie fut une des premières levées dans le bordel et se rendit directement dans les cuisines. Il y avait deux hommes ivres morts au bas des escaliers de sa chambre, mais elle les contourna. Ils semblaient tellement beurrés qu’aucun ne la remarqua. Une fois aux cuisines, Liz’ commença a éplucher des légumes et à couper des tranches de pain. Elle soupira en pensant à son ancienne vie, à ses chevaux et à sa liberté. Sentir le vent dans ses cheveux et ses ailes lorsqu’elle galopait. Sentir les frémissements des chevaux lorsqu’elle passait sa main sur leur encolure. Toutes ses sensations lui manquaient terriblement. Pourtant, elle n’avait aucune envie de rentrer chez elle. Retourner sur son île signifiant revoir ses parents. Ses géniteurs qui l’avaient vendu en échange de rubis ! La rouquine commençait à s’énerver intérieurement en repensant à tous ses évènements, alors elle les chassa de son esprit d’un geste de la tête et repris ses tâches.

***

« Tiens ! C’est mérité ! » Lança Madame McGibbons qui travaillait aux cuisines. Elle tendit une assiette de ragoût et une miche de pain à Lizabeth’ qui la saisit. La nuit était tombée et la petite rousse avait terminé toutes ses tâches de la journée. Elle s’installa alors sur une table dans la grande salle où se déroulait une nouvelle soirée très animée. La jeune femme s’installait toujours dans un coin où elle était plus ou moins tranquille. Où personne ne la prenait pour une prostitué au moins. Demain était son jour de congé et Liz’ planifiait déjà sa journée. Elle voulait se rendre au port pour voir si le Black Bird y était toujours amarré et continuer son enquête. Un nombre incalculable de questions se bousculèrent alors dans sa tête. Est-ce qu’il allait la croire ? Est-ce qu’il allait lui parler ? Est-ce qu’il se moquerait d’elle ? Est-ce qu’il allait s’intéresser à elle ? Liz’ n’arrivait pas à s’arrêter et petit à petit, toutes ses questions la firent stresser. Elle sentait comme une boule dans son estomac. Et si elle avait fait tout ce chemin pour rien ?

Complètement perdue dans ses pensées, Lizabeth ne remarqua pas deux hommes au bout de la salle qui la montrait du doigt et qui semblait parler d’elle. Alors ils s’approchèrent. L’un s’installa sur une chaise à côté d’elle et l’autre attrapa une chaise à une autre table et s’installa en face, sans retourner la chaise. La rouquine les dévisagea tous les deux. « Alors ? On est nouvelle ici ? » Demanda l’un. « C’est rare de voir une piaf ici. » Ajouta l’autre en approchant sa main des ailes de la jeune fille. Levant le bras, elle l’arrêta avant qu’il ne puisse la toucher. « Non désolé messieurs. Je ne travaille pas ici. Je vous arrête tout de suite » Dit-elle. Froide. Sans poser les yeux sur eux. Alcoolisés et mal élevés.. Ce n’était décidément pas une bonne association puisqu’ils n’avaient rien à faire du refus de la jeune fille et ils furent de plus en plus insistants. Lizabeth finit par prendre son pain, son assiette et quitter la table. Elle n’osa rien dire lorsqu’un lui mit une main aux fesses. Elle accéléra son pas et se rendit dans sa chambre. Elle posa l’assiette et souffla. Ici, normalement, ils ne viendraient pas… Normalement…

Les quartiers où se trouvait la chambre de Liz’ n’étaient pas autorisés aux clients, mais l’un des deux hommes réussi à suivre la jeune piaf et se glissa dans sa chambre. « Qu’est-ce que vous faites ici ?! Sortez ! » Ordonna la jeune fille. Un sourire se dessina sur les lèvres de l’homme. Il s’avança. « Sortez ! Sinon je hurle ! » Le regard malicieux, il murmura « Voyons ma jolie. tu ne veux pas passer du bon temps ?.. » Il était maintenant à quelques centimètres d’elle et avança sa main vers le visage de la jeune piaf. Elle ne savait pas vraiment se battre alors, son premier réflexe fut de lui décoller une gifle sur la joue aussi fort qu’elle le pue. Mais avant qu’elle ait pu dire quelque chose il lui attrapa la gorge et la plaqua contre le mur derrière elle. « J’aime quand elles se débattent » lui murmura-t-il à l’oreille. « Allez-vous en ! » Hurla Lizabeth’ en espérant que quelqu’un l’entende. « A l’aide ! A L’…. » il lui mis la main contre sa bouche et étouffa l’appelle à l’aide de la jeune femme. Alors elle hurla. Aussi fort qu’elle le pouvait, tentant de le mordre, de se dégager, mais il n’en était rien. Elle commençait à sentir les mains de se salopar sous sa robe.. Comment combattre un homme qui fait deux fois sa taille et qui est bien plus fort que soit ?…

_________________

Don't take
ANOTHER STEP
in my direction I can't be trusted around you

Revenir en haut Aller en bas

✲ Co-Administratrice ✲
Peuple des îles

Isaïah Van Aleyn

Début de mon aventure : 03/04/2019
Messages : 51
Ҩ Bourse de rubis : 580
Autres comptes : Ganondorf Dragmire.
Avatar : Zach Mcgowan.
Crédits : Cricrilove.
Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  3n20
Titre : Lord Capitaine du Black Bird.
Race : Piaf dont les ailes sont effacées par magie. Si on ne le connait pas il n'est donc qu'un Hylien lambda.
Âge : 37 ans.
Allégeance : Neutre à tendance Mal.
Religion : Laïque.
Inventaire : ○ Une armure légère de cuir et de tissu.
○ Un sabre.
○ Un ouistiti pygmée appelé Sam.
○ Un navire pirate nommé le Black Bird.

Pouvoirs :
Saut éclair - bond sur environ deux mètres en une fraction de seconde. Crée une bourrasque de vent capable de propulser dans les air. > enchaînement possible

Voir le profil de l'utilisateur
Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  Empty
MessageSujet: Re: Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah    Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  EmptyMar 11 Juin - 22:19



Heart don't fail me now
Lizabeth & Isaïah

« On est avec son passé comme avec les absents ; on oublie ce qu'on a été ; il ne demeure dans le souvenir qu'une caricature sur laquelle on évite de jeter les yeux, car elle ne restitue que ce qui était douloureux, dont on a honte, qu'on voulait ôter de sa mémoire. »



Lune 10. Jour 11.



Qui aurait cru que toi, Isaïah Van Aleyn, Capitaine du Black Bird et envoyé du Roi des Pirates, devienne le protecteur d'un putain de bordel? Tu es un opportuniste, à n'en pas douté ; tu sais voir les belles occasions lorsqu'elles se présentes, mais jamais tu n'aurais imaginé que l'une d'elles puissent prendre une telle forme. A votre rencontre Rosaria, la tenancière du Temple de l'Amazone, a su captiver ton attention de part son exotisme, mais aussi par son intelligence. De toute évidence la donzelle t'a troublé, oui, au même titre qu'elle t'a offert une solution pour ta mission ; la raison de ta présence sur le continent. Ton Roi t'a en effet demandé de récolter des informations sur le royaume d'Hyrule ainsi que sur la royauté ; mais tu n'es pas un espion toi, oh ça non. Tu n'es pas assez subtile pour cela, trop bourru, peu discret. Alors quoi de mieux que de superbes femmes pour faire le travail à ta place? Tu ne doutes pas une seule seconde qu'elles sauront dénouer les langues et te rapporter ce qu'elles auront apprit de leurs clients ; en échange il te suffira de les protéger, et de veiller à la prospérité ainsi qu'à l'enrichissement de la maison close. Des tâches plus que parfaites pour un Pirate.

***

Une lune. Presque une lune complète que ton équipage et toi n'aviez pas prit la mer. Bon sang, même le Black Bird semblait fade et déprimé ainsi amarré sur le quai. Le bateau pirate ne passe en effet pas inaperçu dans la ville commerciale de Portua, loin de là ; sa coque aux reflets acajou et sa prou au allure de piaf dorée à moitié nue, dont les ailes épousent d'ailleurs l'avant du navire à la perfection, prouve amplement sa valeur. Néanmoins pour toi il n'y a rien de plus surprenant que ses nombreuses et épaisses voiles noires, illustrant parfaitement sa puissance et sa rapidité sur les flots salés. Un vaisseau de guerre, à n'en pas douté. Il est ta fierté, ton obsession, l’aboutissement de ton existence. Tu tiens à lui bien plus qu'à n'importe quoi d'autre en ce monde... et tu penses dur comme fer que rien ne pourra changer ça.

Ainsi vous avez disparu de la terre ferme un peu plus d'une semaine pour vous ressourcer. Pour vous retrouver en tant qu’équipage oui, en tant que frères et sœurs, mais également en tant que filles et fils de l'océan. Tu t'es de ce fait gonflé d'air pur et salée, suffisamment pour être au meilleur de ta forme ; du moins c'est ce que tu crois. Tu t'es également bourré de liberté, chose que tu ne retrouves pas véritablement sur terre ; cloisonné entre quatre murs, sans jamais pouvoir toucher l'horizon. Sans jamais pouvoir avancé sans être stoppé par un obstacle. Et quel obstacle...

***

« Capitaine! Capitaine! » A peine entré dans l'établissement que déjà Madame McGibbons, la cuisinière du Temple de l'Amazone, t'agresse littéralement et s’agrippe à ton bras pour te tirer. « Un homme s'est introduit dans les quartiers privés Capitaine! Vite! Dépêchez vous! Je crains que l'une des filles ne soient en danger! » S'exclame t-elle à une vitesse phénoménale, complètement paniquée. Merde alors, tu as le temps de cligner des yeux plusieurs fois avant de comprendre véritablement ce qu'elle vient de te dire... boh tu ne peux pas le cacher, tu n'es pas très frais. Bah quoi? Tout bon pirate se mine la gueule une fois pied à terre et tu ne déroge jamais à cette règle. « J'suis sur qui'y'a pas d'quoi paniquer m'dame... D'mandez donc à Rosaria. Un bon coup d'pied au cul d'la part d'la daronne le f'ra sortir d'ici illico, y'a pas d'oute! » Répliques tu, un peu tanguant et clairement confus.

Néanmoins, et alors qu'elle te traîne et te fait passer de force la porte qui débouche sur le couloir des quartiers, tu entends l'appelle à l'aide étouffé. « A l’aide ! A L’… » C'est instinctif, tu te libères de l'emprise de la cuisinière et bondis comme une furie... tout en manquant de peu de te laminer la gueule sur le sol. Heureusement, même complètement ivre, tu sais trouver ton équilibre ; c'est l’expérience qui parle et l'océan seule sait que tu en as ; et te rattrapes aussitôt pour te précipiter dans la chambre où a lieu l'agression.

Un homme baraqué maintient en effet une jeune femme contre un mur, une main sur la gorge et l'autre tu ne sais où ; à vrai dire ton regard bleuté, qui prend soudainement une teinte beaucoup plus sombre, fait complètement fi de la donzelle en détresse et est rivé rageusement sur l'agresseur. « Hey! Lâche là gibier d'potence, ou j'te fais avaler tes couilles! » Lances tu de manière vulgaire et menaçante. Ouai là tu as bien l'apparence d'un pirate : tes cheveux longs, tirés en arrière, parés de quelques fines dreadlocks elles même décorés de petite boucles ; tes habits si simples mais loin d'être coutumiers au continent, agrémentés par des cuirs et d'étranges colliers d'os et de métal ; tes armes... merde, tes armes. Alors que ta main droite tâtonne le fourreau accroché à ta ceinture, vraisemblablement vide, tu as une petite seconde d’absence ; ne me dis pas que tu as oublié ton sabre à la taverne Isaïah?

Tu n'as pas le temps de te poser plus de questions que l'homme libère déjà la jeune femme et te charge comme un taureau. Tu écarquilles les yeux en le voyant arriver à toute vitesse. Morbleu! Tu n'avais pas fait attention à sa carrure ; le type fait sans doute deux fois ton poids alors, quand il te rentre dedans, tu le sens passer. Néanmoins tu te défends plutôt bien dans cette bagarre à mains nues ; vous grognez comme deux animaux et vos poings qui s'écrasent contre le corps de l'autre produisent des bruits sourds, au même titre que vous renversez quelques meubles et vases. Toutefois le mécréants a tôt fait de prendre le dessus alors que, tandis que tu tentes d'esquiver un coup au visage, il parvient à t'atteindre et trouble ton attention l'espace de quelques brefs instants... suffisamment pour qu'il se munisse de son poignard et tente de le planter dans ton flancs. Heureusement tu as un mouvement de recul et il ne parvient qu'à ouvrir profondément ta chaire, t'arrachant un grondement roque et douloureux « Argggh... » tandis que ta chemise s'imbibe lentement de sang. « ... c'est déloyal ça! »

L'homme profite de ta faiblesse passagère pour te bousculer et s'échapper par la porte mais, alors que tu tentes de le suivre dans le couloir et de le rattraper, la douleur interrompt ta course et te tétanise. Tu grondes en effet à nouveau en t'agrippant à l’encadrement de la porte pour ne pas chuter, exerçant à l'aide d'une main une pression sur la plaie. Grimaçant et grognant, à la fois de douleur et de rage, tu regardes le lâche fuir le combat et rugit « Tu t'en sortiras pas comme ça espèce de rat de cale! J'te retrouv'rais et j'te f'rais la peau! » avant de cracher. « Fait chier! » Ouai faut le dire, tu n'es pas encore très au point en tant que protecteur et ta réputation ici reste à faire... bon ce n'est pas très bien partie de toute évidence, mais tu comptes bien te rattraper. Au moins la jeune femme n'est pas blessée, c'est déjà ça.

Tu portes en effet ton regard d'azur sur sa personne et t'empresse de demander, un peu haletant, et ce malgré ton état. « Vous allez bien mam'zelle? » Le combat semble t'avoir étonnamment fait décuvé ; ton expression, hormis une légère grimace, est plus naturelle. Ainsi que ton accent plus assuré. Tu peux alors dès lors l'observer et t’aperçois bien vite que tu a affaire à une piaf aux ailes bleutées, très charmante qui plus est... vraiment très charmante. Mais merde Isaïah! Même dans une situation pareille tu réussi à penser à ça! Sans te douter une seule seconde de son identité. Quant à toi on ne peut guère déterminé que tu fais également partie de la race ailée ; tes ailes faisant par magie partie de ton passé.
(c) DΛNDELION

_________________


THE CURSED CAPTAIN
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas

✲ Modératrice ✲
Peuple des îles

Lizabeth Gorwitz

Début de mon aventure : 22/05/2019
Messages : 55
Ҩ Bourse de rubis : 170
Avatar : Sophie Skelton
Crédits : Fassophy
Ceci est mon histoire
Titre : Roturière
Race : Piaf
Âge : 25 ans
Allégeance : Neutre
Religion : La religion des esprits Gardiens.
Inventaire : ◈ Magie

Maîtrise la magie Wiccane grâce à sa mère qui lui enseigne depuis son plus jeune âge. Elle fait preuve d'une empathie exceptionnelle avec les animaux ; elle les "comprend" et sait les apaiser. Liz' est toujours très douce, très calme avec eux et grâce à des petites incantations, elle est capable de calmer n'importe qu'elle animal en furie. Elle sait aussi endormir les petits animaux ou ceux qui lui font totalement confiance pour ensuite les soigner. Elle a été éleveuse pendant plusieurs années, ses dons était un véritable atout pour elle.

◈ Arme
Lizzie n'est pas une guerrière alors elle a très rarement une arme sur elle. Elle a parfois un petit couteau qui lui sert à tout faire. Elle sait également manier le fouet puisqu'elle l'utilisait pour le débourrage et l'éducation de ses chevaux de trait. Si un jour elle a besoin, elle serait capable de s'en servir comme arme.

◈ Affilié
Un faucon bleu la suit partout. Faucon de la même couleur que ses ailes.

◈ Monture
Un magnifique frison qu'elle a élevé lorsqu'elle vivait encore sur l'île de l'Aurore


Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  Mbnl

Voir le profil de l'utilisateur
Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  Empty
MessageSujet: Re: Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah    Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  EmptyDim 16 Juin - 21:20

Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here
EXORDIUM.
La pression montait, de plus en plus, en elle. Son sang bouillonnait dans ses veines, pourtant, elle était complètement immobilisée. Liz' tapait sur le mur derrière elle pour attirer l’attention et que quelqu’un vienne l’aider, mais très rapidement, l’homme qui s’était avachis de tout son poids lui attrapa les mains.  « Hey! Lâche là gibier d'potence, ou j'te fais avaler tes couilles! » La petite Piaf chercha alors des yeux où était cet homme venu l’aider, mais elle ne voyait plus rien. La main qui lui serrait la gorge lâcha alors sa prise et la jeune femme pue de nouveau respirer. Elle prit une énorme respiration avant de se rendre compte que ses jambes n'étaient plus capables de la supporter. Elle s’effondra alors sur le sol toute tremblante.

Peut à petit, sa vision redevint plus clair et Lizabeth vit deux hommes se ruer de coups. Lequel est son agresseur ? Lequel est son sauveur ? Elle n’en savait rien. Les grognements des deux hommes qui se tabassaient ne l’aidaient pas à comprendre ce qui se passait. Après de longues secondes à être complètement dans le flou, Liz’ distingua enfin parfaitement les formes devant elle. Elle reconnut alors son assaillant qui s’empara d’un poignard dans sa botte et qui menaça l’autre homme « Attenti… » C’est trop tard.. Elle vit le couteau s’enfoncer dans la chair et détourna le regard aussitôt. Le cri de douleur de l'homme qui venait de se faire poignarder l'a fait frissonner.

Lorsqu’elle relèva les yeux, le connard qui l’avait agressé prennait la fuite.. Mais complètement pétrifiée, Liz’ était incapable de le suivre et l’autre homme, qui ressemblait énormément à un pirate, ne put non plus à cause de sa blessure. « Tu t'en sortiras pas comme ça espèce de rat de cale! J'te retrouv'rais et j'te f'rais la peau! » Ces menaces firent frissonner la rouquine qui doucement, examina l’homme qui se tennait devant elle. Ses yeux bleus azur lui auraient sans doute glacé le sang dans une autre vie mais là… Ses yeux clairs, la forme de son nez, son visage.. Liz’ avait l’impression de voir son père plus jeune d’au moins 30 ans. Troublée par tant de ressemblances, elle l’examina pendant encore de longues secondes sans ne rien dire. Ce, pourrait-il que ?…

« Vous allez bien mam'zelle? » Lizabeth sortit instantanément de ses pensées pour lui répondre d’un signe de tête. « Oui ca va.. Je crois… Grâce à vous merci. » La petite rouquine se passe doucement la main autour de sa gorge qui la brûla un peu, mais ce n’était rien. Que des rougeurs qui finiront par partir. Le pirate devant elle par contre était en bien plus piteux état… « Laissez-moi vous aider ! » Elle se releva, un peu difficilement et s’approcha du pirate. Il avait la main sur sa blessure, mais ça n’empêchait personne de voir le sang qui imbibait petit à petit sa chemise. Délicatement, et sans lui demander son consentement, elle souleva doucement son haut pour voir de plus près sa blessure. « Oh.. Je.. Je crois qu’on ferait mieux d’appeler un médecin… » La Piaf ne s’y connaissait pas beaucoup en blessure d’humain. Elle n’était pas médecin, ni infirmière, mais elle n’avait pas besoin de ça pour remarquer quand une blessure à besoin de point de suture ou pas… « Installez-vous là, je reviens ! » Lizabeth lui montra le grand fauteuil devant sa coiffeuse et sortie frapper à la chambre à côté. La fille qui y vivait était… Une sortie d’infirmière. C’était elle qui soignait les filles lorsqu’ils leur arrivaient des petites bricoles. Malheureusement, Liz’ n’entendit aucune réponse et lorsqu’elle poussa la porte, la chambre était vide. « Ania ? » La petite Piaf qui connaissait bien sa voisine de chambre entra et ressortie quelques secondes après avec une petite pochette.

Elle avait dans les mains du fil transparent et une petite aiguille courbée. Un petit kit de suture qui allait lui être utile. En retournant dans sa chambre, Liz’ proposa alors au pirate. « Je vous avoue.. Je n’ai jamais fait ça sur un humain avant.. Mais j’ai plusieurs fois soigné, des chevaux. Je pense pouvoir recoudre votre plaie.. J’ai peur que si vous bougiez, malheureusement, votre état s’aggrave. Et vu le sang que vous perdez, on n'a pas le temps d’aller chercher un médecin.. »
La petite rouquine avait un air embêté en prenant doucement l’aiguille dans sa main. Elle n’allait pas imposer à son sauveur des soins, mais c’était ce qu’il lui fallait. Elle en était certaine. « A moins que vous n'ayez une autre solution ?… »

_________________

Don't take
ANOTHER STEP
in my direction I can't be trusted around you

Revenir en haut Aller en bas

✲ Co-Administratrice ✲
Peuple des îles

Isaïah Van Aleyn

Début de mon aventure : 03/04/2019
Messages : 51
Ҩ Bourse de rubis : 580
Autres comptes : Ganondorf Dragmire.
Avatar : Zach Mcgowan.
Crédits : Cricrilove.
Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  3n20
Titre : Lord Capitaine du Black Bird.
Race : Piaf dont les ailes sont effacées par magie. Si on ne le connait pas il n'est donc qu'un Hylien lambda.
Âge : 37 ans.
Allégeance : Neutre à tendance Mal.
Religion : Laïque.
Inventaire : ○ Une armure légère de cuir et de tissu.
○ Un sabre.
○ Un ouistiti pygmée appelé Sam.
○ Un navire pirate nommé le Black Bird.

Pouvoirs :
Saut éclair - bond sur environ deux mètres en une fraction de seconde. Crée une bourrasque de vent capable de propulser dans les air. > enchaînement possible

Voir le profil de l'utilisateur
Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  Empty
MessageSujet: Re: Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah    Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  EmptyJeu 20 Juin - 12:23



Heart don't fail me now
Lizabeth & Isaïah

« On est avec son passé comme avec les absents ; on oublie ce qu'on a été ; il ne demeure dans le souvenir qu'une caricature sur laquelle on évite de jeter les yeux, car elle ne restitue que ce qui était douloureux, dont on a honte, qu'on voulait ôter de sa mémoire. »



Lune 10. Jour 11.



« Oui ca va.. Je crois… Grâce à vous merci. » Tu te vois rassuré lorsque, enfin, la donzelle en détresse te confirme qu'elle va bien ; laissant même un soupire de soulagement s'échapper d'entre tes lèvres. Néanmoins cette action fait se contracter légèrement ton abdomen, du moins suffisamment pour te torturer un peu ; ainsi tu grondes une nouvelle fois de douleur en serrant les dents. Tu ne peux en effet pas en dire autant pour toi, et ce même si tu tentes de faire bonne figure. « Laissez-moi vous aider ! » S'exclame t-elle alors en se levant et en se précipitant vers toi pour constater l'étendu de ta blessure ; soulevant pour se faire le pan de ta chemise. Tu retires alors docilement ta main pour qu'elle puisse observer la plaie, et toi aussi d'ailleurs ; c'est moche, à n'en pas douté. Néanmoins tu sembles ne pas vouloir inquiéter la donzelle plus que ce qu'il ne faut, tu as connu pire, et répliques ironiquement (ou pas...) pour détendre l'atmosphère « Hey! T'es très charmante et clair'ment à mon gout, mais saute pas les étapes... on n'se connait même pas. ». Tu lui offres un sourire taquin alors qu'elle te regarde, semblant surprise de ton allusion ; comme si, après un tel événement, elle pouvait avoir envie de te dessaper et de se jeter sur toi. Merde Isa, si seulement tu savais qu'il elle est... « Oh.. Je.. Je crois qu’on ferait mieux d’appeler un médecin… Installez-vous là, je reviens ! » Lances t-elle ensuite. Pour vous fuir toi et ton humour à deux balles? Peut être. Quoi qu'il en soit tu ne te poses pas d'avantage de question et, après avoir retiré ta chemise et une fois ta main replacée sur ta plaie, tu t'installes lentement sur le fauteuil qu'elle t'a indiqué en grimaçant légèrement. Ton torse saillant désormais visible est marquée de quelques cicatrices, dont une semblant plus récente au niveau de la poitrine ; la marque des pirates est d'ailleurs inscrit dans ta chaire sur la poitrine opposée - une marque que tu n'as malgré tout les préjugés jamais caché.

Puis tu grommelles tout seul dans ton coin. Foutu pays! Tu te demandes souvent pourquoi ton roi t'a choisit toi, alors que tu n'es clairement pas le mieux placé pour la mission qu'il t'a donné, et qu'est ce que tu fou là. Puis tes pensées se tournent irrémédiablement vers Rosaria ; merde si tu n'avais pas été envoyé en Hyrule et si tu n'étais pas arrivé là, tu n'aurais jamais connu ta rose des sables. Bien que votre relation soit encore... compliquée et vague, tu sais pertinemment qu'elle est différente des autres pour toi. C'est troublant, certes, mais inconditionnellement attirant, extraordinairement intense.
Ainsi, et alors que la jeune piaf revient dans la chambre, tu sembles perdu dans tes pensées. Elle t'en extirpe alors aussitôt qu'elle eu prononcé son premier mot tandis que tu relèves les yeux vers elle. « Je vous avoue.. Je n’ai jamais fait ça sur un humain avant.. Mais j’ai plusieurs fois soigné, des chevaux. Je pense pouvoir recoudre votre plaie.. J’ai peur que si vous bougiez, malheureusement, votre état s’aggrave. Et vu le sang que vous perdez, on n'a pas le temps d’aller chercher un médecin.. » Ouai tu bug, littéralement, les yeux un peu écarquillés. Tu la scrutes en te demandant si elle est entrain de se foutre de ta gueule... non. Non elle ne plaisante pas. Des chevaux?! Bordel est ce que ta gueule ressemble à celle de ces foutus canassons? Bon il y a bien autre chose que tu as en commun avec eux... enfin bref, pas d'allusion bougre d'âne ce n'est vraiment pas le moment! Quoi qu'il en soit elle semble capté ta perplexité et demandes « A moins que vous n'ayez une autre solution ?… ». Tu soupires doucement avant de répliquer, un peu confus « Non... non aucune... ». Surtout que tu sais que Rosaria est en déplacement alors tu ne peux pas lui demander son aide, et ne veux pas non plus l'inquiéter. Il faudrait d'ailleurs peut être que tu veilles à ce que cet... incident, reste secret. Alors quoi de mieux que cette belle inconnue pour gérer cela? « Vas y, ça peut pas être pire d'toute façon! » Ajoutes tu alors, ou du moins espères tu, un peu plus encourageant en offrant un autre sourire à la donzelle muni de sa terrible aiguille.

Tandis qu'elle s'approche tu te redresses un peu et poses ton coude sur le dossier du fauteuil de façon à ce qu'elle ai l’accès et la vision de ta plaie. Tu restes ainsi détendu physiquement, bien que tu sois un peu inquiet intérieurement ; tu n'es pas une chochotte, loin de là, mais merde tu ne connais rien de cette fille... qui dit qu'elle ne serait pas capable de te crever un œil avec son instrument de torture? Un pirate borgne s'est stylé, mais trop peu pour toi! Ainsi tu t’évertue à te changer les idées en l'observant avec intérêt, et demandes avant qu'elle ne commence. « J't'ai encore jamais vu dans l'coin toi... tu viens d'où? »
(c) DΛNDELION

_________________


THE CURSED CAPTAIN
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas

✲ Modératrice ✲
Peuple des îles

Lizabeth Gorwitz

Début de mon aventure : 22/05/2019
Messages : 55
Ҩ Bourse de rubis : 170
Avatar : Sophie Skelton
Crédits : Fassophy
Ceci est mon histoire
Titre : Roturière
Race : Piaf
Âge : 25 ans
Allégeance : Neutre
Religion : La religion des esprits Gardiens.
Inventaire : ◈ Magie

Maîtrise la magie Wiccane grâce à sa mère qui lui enseigne depuis son plus jeune âge. Elle fait preuve d'une empathie exceptionnelle avec les animaux ; elle les "comprend" et sait les apaiser. Liz' est toujours très douce, très calme avec eux et grâce à des petites incantations, elle est capable de calmer n'importe qu'elle animal en furie. Elle sait aussi endormir les petits animaux ou ceux qui lui font totalement confiance pour ensuite les soigner. Elle a été éleveuse pendant plusieurs années, ses dons était un véritable atout pour elle.

◈ Arme
Lizzie n'est pas une guerrière alors elle a très rarement une arme sur elle. Elle a parfois un petit couteau qui lui sert à tout faire. Elle sait également manier le fouet puisqu'elle l'utilisait pour le débourrage et l'éducation de ses chevaux de trait. Si un jour elle a besoin, elle serait capable de s'en servir comme arme.

◈ Affilié
Un faucon bleu la suit partout. Faucon de la même couleur que ses ailes.

◈ Monture
Un magnifique frison qu'elle a élevé lorsqu'elle vivait encore sur l'île de l'Aurore


Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  Mbnl

Voir le profil de l'utilisateur
Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  Empty
MessageSujet: Re: Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah    Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  EmptyDim 7 Juil - 15:03

Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here
EXORDIUM.
Lizabeth ? Sauter les étapes ? Décidément, cet homme, bien qu’il ait été son preux chevalier, avait lui aussi les idées mal placées. La jeune Piaf ne voulaient que regarder sa blessure pour voir ce qu’elle pouvait faire… Mais elle préfère ne rien rétorquer et plutôt faire comme si elle n’avait rien entendu. Malgré sa belle gueule un peu amochée, quelque chose d’étrange se dégageait de lui. Il avait l’air… Gentil. La petite rouquine partie alors chercher le nécessaire pour recoudre sa plaie. Une fois présente devant lui avec son fil et son aiguille, elle lui demande tout de même s’il ne voit pas une meilleure solution, mais sa réponse est négative. « Très bien… » Murmura-t-elle alors pour se rassurer. Alors, doucement, Liz’ se dirige vers la cheminée et approche l’aiguille des flammes. Une fois la pointe noircie, elle y glisse doucement le fils et retourne vers son patient du jour.  « Vas y, ça peut pas être pire d'toute façon! » Dit-il avec un petit sourire aux lèvres. Il se veut sans doute rassurant, mais c’est un peu compliqué… Lizabeth est concentrée sur ce qu’elle doit faire et un peu stressée. Et si vraiment elle lui faisait mal ? Si elle aggravait la plaie ? *Arrête tu peux le faire ! C’est pas si compliqué !*

« Vous pouvez vous tourner légèrement ? Que je puisse mieux voir ? » Il se tourna et elle pu alors mieux voir le dos et toutes les cicatrices qui le parcourraient. Pourtant, elle n’y prêta pas attention sur le coup. La plaie grande ouverte sur son flanc accaparait toute son attention. Liz’ prit alors un linge propre gorgée d’eau et commença à laver le sang qui coulait et commençait à sécher. « J't'ai encore jamais vu dans l'coin toi... tu viens d'où? » Faire la conversation n’était pas une si mauvaise idée pour détendre l’atmosphère. Tout en restant bien concentrer la laver la blessure de son sauveur, Lizabeth lui répondit doucement. « Je suis ici depuis une petite semaine, je crois. Je viens de loin. Une petite île, pas certaine que vous la connaissiez. L’île de l’Aurore. » Liz’ n’était pas du genre à raconter sa vie. De plus, tout ce qu’elle avait laissé sur cette île était maintenant derrière elle. Hors de question pour elle, de ressasser encore et toujours les mensonges de ses parents. « Et vous ? Vous êtes un pirate n’est-ce pas ? » Dit-elle sans montrer aucun signe de peur. « J’ai vu la marque sur votre torse. » Pour la plupart des gens, rien que l’évocation du mot « pirate » leur glaçait le sang. Ce n’était pas le cas de la jeune Piaf. Elle était même ravie de rencontrer un pirate. Il allait sans doute pouvoir l’aider.

 « Prenez ça… Au cas ou… » Elle lui tendit un linge propre dans lequel il pourrait mordre si la chirurgie était trop douloureuse. Certes, ce n’était pas très rassurant… Mais Liz’ ne l’était plus tant que ça. La plaie était maintenant propre, l’aiguille stérilisée dans sa main… Elle n’avait plus qu’à resserrer les bouts de peau de l’homme et recoudre délicatement. Pourtant, ses mains tremblaient. Lizabeth prit alors une grande respiration, se calma et murmura « On y va ».
Ca devait être si douloureux… Si seulement il avait été un petit animal.. Avec ses dons, la rouquine aurait pu l’endormir et recoudre sa plaie sans soucis. Mais là, c’était impossible. La jeune Piaf était si concentrée sur son travail qu’elle fit abstraction de tous les bruits environnant. Elle n’entendait plus les hommes qui riaient en bas, ni même les cris du blessé. Elle pinçait délicatement la chair avec ses doigts fins et piquait l’aiguille dans la peau pour refermer la blessure. Je pense, vu que Liz’ fit cela très minutieusement, qu’elle mit bien plus de vingt minutes avant de finir ses points de suture. « Je crois que j’ai terminé. » Ajouta-t-elle en se relevant. Elle n’était pas sûre d’elle à cent pour-cent, c’était la première fois qu’elle faisait ça, mais ça n’avait pas l’air si mal ! « Je pense quand même que tu auras une jolie cicatrice… C’est loin d’être le travaille d’un chirurgien. Mais au moins ça ne saigne plus. » Le but n’était pas de ne laisser aucune trace. Vu la plaie, c’était impossible de toute façon, mais au moins d’arrêter le saignement. 

Maintenant que le plus dur était fait, il fallait trouver de quoi faire un pansement quand même. Remettre le t-shirt directement au-dessus de la plaie n’était pas une bonne idée. Liz’ prit alors un vieux jupon gris propre qu’elle déchira pour en faire de longue bandes. « Après ça, je pense que ce sera bon ! D’ailleurs, ça va, ce n’était pas trop… Douloureux ? » Elle retourna ensuite près du blessé avec ses longues bandes de tissus. « Vous pouvez vous lever ? Ce sera plus facile pour faire un pansement.» Elle attendit quelques secondes, qu’il se lève difficilement et commença a poser la première bande de tissu dans son dos. Alors qu’elle passait sous mon bras pour faire tout le tour et accrocher le tissu, le regard de Liz’ se stoppa sur deux grandes cicatrices dans son dos. Elle n’y avait pas fait attention plus tôt, mais là, elles absorbaient son regard. Ces cicatrices en haut du dos. C’était à cause d’anciennes ailes. Elle en était certaine. « Vous étiez… » Elle lâcha d’une main le tissu et l’approcha doucement des cicatrices. « Un Piaf ? Qu’est-ce qu’il vous est arrivé ? » 

Cette vision fit véritable mal à la jeune femme. Enlever ses ailes à un piaf.. C’est lui enlever une partie de soi. C’était si horrible et sans doute très douloureux. La petite rouquine était complètement chamboulée par ce qu’elle voyait. Comment pouvait-on faire ça à quelqu’un ?… Ou qu’avait-il fait pour mériter ça ? 

_________________

Don't take
ANOTHER STEP
in my direction I can't be trusted around you

Revenir en haut Aller en bas

✲ Co-Administratrice ✲
Peuple des îles

Isaïah Van Aleyn

Début de mon aventure : 03/04/2019
Messages : 51
Ҩ Bourse de rubis : 580
Autres comptes : Ganondorf Dragmire.
Avatar : Zach Mcgowan.
Crédits : Cricrilove.
Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  3n20
Titre : Lord Capitaine du Black Bird.
Race : Piaf dont les ailes sont effacées par magie. Si on ne le connait pas il n'est donc qu'un Hylien lambda.
Âge : 37 ans.
Allégeance : Neutre à tendance Mal.
Religion : Laïque.
Inventaire : ○ Une armure légère de cuir et de tissu.
○ Un sabre.
○ Un ouistiti pygmée appelé Sam.
○ Un navire pirate nommé le Black Bird.

Pouvoirs :
Saut éclair - bond sur environ deux mètres en une fraction de seconde. Crée une bourrasque de vent capable de propulser dans les air. > enchaînement possible

Voir le profil de l'utilisateur
Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  Empty
MessageSujet: Re: Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah    Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  EmptyMer 24 Juil - 14:44



Heart don't fail me now
Lizabeth & Isaïah

« On est avec son passé comme avec les absents ; on oublie ce qu'on a été ; il ne demeure dans le souvenir qu'une caricature sur laquelle on évite de jeter les yeux, car elle ne restitue que ce qui était douloureux, dont on a honte, qu'on voulait ôter de sa mémoire. »



Lune 10. Jour 11.



Tandis qu'elle s'applique à nettoyer ta plaie du sang qui commence à sécher, tu t'évertues à faire la conversation afin de la détendre ; et optionnellement de te rassurer. Ainsi tu lui demandes d'où elle vient et elle te répond. « Je suis ici depuis une petite semaine, je crois. Je viens de loin. Une petite île, pas certaine que vous la connaissiez. L’île de l’Aurore. » Ton cœur manque alors un rebond au même titre que tes muscles se tendent légèrement ; entendre le nom de cette île te fait ressasser soudainement tout ton passé et te noies sous les interrogations. Et si elle connaissait tes parents? Comment vont- ils? Que font-ils? Tu fronces cependant doucement les sourcils en te reprenant ; qu'importe, ils n'ont plus aucune importance pour toi. Ils n'existent plus!.. Tentes tu encore de t'en persuadé Isaïah?.. « Mhmh... J'en ai d'jà entendu parlé... » Te contentes tu donc de répondre avant qu'elle ne demande. « Et vous ? Vous êtes un pirate n’est-ce pas ? J’ai vu la marque sur votre torse. » Son impassibilité face à ton statut de pirate semble te détendre ; même si tu te moques bien de ce qu'on pense de toi, les gens ont tendance à te juger rapidement - Et oh combien s'est agréable de ne pas être jugé. Tu souris donc doucement. « Un Cap'taine pirate oui... » Fier de ta condition, bien que loin d'être prétentieux, tu aimes quand les gens sont au courant que tu es Capitaine ; surtout que ça ne se voit pas forcément au premier abord. « ...et j'ai pas de domicile fixe; l'Océan est ma maison. V'nant des îles t'as d'jà dû en croiser des pirates toi. T'as pas peur? » Demandes tu ensuite curieusement.

Puis tu prends le linge propre qu'elle te tend, la remerciant d'un geste de la tête. Néanmoins tu ne le portes pas jusqu'à ta bouche, décidant simplement de le garder dans ta main et ainsi éviter que tes ongles ne blessent ta paume en te crispant. Puis, et alors que tu lui jettes un dernier regard, l'inquiétude de la jeune femme te saute aux yeux mais ce n'est guère de la peur qui s'éveille en toi. C'est en effet étrangement instinctivement que tes doigts se glissent sur les siens, avec une douceur infini ; digne de celle qu'un frère pourrait offrir à sa petit sœur pour la rassurer... « T'en fais pas. Ça va aller. » Souffles tu en se faisant et en lui souriant ; oui, tu sembles sur de toi, et même sur d'elle. Tu libères ensuite sa main et tourne la tête pour la laisser faire, t’épargnant la vision de cet acte chirurgical qui s'annonce douloureux. Néanmoins le seul son qui sort d'entre tes lèvres est cet unique grognement tandis que l'aiguille se plante une première fois dans ta chaire meurtrie. Le reste du temps tu sers les dents, prenant sur toi en gérant au mieux la douleur pour épargner la jeune femme de tes plaintes. Ton souffle s'est d'ailleurs alourdit tandis que quelques gouttelettes de sueur perlent désormais sur ta peau. Il te parait passer une éternité sur ce fauteuil de torture puis, enfin, votre enfer se termine. « Je crois que j’ai terminé. » Alors un long soupire de soulagement s'échappe de tes lèvres tandis que tu observes la cicatrice dont elle parle. « Je pense quand même que tu auras une jolie cicatrice… C’est loin d’être le travaille d’un chirurgien. Mais au moins ça ne saigne plus. » « Oh t'inquiète va. Une de plus, une d'moins... j'suis pas à ça prêt. » Lances tu d'une voix un peu faible ; quelque peu fatigué par ces longues minutes, mais de toute évidence reconnaissant.

Ton regard d'azur se porte ensuite sur elle pour l'observer préparer un bandage maison et constater que la jeune femme sait faire avec les moyens du bord ; digne d'une pirate la rouquine! Tu tiltes également que tu ne lui as même pas demandé son nom. « Après ça, je pense que ce sera bon ! D’ailleurs, ça va, ce n’était pas trop… Douloureux ? Vous pouvez vous lever ? Ce sera plus facile pour faire un pansement. » Tu te lèves donc en lui répondant, tout en grognant doucement et en prenant appuie sur le dossier de la chaise. « Un jeu d'enfant! » Ironique évidement, mais tu ne sembles guère lui en tenir rigueur ; la vie est faites ainsi et, à vrai dire, tu as connu pire. « Merci m'dame... d'ailleurs, comment tu t'appelles? » Finis tu par demander.

Puis, tandis qu'elle commence à bander ton torse pour protéger ta plaie, tu lèves les bras pour ne pas la gêner. Ainsi et alors qu'elle passe dans ton dos, elle peut aisément observer les deux surprenantes cicatrices qui barrent tes omoplates. « Vous étiez… un Piaf ? Qu’est-ce qu’il vous est arrivé ? » Tu as l'habitude que les gens les fixent de cette manière et t'interrogent à leur sujet lorsqu'elles sont visibles, néanmoins tu ne supportes absolument pas qu'on les touche. Ainsi lorsque tu sens le bout de ses doigts à peine les frôler, tu te retournes vivement ; et de manière quelque peu surnaturelle en utilisant ton don ; avant d'enrouler tes propres doigts autour de son poignet pour l'éloigner de toi. Ton visage s'est durcie et ton regard refroidit, presque menaçant. « C't'une longue histoire. Pas b'soin d's'attarder sur l'passé. » Lances tu sèchement et froidement au bout de quelques secondes.
Puis, tu prends à la fois conscience de l'intonation que tu as employé et du fait que tu sers légèrement trop son poignet entre tes doigts. Ainsi tu la libères, vraisemblablement désolé, en passant une main dans tes cheveux. Oui tu es confus Isaïah, un peu troublé ; ce genre de réaction ne te ressemble pas, alors tu décides de te faire pardonner en lui révélant une infime partie de ton histoire - un fait rare. Tu baisses pour se faire la tête en te raclant la gorge. « La vérité c'est qu's'est moi qui ai fait l'choix de n'plus être un piaf. J'supportais plus mes ailes... S'compliqué à expliquer... » Tu fronces légèrement les sourcils ; oui c'est compliqué, beaucoup trop compliqué pour toi d'ailleurs. Même si ce choix n'est pas irrémédiable, tu préfères qu'on le voit comme tel ; tu préfères qu'on pense que tu les as coupé plutôt qu'on sache que utilise en vérité la magie. Pourquoi? Tout simplement parce que tu ne veux pas qu'on te croit faible, tu ne veux pas qu'on te croit incapable de faire ce choix sans pouvoir revenir en arrière ; ce qui est en vérité le cas. Oui, tu ne veux pas que les autres sachent que ces ailes dont tu as honte te manque. Elles font irrémédiablement partie de toi et il t'arrive de te sentir vide sans elles. Tu rêves même parfois secrètement de pouvoir prendre ton envole, de traverser les nuages et de frôler le ciel du bout de tes doigts ; mais tu te l'interdis. Tu te brides. Finalement, les faire disparaître par magie et non pas physiquement est peut être une punition pour toi ; une punition succédant à ce que tu as vécu plus jeune. « Bref. Finissons en, t'veux bien? » Demandes tu, incapable d'en dire plus pour le moment.
(c) DΛNDELION

_________________


THE CURSED CAPTAIN
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas

✲ Modératrice ✲
Peuple des îles

Lizabeth Gorwitz

Début de mon aventure : 22/05/2019
Messages : 55
Ҩ Bourse de rubis : 170
Avatar : Sophie Skelton
Crédits : Fassophy
Ceci est mon histoire
Titre : Roturière
Race : Piaf
Âge : 25 ans
Allégeance : Neutre
Religion : La religion des esprits Gardiens.
Inventaire : ◈ Magie

Maîtrise la magie Wiccane grâce à sa mère qui lui enseigne depuis son plus jeune âge. Elle fait preuve d'une empathie exceptionnelle avec les animaux ; elle les "comprend" et sait les apaiser. Liz' est toujours très douce, très calme avec eux et grâce à des petites incantations, elle est capable de calmer n'importe qu'elle animal en furie. Elle sait aussi endormir les petits animaux ou ceux qui lui font totalement confiance pour ensuite les soigner. Elle a été éleveuse pendant plusieurs années, ses dons était un véritable atout pour elle.

◈ Arme
Lizzie n'est pas une guerrière alors elle a très rarement une arme sur elle. Elle a parfois un petit couteau qui lui sert à tout faire. Elle sait également manier le fouet puisqu'elle l'utilisait pour le débourrage et l'éducation de ses chevaux de trait. Si un jour elle a besoin, elle serait capable de s'en servir comme arme.

◈ Affilié
Un faucon bleu la suit partout. Faucon de la même couleur que ses ailes.

◈ Monture
Un magnifique frison qu'elle a élevé lorsqu'elle vivait encore sur l'île de l'Aurore


Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  Mbnl

Voir le profil de l'utilisateur
Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  Empty
MessageSujet: Re: Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah    Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  EmptyJeu 25 Juil - 14:30

Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here
EXORDIUM.
Lizabeth allait donc soigner un capitaine pirate. Elle s’amusa alors à penser qu’il ne fallait pas qu’elle l’abime de trop. Les membres de son équipage lui en voudraient si elle écorchait leur capitaine… ou pire.. Il demanda ensuite à la jeune femme si elle avait peur. Elle lui fit non de la tête avant de répondre « Je n’ai jamais rien eu de valeur pour qu’il s’attaque à moi… Mon père lui en avait une peur bleue. Il était pécheur… Vous ne lui avez pas rendu la vie facile.. Mais moi non, je n’ai pas peur. » La petite Piaf n’était pas une froussarde. Elle avait rarement peur… Elle avait été terrorisée plus tôt lorsque l’homme l’avait suivi et agressé dans sa chambre. Mais elle avait beaucoup voyagé seule sans trop se poser de questions. Si la peur la guidait, elle n’aurait jamais quitté son île. 

Angoissée, tremblante, Lizabeth fut surprise de la douceur dont le pirate fit preuve. Alors qu’elle prenait une grande respiration pour se calmer, il lui prit délicatement la main. « T'en fais pas. Ça va aller. » Rassurée et attendrie par tant de bienveillance et d’indulgence, même venant de la part d’un pirate, la petite Piaf commença ensuite à le recoudre. Un travail minutieux et fatiguant. Mais c’est plutôt assez fière d’elle que la rouquine annonce qu’elle a terminé. Elle n’est pas chirurgienne et n’a jamais fais ça avant… Mais les coutures semblent solides et la plaie ne saigne plus. C’est du bon travail ! Malgré l’énorme cicatrice qui risque d’apparaître avec le temps.  « Oh t'inquiète va. Une de plus, une d'moins... j'suis pas à ça prêt. » En effet, la Piaf avait remarqué les nombreuses cicatrices qui recouvraient le corps du pirate. Il n’était pas à sa première blessure, ni à sa première chirurgie visiblement.  « Un jeu d'enfant! » Lizabeth pouffa d’un petit rire. Ce n’était pas ce qu’elle pensait au vu des grognements et des gémissements qu’elle avait entendu tendis qu’elle plantait l’aiguille dans sa chair. Mais il fallait mieux le prendre comme ça de toute manière.

 « Merci m'dame... d'ailleurs, comment tu t'appelles? » La rouquine hocha la tête « C’est normal ! Merci à vous d’être intervenu.. Et désolé que vous ayez été blessé… Lizabeth ! Enchantée. » Dit-elle avec un grand sourire en tendant sa main délicatement pour serrer celle du pirate. Sur le coup, elle ne pensa pas à lui demander son nom en retour, bien trop appliqué à finir ses soins. Elle se glissa ensuite derrière le pirate pour continuer son bandage et se figea sur deux cicatrices entre ses omoplates. Des ailes… Il avait des ailes… De les voire ainsi coupée, Lizabeth senti une douleur dans ses propres ailes, qui se rétractèrent dans son dos… Comment ? Comment peut-on être cruelle au point de couper les ailes de quelqu'un ? Doucement, elle approche ses doigts fins des cicatrices, mais se retrouve violemment propulser en arrière. Aussitôt, la rouquine comprend… Même sans ailes, il est capable d’utiliser son pouvoir. Liz’ n’aurait sans doute pas dû toucher les cicatrices, mais elle ne pouvait pas deviner qu’il allait réagir si brusquement. Et alors qu’il sert son poignet un peu brutalement, son visage ce durci.  « C't'une longue histoire. Pas b'soin d's'attarder sur l'passé. » Dit-il sèchement. Le visage tout aussi dur et les sourcils froncés, la rouquine lui rétorqua « Vous me faites mal, Monsieur ! » Elle a beau être face à un pirate, à un capitaine, elle ne se dégonfle pas. Ce n’est pas son genre à la petite. Il lui lâche alors le poignet et soudain, il semble confus. Il n’en faut pas plus à la rouquine pour lui pardonner son excès de colère. « La vérité c'est qu's'est moi qui ai fait l'choix de n'plus être un piaf. J'supportais plus mes ailes... S'compliqué à expliquer... » Ne plus supporter des ailes ? Lizabeth n’en revenait pas… Mais elle comprit qu’elle n’aurait pas plus d’éléments. Elle, elle était intriguée, elle mourrait d’envie de savoir pourquoi, de le questionner. Mais le capitaine coupa court à la discussion « Bref. Finissons en, t'veux bien? » Sans rien dire, elle acquiesça de la tête. 

Reprenant son bandage là où elle l’avait laissé, elle le passa plusieurs fois autour de la taille du pirate, serrant délicatement et nouant le tout sur le flanc. « Et voilà. » Dit-elle, pas peu fière de son pansement de fortune en l’admirant. Puis elle releva les yeux vers son sauveur. « Encore merci. D’être intervenu tout à l’heure… Je ne sais pas dans quel état je serais à cette heure si vous n’étiez pas arrivé. » Ses mots étaient sincères et on pouvait lire de la peur dans les yeux de la jeune femme. Rien qu’en repensant à ce qu’il aurait pu lui arriver, elle se tétanisait. Mais chassant ses idées sinistres de son esprit, elle demanda. « Comment pourrais-je vous remercier ? » Cette question, complètement anodine sonnait bizarrement dans un bordel. Et Lizabeth s’en rendit compte alors, en bafouillant, elle se reprit. « Enfin, … Je veux dire… Je vous offre un verre en bas ? » Oui, c’était déjà mieux ça Liz’. 

Elle tendit ton t-shirt à son sauveur et l’aida à le remettre. Sa douleur au flanc allait sans doute l’empêcher de correctement bouger pendant quelques jours. Puis elle quitta sa chambre et descendit les escaliers jusqu’à la grande salle du Temple de l’Amazone où tout le monde semblait prendre du bon temps. De temps en temps, elle se retournait pour s’assurer que le pirate la suivait toujours. La descente des escaliers allait peut-être être un peu compliquée pour lui.. 
Elle trouva ensuite une table de libre et s’y installa en commandant avant une bouteille de rhum et en demandant deux verres. « Du rhum ? J’ai bon ? » Dit-elle amusée. Les marins de son île ne tueraient que par cet alcool. Il en était de même pour les pirates à n’en pas douter. Puis, une fois installés, et servis, elle trinqua avec son sauveur. « À la vôtre… Oh Pardonnez, moi ! Je ne vous ai même pas demandé votre prénom ! » Les événements qu’elle venait de vivre lui avaient fait oublier les plus simples des convenances. Demander le prénom d’une personne étant venue nous aider ! 

_________________

Don't take
ANOTHER STEP
in my direction I can't be trusted around you

Revenir en haut Aller en bas

✲ Co-Administratrice ✲
Peuple des îles

Isaïah Van Aleyn

Début de mon aventure : 03/04/2019
Messages : 51
Ҩ Bourse de rubis : 580
Autres comptes : Ganondorf Dragmire.
Avatar : Zach Mcgowan.
Crédits : Cricrilove.
Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  3n20
Titre : Lord Capitaine du Black Bird.
Race : Piaf dont les ailes sont effacées par magie. Si on ne le connait pas il n'est donc qu'un Hylien lambda.
Âge : 37 ans.
Allégeance : Neutre à tendance Mal.
Religion : Laïque.
Inventaire : ○ Une armure légère de cuir et de tissu.
○ Un sabre.
○ Un ouistiti pygmée appelé Sam.
○ Un navire pirate nommé le Black Bird.

Pouvoirs :
Saut éclair - bond sur environ deux mètres en une fraction de seconde. Crée une bourrasque de vent capable de propulser dans les air. > enchaînement possible

Voir le profil de l'utilisateur
Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  Empty
MessageSujet: Re: Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah    Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  EmptyJeu 8 Aoû - 11:57



Heart don't fail me now
Lizabeth & Isaïah

« On est avec son passé comme avec les absents ; on oublie ce qu'on a été ; il ne demeure dans le souvenir qu'une caricature sur laquelle on évite de jeter les yeux, car elle ne restitue que ce qui était douloureux, dont on a honte, qu'on voulait ôter de sa mémoire. »



Lune 10. Jour 11.



Ton cerveau semble apte à te protéger et ne met pas en relation tout les points que vous avez en commun elle et toi ; deux piafs, l’île de l'Aurore, un père pêcheur... Oh et finalement heureusement car ta réaction en apprenant la vérité serait sans doute peu attendu, impulsive et excessive ; si on peut vraiment parler d’excessivité compte tenu de ton passé. Toutefois et encore une fois tu apprécies que la jeune femme n'ai pas d'apriori sur vous autres les pirates ; d'une part parce que ça fait du bien de ne pas être jugé hâtivement, et ce même si tu as appris à ne pas prendre en compte le jugement des autres, et d'autre part parce que ça te rassure pour son opération - celle qui se prénomme Lizabeth ne semble en effet pas prompt à te trucider avec son aiguille.
Et même d'ailleurs à ne pas te trucider tout court car elle réagit comme il le faut face à ton imprévisibilité ; elle garde en effet la tête froide et ne se dégonfle pas face à toi. C'est ça qui t'a poussé à te "confier" afin de te faire pardonner de ce geste un peu trop violent et incontrôlé. Si seulement elle savait ce que ça fait, si seulement elle connaissait cette sensation de n'être qu'une moitié de soit même... Ainsi peu convaincu qu'elle puisse comprendre et encore une fois bloqué sur ton passé, tu lui demandes expressément de passer à autre chose.

Ainsi la jeune femme s'affaire à terminer ton bandage et, levant les bras pour l'aider, tu restes étrangement muet. Oui Isaïah tu es un peu troublé et assez tendu, tu sais donc qu'il vaut mieux qu'aucuns mots ne sortent de ta bouche à cet instant ; tu as en effet peur de dire des choses que tu pourrais regretter par la suite. Puis enfin Lizabeth termine ton pansement de fortune et tu baisses les bras, roulant des épaules pour constater qu'il ne te dérange pas et que la jeune femme est plutôt douée en ce qui concerne la débrouille. Ton regard d'azur se pose ensuite sur elle tandis qu'elle te remercie et, enfin, tu lui offres de nouveau l'un de tes charmants sourires... qui se transforme rapidement de manière plus malicieux, accentuant se fait en haussant un sourcil alors qu'elle te demande comme elle pourrait te remercier. Oh tu as bien une idée, sans doute la même idée qu'elle alors qu'elle se met à bafouiller, mais n'est pas ce genre d'homme à profiter des situations ; du moins pas à celle ci. Si tu ne refuserais certainement pas ce genre d'offre, tu as conscience que ce qui s'est produit l'a sans doute retourné et qu'elle n'a pas la tête à ça. Une prochaine fois peut être... bon sang Isaïah si tu savais. « Un verre ce s'ra très bien. » Déclares tu alors à sa suite, la rassurant ainsi.

Tu attrapes donc la chemise qu'elle te tend et t'affaire à l'enfiler doucement afin d'éviter d'avoir mal. Tu ne refuses également pas son aide car bon sang, cette sensation étrange qui te donne l'impression que le fil va pété est très désagréable. Néanmoins il n'en est rien et tu soupires doucement de soulagement, mais également dépité ; les prochains jours vont être en effet compliqués à gérer, tout comme Rosa le sera quand elle va apprendre ce qui s'est passé. En plus de ça tu as quelque chose d'important à lui dire et ça ne va clairement en rien arrangé la crise. Ainsi tu suis ensuite Lizabeth jusqu'au rez de chaussée, t’efforçant de paraître le plus naturel possible en descendant ces foutus escaliers. Puis tu observes brièvement les lieux ; l'ambiance commence déjà à changer mais tu aperçois encore deux trois malfrats qu'il faudra que tu chasses, tout comme le type qui t'a blessé. Merde Isaïah la prochaine fois tu viendras armé, il va vraiment falloir que tu montres qui est responsable de la sécurité ici comme tu l'as promis à Rosaria.

Puis enfin tu t'assois à votre table, riant doucement à son questionnement ; amusé. « Pour avoir bon t'a bon. L'rhum s't'une source sur! » Déclares tu donc gaiement à sa suite. Oh oui Isaïah toi tu ne jures que par ce liquide ambré. Vous voulez lui faire plaisir? Commander lui dur rhum! ; surtout que là tu en as bien besoin. Ainsi et une fois servit, tu trinques volontiers avec la jeune avant de porter ton verre jusqu'à tes lèvres. Tu avales donc une gorgée, appréciant la saveur du liquide qui coule dans ta gorge, et t'apprêtes à lui dire ton nom « J'm'appelle I... » « Isaïah! » mais tu es en effet interrompu par la voix d'une femme clairement ravie de te revoir. Ainsi tu ne peux pas voir la réaction de Liz et te retournes donc en posant un bras sur le dossier de ta chaise, un peu étonné, avant de sourire à la belle rousse qui n'est rien d'autre qu'une prostituée du Temple de l'Amazone et qui s'approche de toi. « Hey Dorothée. Comment va? » Demandes tu avant que la jeune femme ne s'installe familièrement sur tes genoux, enlaçant ta nuque d'un bras avant de poser un baiser sur ta joue. « Beaucoup mieux depuis ton retour! Tu nous as manqué tu sais? » Déclares t-elle, à la fois ironiquement et sérieusement et tu réponds de la même manière. « Oui, semblerait qu'j'sois indispensable ces derniers temps. Dis moi ma douce, t'serais pas où est Rosa par hasard? » Profites tu aussi pour demander et elle te répond en se relevant « Elle est partit en course mais elle devrait plus tarder. Vient me voir si tu t'ennuies en l'attendant... » puis elle pose son regard sur la jeune femme face à toi, souriant malicieusement en ajoutant « ... mais je vois que tu es déjà en charmante compagnie alors je vais vous laisser. A plus tard! ». Tu soupires de manière amusé en voyant la jeune femme se dandiner en partant, profitant pour mater son charmant popotin au passage, avant de reporter ton attention sur Lizabeth. « J'aime comme les filles du coin sont familières. » Lances tu alors de manière amusé... merde Isaïah, si tu savais comme celle a qui tu parles est bien plus familière que les toutes les autres.
(c) DΛNDELION

_________________


THE CURSED CAPTAIN
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas

✲ Modératrice ✲
Peuple des îles

Lizabeth Gorwitz

Début de mon aventure : 22/05/2019
Messages : 55
Ҩ Bourse de rubis : 170
Avatar : Sophie Skelton
Crédits : Fassophy
Ceci est mon histoire
Titre : Roturière
Race : Piaf
Âge : 25 ans
Allégeance : Neutre
Religion : La religion des esprits Gardiens.
Inventaire : ◈ Magie

Maîtrise la magie Wiccane grâce à sa mère qui lui enseigne depuis son plus jeune âge. Elle fait preuve d'une empathie exceptionnelle avec les animaux ; elle les "comprend" et sait les apaiser. Liz' est toujours très douce, très calme avec eux et grâce à des petites incantations, elle est capable de calmer n'importe qu'elle animal en furie. Elle sait aussi endormir les petits animaux ou ceux qui lui font totalement confiance pour ensuite les soigner. Elle a été éleveuse pendant plusieurs années, ses dons était un véritable atout pour elle.

◈ Arme
Lizzie n'est pas une guerrière alors elle a très rarement une arme sur elle. Elle a parfois un petit couteau qui lui sert à tout faire. Elle sait également manier le fouet puisqu'elle l'utilisait pour le débourrage et l'éducation de ses chevaux de trait. Si un jour elle a besoin, elle serait capable de s'en servir comme arme.

◈ Affilié
Un faucon bleu la suit partout. Faucon de la même couleur que ses ailes.

◈ Monture
Un magnifique frison qu'elle a élevé lorsqu'elle vivait encore sur l'île de l'Aurore


Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  Mbnl

Voir le profil de l'utilisateur
Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  Empty
MessageSujet: Re: Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah    Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  EmptyVen 16 Aoû - 18:06

Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here
EXORDIUM.
Isaïah… Ce prénom… Cette personne qu’elle avait tant désiré retrouvée était enfin devant elle. Pourtant Lizabeth fut incapable d’ouvrir la bouche. Incapable de répondre, incapable de dire quoi que ce soit. Le temps était comme figé autour d’elle alors qu’elle regardait cette prostituée s’asseoir sur les genoux de son frère, exhibant fièrement sa grosse poitrine sans aucune gêne…

Voyons Liz’… Tu t’attendais à quoi ? C’est un pirate ! - Ce sont en effet les premiers mots qui lui virent à l’esprit. Elle avait quitté l’île de l’Aurore, elle avait traversé tout Hyrule pour retrouver ce frère et maintenant qu’il était devant elle… Elle ne savait pas quoi penser. Était-elle heureuse de le retrouver ? Oui sans doute… Mais alors pourquoi aucun sourire ne se dessinait sur ses lèvres ? Pourquoi elle n’arrivait plus à le regarder dans les yeux ? Parce qu’après-réflexion, il ressemblait énormément à leur père… Les yeux bleus, le nez pointu. C’était son porté craché… Lizabeth elle ressemblait bien plus à sa mère. Les longues boucles rousses, les ailes bleutées… Les ailes… La rouquine repensa alors à la vision du dos du pirate et a ses cicatrices. Bon dieu ! On lui avait arraché ses ailes ! Elle n’aurait jamais pu le reconnaître sans ses grandes ailes noires. Du moins c’est comme ça qu’on les lui avait décrite… Qu’est-ce qu’il avait bien pu lui arriver ? Elle avant tant à lui demander. Pourquoi il était parti ? Pourquoi il n’avait jamais donné aucun signe de vie ? Est-ce que seulement, il était au courant de sa naissance ? Qu’il avait une soeur ?…

Lizabeth senti alors sa respiration s’accélère et son coeur se mis a palpiter. - Bon sang, mais qu’est ce que je fou là ? - Elle se prit la tête dans les mains et dirigea ses yeux vers la table… - Merde, merde… Merde !… - Elle ne savait plus quoi faire, elle ne savait plus où se mettre. Elle releva la tête lorsqu’elle entendit le capitaine se retourner vers elle et dire « J'aime comme les filles du coin sont familières ». Lizabeth releva doucement vers lui. Cela se voyait sans aucun doute, elle avait les yeux rouges, elle avait envie de pleurer. Pleurer de joie ? De tristesse ? Les nerfs qui lâchent ? Elle était incapable d’expliquer pourquoi… Peut-être tout en même temps, toutes les émotions à la fois. C’était un tel chamboulement dans son esprit qu’il lui fallut beaucoup de temps avant de sortir une phrase. « C’… C’est toi… » Finit-elle par sortir, la voix étranglée par des sanglots.

Ce n’était pas du tout comme ça qu’elle l’avait imaginé ! Ce n’était pas du tout comme ça que leur rencontre devait se faire ! Lizabeth aurait dû trouver son bateau, se présenter et montrer à se grand et beau capitaine réputé qui elle était. Ils auraient dû être chamboulés tous les deux et discuter. Non elle n’aurait jamais dû le rencontrer dans un bordel avec une pute sur les genoux.

Sans doute parce qu’elle s’était fait une vision très idéaliste de son frère… Le voir ainsi, rhum à la main et prostitué sur les genoux, fit bouillonner en elle un sentiment de rage. Elle prit alors sa chope de rhum et en avala quelques gorgés. L’alcool lui brûla l’oesophage, mais ne la calma pas… Reposant violemment son verre sur la table, elle en versa la moitié du contenu « Et Merde ! Putain !… » Des larmes commencèrent à couler le long de ses joues et c’est ce moment pathétique qu’elle choisit pour reposer, son regard sur Isaïah. Il devait la prendre pour une folle… Elle lui devait une explication à ce soudain excès de colère. Elle prit alors beaucoup sur elle pour réussir à de nouveau ouvrir la bouge pour sortir autre chose qu’une insulte. « Isaïah… Je m’appelle Lizabeth Gorwitz.. Je.. Je suis partie de l’île de l’Aurore pour te retrouver et… Et non ça ne devait pas se passer comme ça !… Je… Je suis ta soeur… » Est-ce que fuir était la meilleure idée ? Non sans doute pas. Mais s’énerver n’en était pas une non plus. Jusqu’ici, Liz’ n’avait fait que des mauvais choix. Elle en fit un de plus, elle quitta la table sans dire un mot.

_________________

Don't take
ANOTHER STEP
in my direction I can't be trusted around you

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  Empty
MessageSujet: Re: Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah    Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Heart don't fail me now. Courage don't desert me, dont turn back now that we're here feat. Isaïah
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Baccalauréat big fail
» Je ne me décourage pas
» FAIL
» [Fan-Art] Bionicle Epic Fail par Sergey Yanin
» 2011 - Heart burn (tenue uniquement)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breath of Hyrule :: Royaume d'Hyrule :: Région d'Hébra :: Portua-
Sauter vers: