AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le guide du nouveau

Vous vous sentez perdu(e)s ? Allez consulter le Guide du nouveau joueur, il vous aidera ♥️
N'hésitez pas à contacter le staff en cas de besoin, bien évidemment !
Bienvenue sur Breath of Hyrule

BoH est un forum RPG médiéval/fantasy librement inspiré des jeux The Legend of Zelda.
Il n'est pas du tout obligatoire de connaître la saga pour nous rejoindre.
Nos annexes et nos guides peuvent vous aider à mieux comprendre cet univers unique que nous avons créée. ♥️
Système de Parrainage

Envie de découvrir le forum ? Vous pouvez demander un parrainage à tout moment !
Pour vous aider à mieux comprendre l'univers, établir un premier lien et un premier pas vers votre intégration !
Scénarios de nos membres

Les aides & guides de création

Besoin d'aide à la création de votre personnage ? Vous pouvez voir notre guide de création pour vous aider !
Le staff est également à votre disposition pour vos questions ou même vous aider.

Partagez
 

 You're like a sweet poison [Ganondorf]

Aller en bas 
AuteurMessage

✲ Fondatrice ✲
Peuple du Désert (Yigas)

Arthémis Elatariel

Début de mon aventure : 02/04/2019
Messages : 85
Ҩ Bourse de rubis : 1120
Autres comptes : Zelda, Rosaria & Adalynn
Avatar : Natalie Dormer
Crédits : Anarya + Lilie
You're like a sweet poison [Ganondorf] Uv2q
Titre : Favorite du Chef des Yiga
Race : Zora
Âge : 23 ans
Allégeance : Ganondorf, soit les Yigas
Religion : Culte de l'Avatar du Néant
Inventaire : ○ Pouvoirs.
Geler une partie du sol ou d'un objet.
Faire faillir de la glace.à partir d'une source d'eau.
Création d'une brume semblant à un blizzard pendant un petit moment.

○ Arme : Un couteau double lame offert par Ganondorf.



Voir le profil de l'utilisateur http://breath-of-hyrule.forumsrpg.com/t124-arthemis-elatariel-th
You're like a sweet poison [Ganondorf] Empty
MessageSujet: You're like a sweet poison [Ganondorf]   You're like a sweet poison [Ganondorf] EmptySam 6 Juil - 22:46

You're like a sweet poison
Arthémis & Ganondrof

« Your poison makes me suffer but yet I appreciate this pain that I am taking. I hear the sound of my mistakes but I also feel the strength of my heart. »
Non, définitivement, Arthémis ne comprenait pas. Elle avait beau essayer de comprendre pourquoi il lui avait fait ça, pourquoi il continue à l'éviter. A chaque fois qu'ils se rencontrent, à chaque fois ils s'éloignent pendant des jours. Ceci était bien trop pesant pour la jeune zora qui en avait plus que marre de se faire snober de la sorte par Ganondorf. Elle n'avait fait que l'apercevoir de loin ces derniers jours, et encore, il ressemblait plus à une ombre qui l'évitait qu'autre chose. Depuis leur dernière rencontre, il s'était écoulé quelques jours, environ une semaine. Une longue semaine interminable et Arthémis avait bien du mal à récupérer de cet affront, de cet acte violent qu'il lui avait fait subir. Il l'avait blessée, aussi bien physiquement que mentalement. La sorcière de glace ne comptait cependant pas en rester là et elle semblait aujourd'hui, déterminée à faire évacuer une bonne fois pour toutes ses colères, sa contrariété et sa frustration mais également sa profonde déception. Elle ne connaissait pas Ganondorf comme étant l'homme le plus doux et le plus romantique (d'autant que les hommes beaucoup trop mielleux n'étaient pas son genre) mais il ne s'était même plus contrôlé, lui montrant un aspect bestial de sa personne. Cette nuit-là, elle la revit à de nombreuses reprises, tout au long des journées qui passent et des nuits peu sereines. Arthémis avait été profondément affectée, et bien qu'elle avait eut à moité ce qu'elle voulait, elle était aujourd'hui dans un état bien particulier qu'elle-même n'arrivait pas à décrire. Entre colère et frustration... Il avait voulu lui montrer que demeurer à ses côtés n'était pas chose aisée, et Arthémis en avait de l'ambition. Mais là, elle devait dors et déjà chasser ses démons pour en sortir que plus forte. Arthémis avait beaucoup d'énergie et de ressource, elle n'avait pas dit son dernier mot et la flamme glaciale qui brûle en elle ne s'était pas éteinte. Bien qu'une part d'elle avait fait ses adieux cette nuit-là. Mais la zora n'arrivait pas clairement à déterminer laquelle.

La favorite du chef avait vraiment besoin de se défouler, de se prouver à elle-même qu'elle n'avait pas été brisée. Arthémis était loin d'être la rose fragile, elle possède ses épines qu'il vaut mieux éviter de chatouiller. Et aujourd'hui, serait le jour où sa frustration serait libérée afin de pouvoir avancer, de montrer que son ambition n'avait pas été ébranlée par cet acte qui l'avait touchée au plus profond de son être. Ne parlons pas de l'attitude suspecte de la chamane du clan vis-à-vis d'elle. Bizarrement, elle était presque aux petits soins avec la jeune Arthémis et ce comportement avait sonné comme étrange dans l'esprit de la demoiselle. Mais elle aurait tout le temps de découvrir le pourquoi du comment.

Peut-être qu'Arthémis manquait de maturité, de prudence, mais aujourd'hui, elle n'avait clairement pas envie de se laisser impressionner par ses émotions. Elle ne voulait pas les faire taire à jamais, seulement les surpasser pour se prouver que ce n'est pas cette fameuse nuit qui allait nuire à ses désirs. La route sera longue mais elle sait qu'elle y arrivera.
Parée de son manteau de fourrure, la zora quitta le camp Yiga sans avertir personne, si des soldats avaient croisés sa route, elle leur aurait répondu qu'elle partait se dégourdir les jambes dans les hauteurs, un peu plus haut. Inutile que les membres du clan connaissent ses réelles intentions.

Parcourant l'étendue gelée des hauteurs des Langes Sauvages, Arthémis marchait d'un pas dangereusement calme. Ses cheveux laissés librement, sa robe souple et bleutée, la jeune femme cherchait la proie idéale pour se défouler. C'était son jour de chance. De malheureux égarés qui découvraient les monts enneigés de cette partie du monde s'étaient aventurés un peu trop loin. Ils étaient au nombre de deux mais l'un finit par tomber quelques mètres plus bas. Parfait. Ce serait encore plus facile. Les yeux azurés d'Arthémis se plissèrent alors que la vile créature s'approche de ce qui semble être un hylien qui tente désespérément d'appeler son compagnon. Un sourire maléfique se dessina sur les lèvres avant qu'elle ne prenne la parole.

« Ton ami est peut-être déjà mort à l'heure qu'il est. Vu sa chute... »

Arthémis n'éprouvait aucune empathie, elle voulait tout simplement libérer sa colère qui s'était installée depuis trop longtemps maintenant. Cet hylien serait la proie parfaite. La zora s'approcha avant de saisir le poignet de l'homme et le regarder froidement dans les yeux avant d'utiliser sa magie de glace afin de geler la main du pauvre aventurier qui commence à sentir le froid s’immiscer dans sa peau, dans sa chair.
C'est sans aucune hésitation qu'elle vient briser la main qu'elle venait de geler à ce pauvre homme qui n'avait même pas d'armes sur lui, du moins à première vue. Prenant de plus en plus plaisir à torturer cet hylien, elle continue de lui faire subir des douleurs plus ou moins affreuses. Le sang perlait sur la neige petit à petit, immaculant le beau manteau blanc du liquide carmin. Mais plus elle usait de ses pouvoirs, plus elle s'épuisait...

Mais elle était bien trop occupée à blesser sa proie pour ne rien regarder autour.
Une flèche alla frôler la belle zora, ne tranchant qu'à peine la peau de son bras mais qui laissait s'échapper quelques gouttes de sang. Elle avait même lâché un petit cri de surprise et de douleur sur le moment.
Le compagnon du pauvre homme à moitié mort avait finalement réussit à retrouver son chemin et grimper jusqu'à eux, alertés par les cris de douleur de l'homme. Reprenant une nouvelle flèche, l'aventurier pointa cette fois-ci réellement Arthémis, prêt à décocher une flèche. Prise de vertige, la jeune femme n'avait pas vraiment vu venir la scène... Mais elle-même perdait le contrôle d'elle-même, de la situation, de tout. Elle déraillait.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas

✲ Co-Administratrice ✲
Peuple du Désert (Yigas)

Ganondorf Dragmire

Début de mon aventure : 04/01/2019
Messages : 371
Ҩ Bourse de rubis : 1158
Autres comptes : Isaïah Van Aleyns.
Avatar : Jason Momoa.
Crédits : Cricrilove.
You're like a sweet poison [Ganondorf] 3al8
Titre : Chef des Yigas, Suzerain des Landes Sauvages et Seigneur du désert.
Race : Gerudo.
Âge : 41 ans.
Allégeance : Mal.
Religion : Culte de l'Avatar du Néant.
Inventaire :
○ Une armure intermédiaire de cuir.
○ Une armure intermédiaire de cuir et de fourrure.
○ Une épée large commune.
○ Un étalon bleu nuit aux crins de feu nommé Cauchemar.

Pouvoirs :
Maîtrises des ombres - bouclier sphérique, vague d'ombre.
Épée d'ombre - matérialise une large épée noir. (capable de fusionner avec sa jumelle physique et de former le Trident du Mal. > Indisponible)

You're like a sweet poison [Ganondorf] Cra1

Voir le profil de l'utilisateur
You're like a sweet poison [Ganondorf] Empty
MessageSujet: Re: You're like a sweet poison [Ganondorf]   You're like a sweet poison [Ganondorf] EmptyMar 9 Juil - 21:16



You're like a sweet poison
Arthémis & Ganondorf

« Aimer c'est donner le pouvoir à quelqu'un de vous briser. »



Lune 9. Jour 24.



Cette douleur est bien différente de toute celle que tu as déjà ressentit ; plus forte, plus dévastatrice. Tu ne peux pas l'ignorer, tu ne peux pas faire comme si elle n'existait pas. Tu es trop faible. Et si ton corps porte de nombreuses cicatrices plus ou moins marquées, issues de combats passés que tu as souvent gagnés et parfois perdus, elles ne sont rien comparées à la faille béante qui sévit désormais en ton sein. Tu as eu beau lutté, Arthémis a éveillé en toi un sentiment que tu as toujours repoussé ; voilà pourquoi tu l'as blessé... et voilà pourquoi tu souffres autant aujourd'hui. Oui, ce que tu as fais, ça te rend malade. Ça te prend aux tripes et tu ne cesses d'y penser... mais pas que. La prédiction de Tenebrae n'a absolument rien arrangé à la chose, bien au contraire. Tu as tenté ces derniers jours de faire comme si Arthémis n'existait pas. Tu as tenté de laisser les choses se passer sans faire le moindres efforts, et tu as même espéré que cette vision arrive et s’exhausse rapidement afin de te libérer enfin... en vain. Ta psychose pour la sécurité de la zora a en effet rapidement commencé. Elle n'a d'ailleurs sans doute pas remarqué que, même si tu ne lui accordais aucuns regards et aucunes attentions ; te persuadant ainsi de la protéger d'avantage ; elle était perpétuellement surveillé par deux de tes meilleurs fidèles. Meilleurs... jusqu'à ce que leur tête se retourne lorsqu'ils t'ont annoncé qu'ils avaient perdu la trace de ta favorite.

Alors paré d'épaisses fourrures, tu défies le vent glacial des hauteurs Gerudo, seul, pour la retrouver. Ta longue tresse et ta barbe drue sont désormais tapissées d'une fine couche glacée, blanchissant la noirceur de tes cheveux de jais. De ta bouche sort également un souffle si bouillant qu'une buée blanche s'échappe au dessus de toi. Tu as aussi l'impression de perdre tes doigts tant le froid s'acharne à torturer ta peau hâlée ; bien mieux habituée à la chaleur ardente du désert. Néanmoins pas une seconde tu ne penses à faire demi-tour, suivant sa trace comme un véritable chien de chasse beaucoup trop inquiet... jusqu'à enfin la retrouver.
Tu la vois là, un peu plus loin, tandis que tu te caches dans la toundra sauvage enneigée. La jeune femme torture un homme que tu ne saurais reconnaître et pour une raison que tu ignores. Quoi qu'il en soit dans un premier temps tu ne te poses même pas de question ; oui, tu es fasciné par la zora. Par ce qu'elle fait. Par ce qu'elle est. Tu découvres là une autre femme et c'est loin de te déplaire, bien au contraire, tu sembles même avoir un peu moins froid.

Puis tout semble se passer au ralentit. Ton cœur s'arrête et les choses se floutent autour de toi ; tu ne vois que distinctement la scène terrifiante ressemblant véritablement à un cauchemar. Tu entends en effet la corde craqueler lorsque l'archer la tend dangereusement. Tu la sens vibrer alors qu'elle décoche sa flèche comme si tu faisais partie d'elle. Et tu entends ensuite le chant macabre de cette dernière, fonçant tout droit sur Arthemis.
Ainsi, et tu ignores comment, tu t'interposes entre ta zora et la pointe qui vient se loger dans ton épaule. Tu grondes alors un tout petit peu, mêlant douleur et colère, avant d'enrouler tes doigts autour de la flèche et de la retirer avant de la jeter vulgairement au sol un peu plus loin. Puis ton regard doré, prenant une teinte bien plus sombre, se pose finalement sur l'hylien ; de toute évidence surpris de ton intervention, et étrangement apeuré. Après tout il y a de quoi ; avec ta prestance, tes yeux et ton apparence, tu n'inspires clairement pas confiance et tu ressembles au monstre des montagnes qu'on redoute tant. Encore plus lorsque tu avances dans sa direction, menaçant, sauvage. L'homme se recule en effet d'un pas avant d'attraper une flèche dans son carquois et de la tirer ; cette fois si ta vague d'ombre la propulse au loin. Alors l'archer tire une nouvelle fois et tu esquives aisément, continuant d'avancer à pas de géant mais calmement. Puis encore une autre flèche qui vient quant à elle s'écraser sur ton bouclier d'ombre, avant que tu n'interrompe la trajectoire de la dernière d'une main et attraper l'homme par le cou de l'autre. Ainsi tu le soulève et ses pieds se décollent du sol. Il vient même lâcher son arc pour agripper ta main qui l'empêche tout bonnement de respirer. Il se débat, en vain, et vient même pisser dans son pantalon tellement tu le terrifies. « Qui t'envoie?! » Grondes tu ; persuader que quelqu'un cherche à t'atteindre en faisant du mal à ta plus grande faiblesse. « Qui t'envoie?!!! » Rugit tu as nouveau. L'hylien tente tant bien que de mal de te répondre. « P.. personne.. n.. sommes.. p.. perdu. » « Perdu... » Souffle tu alors à sa suite. Alors... ce n'était peut être pas de cette façon qu'Arthemis mourrait dans la vision de Tenebrae. Tu ne l'as peut être pas sauvé, pas encore... tout s'embrouille alors dans ton esprit. Cette terreur que tu ressens, cette colère, ce doute. Ça te rend fou.

Tu grondes ainsi finalement de rage et d'agacement avant de lui planter la flèche que tu tenais encore dans la main en plein cœur, sans aucune pitié. Du sang coule de ses lèvres et un son monstrueusement agonisant s'en échappe tandis que tu tourne la pointe dans sa poitrine. La carcasse du pauvre homme s'échoue ensuite à tes pieds. Tu ne bouges toutefois pas, restant dos à la zora ; du sang d'hylien perlant sur ta main, si bien mêlé au tiens, tachant la neige immaculée.
(c) DΛNDELION

_________________

GANONDORF DRAGMIRE


In the darkest nightmare hour, when not moon nor sun has risen, he take your kingdom through her power. | © GANON

Revenir en haut Aller en bas

✲ Fondatrice ✲
Peuple du Désert (Yigas)

Arthémis Elatariel

Début de mon aventure : 02/04/2019
Messages : 85
Ҩ Bourse de rubis : 1120
Autres comptes : Zelda, Rosaria & Adalynn
Avatar : Natalie Dormer
Crédits : Anarya + Lilie
You're like a sweet poison [Ganondorf] Uv2q
Titre : Favorite du Chef des Yiga
Race : Zora
Âge : 23 ans
Allégeance : Ganondorf, soit les Yigas
Religion : Culte de l'Avatar du Néant
Inventaire : ○ Pouvoirs.
Geler une partie du sol ou d'un objet.
Faire faillir de la glace.à partir d'une source d'eau.
Création d'une brume semblant à un blizzard pendant un petit moment.

○ Arme : Un couteau double lame offert par Ganondorf.



Voir le profil de l'utilisateur http://breath-of-hyrule.forumsrpg.com/t124-arthemis-elatariel-th
You're like a sweet poison [Ganondorf] Empty
MessageSujet: Re: You're like a sweet poison [Ganondorf]   You're like a sweet poison [Ganondorf] EmptyJeu 11 Juil - 15:04

You're like a sweet poison
Arthémis & Ganondrof

« Your poison makes me suffer but yet I appreciate this pain that I am taking. I hear the sound of my mistakes but I also feel the strength of my heart. »
Arthémis, bien trop concentrée à la torture qu'elle infligeait à ce pauvre hylien qui avait eut le malheur de croiser sa route, n'avait même pas entendu ce qu'il se passait autour d'elle. Ses mains sont crispées et malgré que le froid glacial des hauteurs peuvent abîmer sa belle peau, Arthémis n'en démord pas et compte bien évidemment aller jusqu'au bout, quitte à y rester là des heures. Se défouler sur cet homme lui procurait une certaine satisfaction qui résultait de sa frustration évidente de ces derniers jours. Elle voulait quelque part s'affranchir de cette douleur psychologique qu'elle ressentait. La zora détestait souffrir mentalement, elle voulait être toujours la plus forte, se montrer dure, et pourtant, comme tous, elle possédait ses faiblesses, ses points faibles et le sien avait été si durement touché.

C'était dans une sorte de transe que la belle de glace s'était réfugiée. Peu à peu, son ouïe se brouillait et elle n'était que concentrée sur la glace qu'elle créait afin de geler chaque parcelle de cet homme avant de lui briser un peu plus les os, ouvrant sa chair par la même occasion. Arthémis n'avait pas peur d'avoir du sang sur les mains, elle en avait déjà, et ce n'était peut-être pas la dernière fois. Elle avait même ce sourire mauvais logé sur ses lèvres pourtant qui viraient au violet peu à peu. Elle n'était pas immunisée au froid, évidemment. Bien que cela restait son élément de prédilection.

Une fraction de seconde et une ombre vient se poser devant elle et un grognement retentit avant de voir une flèche ensanglantée tomber dans la neige. Plissant les yeux, la jeune femme gardait toujours son emprise sur le pauvre homme dont il ne restait plus grand chose de vie certainement avant de voir une silhouette imposante qui se rapprochait d'un archer qui visiblement, la menaçait elle. Dans un soupir d'exaspération, elle se redresse avant de poser son pied sur le torse de sa victime afin qu'il ne bouge pas. Elle observait la scène et la "lutte" entre cette ombre qui s'avéra être Ganondorf et l'archer avant de voir l'homme sans vie finir au sol, complètement empalé au niveau du cœur sur sa propre flèche. Les incessantes demandes de Ganondorf intriguait la jeune femme. Arthémis pourrait croire que c'est un triste sort, mais non, il n'en était rien. Il l'avait au début menacée, alors elle n'allait certainement pas le plaindre.
Toujours à terre, sa première victime complètement gelée semble peu à peu mourir de froid et de peur en voyant son compagnon raide mort.

Ganondorf ne s'était même pas retourné vers elle. A l'évidence, il l'avait tout bonnement ignoré depuis une semaine après l'avoir blessée physiquement et mentalement. Renvoyée à la scène de quelques jours plus tôt, Arthémis grogna et sa main vient alors encercler le poignet de sa victime avant de, de nouveau perdre le contrôle. Dans ses yeux bleus azurés on aurait presque pu voir cette aura noire et menaçante tant elle était une toute autre femme. Sans vraiment se rendre compte, une brume commençait à se créer à cause de la magie de la zora qui ne se contrôlait plus, dominée par sa colère et ses souvenirs. Elle finit par achever sa pauvre victime en lui donnant un violent coup de pied dans le torse et le faire heurter un rocher dangereux et le tuer sur le coup.

La brume ne s'était pas dissipée pour autant, Arthémis était bien trop énervée et frustrée. Elle regardait l'homme mort avant de tourner lentement son visage vers la silhouette de Ganondorf avant de s'approcher, son regard vide.

« Que faites-vous ici ? Vous n'auriez pas du prendre cette flèche... »

Un souffle et tout doucement, sa brume s'évapora dans un silence de mort. Seuls les bruits de pas d'Arthémis étaient audibles et elle semblait comme fatiguée... D'un côté, c'était le cas, elle était fatiguée. Elle avait trop usé de sa magie et qu'elle était déjà affaiblie. Mais rien de grave, évidemment. Elle releva ses yeux azurés, défiant s'il le voulait, le regard de Ganondorf. Il avait reçu une flèche dans l'épaule, il devait la soigner avant qu'elle ne s'infecte de trop.

« Il faut nettoyer la plaie, afin que cela ne s'aggrave pas plus. Qui sait dans quoi ses flèches ont été trempées... Nous devrions peut-être rentrer. »

Tiraillée entre l'idée de continuer la discussion et essayer d'établir un nouveau contact et le fait que l'ignorer tout comme lui avait fait pendant ces jours-ci, Arthémis était confuse. D'autant pourquoi s'était-il jeté pour la protéger, pourquoi avait-il secoué l'homme pour lui faire cracher qui l'envoyait... Tant de questions. Elle s'approcha ainsi un peu plus, à quelques centimètres pour tenter tout de même lui prouver qu'elle était toujours là, qu'elle existait même s'il semblait le nier.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas

✲ Co-Administratrice ✲
Peuple du Désert (Yigas)

Ganondorf Dragmire

Début de mon aventure : 04/01/2019
Messages : 371
Ҩ Bourse de rubis : 1158
Autres comptes : Isaïah Van Aleyns.
Avatar : Jason Momoa.
Crédits : Cricrilove.
You're like a sweet poison [Ganondorf] 3al8
Titre : Chef des Yigas, Suzerain des Landes Sauvages et Seigneur du désert.
Race : Gerudo.
Âge : 41 ans.
Allégeance : Mal.
Religion : Culte de l'Avatar du Néant.
Inventaire :
○ Une armure intermédiaire de cuir.
○ Une armure intermédiaire de cuir et de fourrure.
○ Une épée large commune.
○ Un étalon bleu nuit aux crins de feu nommé Cauchemar.

Pouvoirs :
Maîtrises des ombres - bouclier sphérique, vague d'ombre.
Épée d'ombre - matérialise une large épée noir. (capable de fusionner avec sa jumelle physique et de former le Trident du Mal. > Indisponible)

You're like a sweet poison [Ganondorf] Cra1

Voir le profil de l'utilisateur
You're like a sweet poison [Ganondorf] Empty
MessageSujet: Re: You're like a sweet poison [Ganondorf]   You're like a sweet poison [Ganondorf] EmptyLun 5 Aoû - 20:51



You're like a sweet poison
Arthémis & Ganondorf

« Aimer c'est donner le pouvoir à quelqu'un de vous briser. »



Lune 9. Jour 24.



Tu es perdu dans la terreur que font naître ces sentiments, cette prise de conscience et cette sensibilité te rendant beaucoup trop humain à ton gout. Tu n'aimes pas ça et pourtant, là, au fond de ta poitrine une douce chaleur s'installe. Une chaleur qui te pousses à faire tout ça, qui te pousses à t'accrocher à elle et à vouloir la protéger. Oui, c'est la vérité, contre toute attente tu l'as ignoré pour la protéger ; tu l'as ignoré en esperant qu'elle te fuit, qu'elle abandonne tout ça. Les Yigas, votre destinée, toi. Si la prophétie de Tenebrae est vraie s'est toi qui signera son trépas, tu le sais, et tu le refuses. Tu refuses qu'elle soit une faiblesse alors, étant incapable de l'achever de tes propres mains, aujourd'hui Ganon tu veux en faire une force.

Un grondement plus féminin attire ton attention après que tu aies achevé le pauvre archer et, si tu ne pivotes pas complètement, tu tournes toutefois légèrement la tête vers Arthémis pour l'observer. Tu la vois donc cette lueur méconnue traverser ses yeux clairs ; cette lueur qui fait d'elle une autre femme. Non. Qui fait d'elle la femme que tu as toujours voulu qu'elle soit, la femme qui te fait tant d'effet. Tu en frissonnes d'ailleurs, mais pas seulement pour ça ; également parce que la brume glaciale qui se lève autour de toi pénètre dangereusement à travers tes fourrures, rendant ta respiration d'autant plus difficile et ta blessure plus douloureuse. Tu grondes donc, posant ta large main sur ton épaule ; soit sur la plaie qui se glace et qui se fissure d'avantage. Alors tu n'entends que le craquement sourd d'une nuque qui se brise, devinant aisément qu'Arthémis en a finit avec le dernier étranger.

Ainsi là voilà à s'approcher de toi ; elle semble d'ailleurs avoir capté ta douleur car, doucement, la brume s'affaiblit pour rendre l'environnement plus vivable. Si tu respires mieux et si ta douleur s'est un tant soit peu apaisée, tu as toutefois toujours cette impression désagréable d'être congelé ; une très fine couche de glace pare d'ailleurs à certains endroits tes cheveux tressés, ta barbe ainsi que tes sourcils - rendant ton regard solaire étrangement perçant. Puis tu te retournes vers elle tandis qu'elle s'adresse à toi, plantant tes yeux dorés dans le bleu de son regard. « Et toi tu ne devrais pas être seule ici. » Répliques tu à sa suite. Contre toute attente il n'y a aucune menace dans ta voix, ni même une once de reproche ; ce n'est qu'une simple constatation. Oui Ganondorf, toi aussi tu es trop fatigué pour te battre encore ; fatigué par les événements récents, fatigué par ton trouble qui en découle, fatigué par la fraîcheur des lieux... et surtout fatigué par la substance empoisonnée qui coule secrètement dans tes veines. Tu la regardes d'ailleurs s'approcher encore, attentivement, silencieusement ; un air impassible parant ton visage bien que tu sois étonné. Elle s'inquiète après tout ce que tu as fait? Elle est encore là après tout ce que tu as fait? Bon sang, son comportement tend à t'achever d'avantage.

« Non. » Lances tu mais, cette fois ci, ton ordre semble sans appel ; au même titre que ton visage se durci un peu. « Je n'ai plus envie de faire semblant Arthémis. Je n'ai plus envie de lutter sans cesse pour te protéger... et bon sang ne dis pas que je tu n'as pas besoin de l'être car c'est faux! Oui tu sais te défendre, je n'en ai jamais douté et je n'en doute toujours pas... mais s'était de moi qu'il fallait que tu te protèges! DE MOI! » Tu grondes. Non tu rugis. Tu rages contre toi même, contre cette impulsivité qui s'éveille au même titre que tes sentiments te torturent. Ainsi tu la contournes et t'éloignes un peu d'elle, prenant tes distances tout en posant une nouvelle fois ta main sur ta plaie qui se fait étrangement plus douloureuse ; tu mets toutefois ça sous le compte de la colère. « Je ne peux pas t'offrir ce que tu veux tu entends? J'aurais voulu le faire mais j'en suis tout bonnement incapable... enfin... je crois... » Car oui aujourd'hui tu doutes. Tu n'es plus assuré comme autrefois, tu ne sais plus de quoi tu es capable ou non. C'est d'ailleurs pour cela que, pour la première fois, tu te dévoiles à elle de cette façon.

Néanmoins il y a cette once de détermination qui te rattrape, qui vient contrer et rentrer en contradiction avec tes mots précédents. Peut être est ce d'ailleurs ta raison qui te parle, ou ton espoir... ton ultime espoir d'être celui que l'Avatar veut que tu sois ; du moins celui que tu crois qu'il veut que tu sois. Ainsi tu fronces les sourcils, lançant le décompte avant que n'explose la bombe. « Tu n'as plus... rien à faire ici... Arthémis. Vas t'en... tant qu'il est encore temps. ». Ton souffle s'alourdit toutefois progressivement, comme si tu te faisais happer par une crise de panique ; oh mais ce n'est pas du genre du seigneur du désert à paniquer, loin de là. Si troublé par tes émotions, tu ne t'en aperçois même pas tout de suite et tentes de poursuivre. « Je... je ne veux pas... te voir mourir... » Soupires tu ainsi, avant de poser soudainement un genoux à terre en grondant douloureusement et en crispant ta main sur ta plaie qui te tiraille si soudainement.
(c) DΛNDELION

_________________

GANONDORF DRAGMIRE


In the darkest nightmare hour, when not moon nor sun has risen, he take your kingdom through her power. | © GANON

Revenir en haut Aller en bas

✲ Fondatrice ✲
Peuple du Désert (Yigas)

Arthémis Elatariel

Début de mon aventure : 02/04/2019
Messages : 85
Ҩ Bourse de rubis : 1120
Autres comptes : Zelda, Rosaria & Adalynn
Avatar : Natalie Dormer
Crédits : Anarya + Lilie
You're like a sweet poison [Ganondorf] Uv2q
Titre : Favorite du Chef des Yiga
Race : Zora
Âge : 23 ans
Allégeance : Ganondorf, soit les Yigas
Religion : Culte de l'Avatar du Néant
Inventaire : ○ Pouvoirs.
Geler une partie du sol ou d'un objet.
Faire faillir de la glace.à partir d'une source d'eau.
Création d'une brume semblant à un blizzard pendant un petit moment.

○ Arme : Un couteau double lame offert par Ganondorf.



Voir le profil de l'utilisateur http://breath-of-hyrule.forumsrpg.com/t124-arthemis-elatariel-th
You're like a sweet poison [Ganondorf] Empty
MessageSujet: Re: You're like a sweet poison [Ganondorf]   You're like a sweet poison [Ganondorf] EmptyJeu 15 Aoû - 18:10

You're like a sweet poison
Arthémis & Ganondrof

« Your poison makes me suffer but yet I appreciate this pain that I am taking. I hear the sound of my mistakes but I also feel the strength of my heart. »
A croire que ça lui avait plu de voler la vie à un pauvre voyageur... Arthémis avait sentit ce besoin d'exprimer sa frustration, de libérer ce qu'elle ressentait par le biais de ce meurtre. La lueur d'une âme tueuse n'avait pas quitté ses yeux clairs qui exprimaient clairement ce sentiment qui la consumait à petit à petit. Son cœur s'était assombrit au même titre que son esprit. Son regard observait le corps sans vie allongé à ses pieds, comme si elle se sentait supérieure, elle avait ce besoin de se sentir plus forte, plus puissante... Arthémis décidément... tout ça avait tant impacté son comportement et ses pensées. Peut-être que sa noirceur enfuie au fond d'elle tendait à faire surface, petit à petit, à chaque fois qu'elle en avait l'occasion.

Arthémis s'approche doucement de Ganondorf en lui signalant qu'il n'aurait pas du être ici. Si elle devait mourir de cette flèche, il aurait dû laisser faire l'oeuvre de la nature. Elle aurait dû payer de cette imprudence, de cet excès de confiance qui l'avait envahie de toute part. Cependant, la zora revient rapidement à la réalité en constatant que quelque chose cloche et la blessure de Ganondorf n'est guère rassurante. Le froid est perçant pour lui, moins pour elle. Il fallait qu'ils rentrent au plus tôt. Elle ne prit d'ailleurs pas la peine de répondre à la première remarque du gerudo... Si elle était venue ici c'était uniquement sa faute, alors pourquoi voulait-il lui faire la morale par rapport à ça ? Pourtant, elle notera que la voix de Ganondorf n'était pas menaçante.

Alors qu'Arthémis lui suggère de rapidement rentrer, Ganondorf réplique sèchement. Une réaction qui la perturba de toute part. Elle leva ses yeux azurés vers ceux dorés du gerudo pour écouter ce qu'il avait à lui dire. La dureté de ses mots la perce, elle lui inflige des douleurs abdominales affreuses et son esprit ne comprend pas bien. La sorcière de glace cligne plusieurs fois des yeux afin de se rendre compte de ce qu'il vient de dire et de la distance qu'il met encore une fois, entre eux. Arthémis n'avait jamais vu Ganondorf autant bavard et il lui disait certaines choses qui résonnaient dans son esprit... Elle avait vraiment du mal à encaisser ce qu'il lui disait.
Arthémis se redressa, droite, face à ce Ganondorf souffrant qui avait du mal à se tenir dans l'habitat naturel de la zora. Ses yeux azurés observaient le gerudo qui semblait vouloir la rejeter, pour la énième fois. Arthémis était au bord du gouffre pour avoir, pendant un instant, voulu lui infliger une gifle. Il se permettait de lui dire ça...  comme ça. Le regard d'Arthémis s'assombrit alors que Ganondorf l'achève en lui demandant de partir, qu'elle n'avait plus rien à faire ici. C'était la phrase de trop. Serrant les poings et retenant les émotions mélangeant colère et tristesse, Arthémis réduisit la distance qu'il les séparaient avec une détermination et une audace sans précédents.

« Me protéger de vous ? Ah oui, vous avez réussit pendant cette semaine. Mais e suis désolée, pardonnez-moi de ne pas vouloir abandonner celui qui m'a tout donné, qui m'a façonnée à son image, qui m'a donné un titre, qui m'a donné un nom, qui m'a donné une place dans ce monde ! »

Rares étaient les fois où Arthémis laissait sa voix être plus forte, plus grave et que son regard semblait montrer à Ganondorf qu'elle n'ira jamais l'abandonner, qu'elle n'abandonnerait pas eux-deux. Jamais. Ô grand jamais. Mais les dernières paroles étouffées par les grognements de douleur de Ganondorf finirent par achever la jeune femme qui se précipita vers lui. Par instinct, elle tenta de le rattraper, de lui faire comprendre qu'elle était là, quoi qu'il arrive.

« En vous rejoignant, en vous servant... vous saviez que je risquais ma vie à chaque instant. Ne traînons pas. Votre blessure doit s'infecter ou pire... les flèches devaient être empoisonnées. »

Ce n'était plus réellement l'Arthémis de d'habitude qui parlait. Rien qu'au ton de sa voix, quelque chose avait changé, une lueur... semblait s'illuminer dans son regard, en elle, tout au fond. Même elle, ne comprenait pas pourquoi, comment. On aurait presque pu voir une larme couler de sa joue, faible qu'elle était certainement.
Laissant Ganondorf, Arthémis s'écarta pour aller près d'un petit lac gelé dont elle tenta de briser la glace avec ses mains, ses pieds, elle y mettait toute sa ferveur et sa détermination, quitte à se faire saigner. Elle en grognait de douleur puisque ses phalanges étaient ensanglantées. Finalement, la glace se brisa pour laisser place à l'eau glaciale qui se trouvait dessous. Elle savait les risques de l'opération, mais elle le fit quand même : Arthémis puisa dans ses ressources pour faire créer de la glace à partir de cette source aqueuse une plateforme suffisamment robuste pour contenir Ganondorf et de pouvoir l'escorter au camp. Elle connaissait sa carrure, c'est pourquoi elle ne pas lésiner sur la taille et la robustesse de l'espèce de luge de glace. Arthémis manqua de s'effondrer... Cette capacité étant celle qui lui demande le plus d'énergie.
Faisant glisser doucement la plateforme glaciale, Arthémis se dirige vers Ganondorf qu'elle avait laissé juste avant. Elle lui lança un regard pour l'inviter à prendre place s'il en avait besoin.

« Montez dessus, je peux vous aider. Je ferai glisser ça jusqu'à ce que l'on arrive au camp. » Elle rapprocha alors son visage de Ganondorf, une certaine initiative qui lui était encore inconnue jusqu'à présent avant de poser son front contre le sien. « Vous m'avez appris la détermination et la force. Je ne vais certainement pas vous laisser ici. »

Et à ces mots, Arthémis l'aida à s'installer comme elle le pouvait sur la plateforme semblant à une luge avant de commencer à pousser cette dernière afin de faire une première petite descente. D'autant qu'elle était épuisée d'avoir autant usé de ses pouvoirs...
Tout allait pour le mieux mais au bout de quelques minutes de descente, la « luge » se brise en milles morceaux et fait atterrir Ganondorf ainsi qu'Arthémis au sol.

« J'aurai essayé de vous ménager seulement je suis bien trop fatiguée pour recréer une nouvelle plateforme tout de suite... D'autant qu'il me faut une source d'eau pour pouvoir la façonner... Est-ce que tout va bien, mon Roi ? »

Elle souffla, restant pendant quelques instants allongée dans la neige, Arthémis finit par se relever et s'assurer que Ganondorf va bien. Le camp était encore assez loin et elle ignorait si le gerudo allait pouvoir assurer la marche...
(c) DΛNDELION

_________________

ICE QUEEN
• lilie
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




You're like a sweet poison [Ganondorf] Empty
MessageSujet: Re: You're like a sweet poison [Ganondorf]   You're like a sweet poison [Ganondorf] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
You're like a sweet poison [Ganondorf]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Draft MTGO SoM] BG poison
» [SoM] UG Poison
» [achat] 2x anti poison + recherche forgeron maudit
» Poison Ivy
» Necro Poison

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Breath of Hyrule :: Royaume d'Hyrule :: Région des Landes Sauvages :: Hauteurs Gerudos-
Sauter vers: